Métro léger de Manille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Métro léger de Manille
(tl) Sistema ng Magaan na Riles Panlulan ng Maynila
Image illustrative de l'article Métro léger de Manille

Image illustrative de l'article Métro léger de Manille
Une rame de la ligne violette à la station J.Ruiz (2009).

Situation Manille
Drapeau des Philippines Philippines
Type Métro léger
Entrée en service 1er décembre 1984
Longueur du réseau 31 km
Longueur additionnée des lignes 31 km
Lignes 2
Stations 31
Fréquentation 605 000 passagers/jour (2011)
Écartement des rails 1,435 m
Propriétaire Pangasiwaan ng Magaan na Riles Panlulan
Exploitant Pangasiwaan ng Magaan na Riles Panlulan
Vitesse moyenne 60 km/h
Réseaux connexes Manila Metro Rail Transit System

Image illustrative de l'article Métro léger de Manille
Plan du réseau en 2009 : ligne jaune, ligne violette et ligne bleue.

Le Manila Light Rail Transit System, ou LRT, est le principal système ferroviaire de la zone métropolitaine de Manille, aux Philippines. Il comporte deux lignes : la LRT-1, ou « ligne jaune », et la MRT-2, ou « ligne violette ». Bien qu'on parle de « Métro léger », sans doute parce que le réseau est principalement en hauteur, le système est plus semblable à un métro conventionnel. Le LRT est le premier système de métro en Asie du Sud-Est, construit trois ans avant le métro de Singapour. Il n'est pas rattaché au Manila Metro Rail Transit System (MRT), ou « ligne bleue », qui forme un système complètement différent.

Depuis 2003, le LRT fait partie du réseau de transport public ferroviaire du Grand Manille (Metro Manila), connu sous le nom de Strong Republic Transit System (SRTS)[1]. L'un des objectifs du système avait été de réduire la congestion du trafic routier dans la métropole, mais de nombreux banlieusards empruntent d'autres transports publics, comme des autobus, pour rejoindre les stations du LRT. Bien que l'ensemble forme un système de transport complet desservant de nombreuses parties du Grand Manille, il n'a que partiellement réussi à réduire la congestion du trafic et les temps de trajet, qui sont encore aggravés par l'augmentation du nombre de véhicules à Manille[2]. L'extension du réseau, prônée par les administrations successives depuis le commencement du LRT, est à l'étude.

Le système est géré par Light Rail Transit Authority (LRTA), une entreprise possédée et contrôlée par le gouvernement sous l'autorité du département des transports et des communications.

Rame de la ligne jaune.

Le réseau du LRT[modifier | modifier le code]

Le LRT comporte deux lignes : la ligne jaune et la ligne violette. La ligne jaune, généralement de direction nord-sud, comprend dix-huit stations sur 15 kilomètres de voies complètement en hauteur. Elle commence à Baclaran et se termine à Monumento. La ligne violette, de direction est-ouest, comporte 11 stations sur 13,8 kilomètres de voies en grande partie surélevées, avec la station Katipunan en sous-sol. Elle commence à Recto et se termine à Santolan. L'ensemble du réseau comprend 29 stations sur 28,8 kilomètres de voies, traversant les villes de Caloocan, Manille, Marikina, Pasay, Pasig, Quezon City et la municipalité de San Juan.

Il n'y a qu'une seule correspondance entre la ligne jaune et la ligne violette, à la station Doroteo Jose—Recto. Les stations Araneta Center-Cubao (Cubao) et EDSA servent de stations de correspondances entre le réseau du LRT et la ligne bleue. Le réseau a six terminus : Baclaran, Central Terminal et Monumento pour la ligne jaune, Recto, Araneta Center-Cubao et Santolan pour la ligne violette. Tous ces terminus ont été conçus comme des hubs de correspondances avec d'autres transports publics.

Les deux lignes sont ouvertes de 5 h PST (UTC+8) à 21h30 pour la ligne jaune et jusqu'à 20 h pour la ligne violette. Le week-end, la ligne violette ne fonctionne qu'à partir de 6 h. Des horaires spéciaux, si nécessaires, sont annoncés par haut-parleur dans chaque station et sur le site web du LRTA.

Le LRT est ouvert toute l'année sauf exception. Il est fermé pour la maintenance annuelle durant la semaine sainte, période où il y a moins de trafic en ville, et rouvre après le dimanche de Pâques.

Historique[modifier | modifier le code]

Tramway à vapeur entre Malabon et Tondo (1888-1898).

Les racines du LRT remontent à la période de la colonisation américaine. Le premier tramway fut mis en circulation à Manille en 1905 ; il y eut bientôt cinq lignes desservant de nombreux quartiers de Manille et sa banlieue. Les trams furent salués comme un système efficace pour les 220 000 habitants de la ville. Ils étaient gérés par le Manila Electric Railroad and Light Company (Meralco). Le réseau actuel du LRT suit les voies de deux des anciennes lignes du tram.

La circulation du tramway fut interrompue durant la Seconde Guerre mondiale. La Bataille de Manille laissa la cité en ruines, y compris le tramway.

Après la guerre, les transports publics furent relancés par les jeepneys. Bientôt, les autobus et les automobiles étaient de retour dans les rues de Manille. Les trains de banlieues gérés par la Philippine National Railways (PNR) furent aussi remis en circulation. Le problème, cependant, était les encombrements et l'ignorance des règles de circulation.

En 1966, le gouvernement des Philippines, reconnaissant le besoin d'un système de transport de masse efficace, concéda une franchise à Philippine Monorail Transport Systems pour installer un système de monorail en ville. Avant même le début du projet, on demanda à l'agence japonaise de coopération internationale (JICA) une étude sur les transports. Celle-ci proposa une série de routes circulaires et radiales, un système de métro, une station de correspondance et une autoroute à trois voies. Une étude plus approfondie fut faite pour appliquer ces systèmes. De nombreuses recommandations furent mises en place, mais aucune n'impliqua un métro.

Une autre étude, conduite de 1976 à 1977 par Freeman, Fox & Associates et financée par la Banque mondiale, suggérait un système ferroviaire au niveau de la rue. Le ministère des transports et des communications nouvellement formé (aujourd'hui le DOTC) revit ensuite cette recommandation, en exigeant un système en hauteur, à cause des nombreux carrefours. Cette modification faisait passer le prix du projet de 1,5 milliard de pesos à 2 milliard de pesos. Une étude supplémentaire fut menée par une autre entreprise étrangère et réalisée en moins de trois mois.

Le 12 juillet 1980, le président Ferdinand Marcos créa le Light Rail Transit Authority en vertu de l'ordre exécutif No. 603[3], amendé deux ans plus tard[4] et de nouveau en 1987[5]. Le responsable du LRTA nouvellement formé était le gouverneur de Metro Manila, ministre des déplacements humains et première Dame du pays, Imelda Marcos. Le LRTA était responsable de toutes les opérations du LRT de Manille mais se limitait principalement à la mise en place et à la régulation des tarifs, planifiant les extensions, et fixant les règles et la politique du LRT. Ce nouveau projet mené par le LRTA, connu sous le nom de « Metrorail » (la ligne jaune) était géré par une compagnie sœur de la Meralco, Metro, Inc.

L'assistance initiale pour le projet provint d'un prêt préférentiel du gouvernement belge de trois cent millions de pesos. Sept cent million de pesos supplémentaires provinrent d'un consortium de compagnies comprenant Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi (ACEC) et BN Constructions Ferroviaires et Métalliques (ces deux compagnies font maintenant partie de Bombardier Transportation), Tractionnel Engineering International (TEI) et Transurb Consult (TC). Le consortium fournissait tout ce dont le système avait besoin, depuis les trains jusqu'à la formation requise. Bien qu'on s'attendît à ce que le système rentrât dans ses frais en moins de vingt ans d'exploitation, on estima qu'il perdrait de l'argent au moins jusqu'en 1993. Par rapport à un profit espéré de 365 millions de pesos pendant sa première année d'exploitation, la perte fut estimée à 216 millions.

La construction de ce que l'on appelle aujourd'hui la ligne jaune commença en octobre 1981, par la Construction and Development Corporation of the Philippines (actuelle Philippine National Construction Corporation) avec l'assistance de Losinger, une compagnie Suisse, et la filiale philippine de Dravo, une compagnie américaine.

Le gouvernement désigna Electrowatt Engineering Services de Zurich pour superviser la construction et finalement comme responsable des études d'extension pour des projets futurs. Durant la construction, la compagnie ouvrit des bureaux à Manille et finalement prévit un réseau de 150 kilomètres à construire en vingt ans. Ce réseau dépassait largement les bases des plans d'extension courants.

Le LRT fut d'abord testé en fonctionnement en mars 1984 avec la première moitié de la ligne, de Baclaran à Central Terminal, officiellement ouverte au public le 1er décembre 1984. La seconde moitié, de Central Terminal à Monumento, fut ouverte le 12 mai 1985.

Projets[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]