Métrosexuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Métrosexuel est un néologisme inventé en 1994 par Mark Simpson, journaliste britannique à The Independent, s'appliquant à des citadins fortement soucieux de leur apparence.

Définition[modifier | modifier le code]

Le mot est composé de « métro » pour métropole/métropolitain et de « sexuel », pour faire allusion à des hétérosexuels qui adoptent les usages et l'apparence vestimentaire que le stéréotype attribue aux homosexuels. La « métropole » (du grec μήτηρ, mètèr, mère, et πόλις, polis, ville) désigne une ville « mère » donc importante[1], le « métropolitain » est l'homme de la [grande] ville, le citadin. Le terme « métrosexuel » définirait alors celui qui, plus au fait d'une certaine « modernité » que l'homme « de la campagne », le paysan, serait porté sur la mode et les produits cosmétiques, soignant sa condition physique (alimentation, musculation, massage, soins esthétiques dont coiffure, épilation intégrale...), amateur d'expositions et de manifestations culturelles.

Précédents historiques[modifier | modifier le code]

C'est déjà de ce type d'homme dont se moque Juvénal dans ses satires, évoquant leurs gémissements de douleur lorsqu'ils se font épiler le corps pour avoir plus belle allure aux thermes.

En dépit de sa construction, qui peut évoquer les populations homosexuelles et hétérosexuelles, le terme métrosexuel ne renvoie à aucune préférence sexuelle particulière. Sa signification est voisine du mot minet dans les années 1970, et des mods opposés aux rockers dans la Grande-Bretagne des années 1960.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Des Esseintes, le personnage principal du roman À rebours de Joris-Karl Huysmans, est un dandy.

À l'écran[modifier | modifier le code]

La métrosexualité fait l'objet d'un épisode du dessin animé South Park (8e épisode de la saison 7).

L'animateur de la télévision québécoise Sébastien Benoit est décrit comme le parfait exemple du métrosexuel moderne[2].

Richard Castle, le personnage principal de la série télévisée Castle, est souvent qualifié de métrosexuel par Kate Beckett, l'autre personnage important de la série.

Barney Stinson l'un des personnages de la série How I Met Your Mother a un côté métrosexuel : il s'épile la poitrine, fait des manucures et possède une connaissance des marques de designers et de la gastronomie.

Schmidt, l’ex-obèse devenu control freak dans la série New Girl est un métrosexuel.

Dans The Big Bang Theory, Rajesh Koothrappali se revendique comme métrosexuel[3].

Ce terme est aussi utilisé dans Les chevaliers du zodiaques la série abrégée-#maison 12 où Aphrodite dit a Shun qu'il est en réalité métrosexuel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. pas nécessairement capitale : Montréal, métropole du Québec, n'en est pas la capitale, pas plus que Dallas celle du Texas (c'est Austin), ni New York celle de l'État portant ce nom (c'est Albany)
  2. Tout le Monde en Parle - Saison 7
  3. The Big Bang Theory, saison 5, épisode 20

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Flocker, The Metrosexual Guide to Style, 2003, (Da Capo Press)
  • (en) Peter Hyman, The Reluctant Metrosexual, 2004 (Villard)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]