Méthyllycaconitine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Méthyllycaconitine
Méthyllycaconitine
Identification
No CAS 21019-30-7
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C37H50N2O10  [Isomères]
Masse molaire[1] 682,8003 ± 0,0365 g/mol
C 65,08 %, H 7,38 %, N 4,1 %, O 23,43 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La méthyllycaconitine (MLA) est un alcaloïde terpénique très toxique que l'on trouve dans les plantes du genre Delphinium.

C'est un composé de type N-(méthylsuccinyl)-anthranoyllycoctonine.

Propriété[modifier | modifier le code]

Il a la propriété d'être un antagoniste des récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine (nAChR) et même d'un soustype particulier de ceux-ci, dit alpha 7.

Il existe peu d'antagonistes capables d'être sélectifs de sous types du récepteur nAChR. Le récepteur nicotinique nAChR est constitué de 5 sous unités arrangées autour d'un canal perméable aux ions sodium Na+, potassium K+ ou calcium Ca++. Ces sous unités peuvent prendre un grand nombre de formes possibles : on les classe en type alpha (α2 à α10), type bêta (β2-β4), delta δ, gamma γ, epsilon ε. La méthyllycaconitine est un antagoniste sélectif d'un récepteur nicotinique formé de cinq sous unités identiques α7, soit (α7)5.

Les récepteurs α7 sont situés dans le cerveau. Ils joueraient un rôle important dans les dysfonctions cognitives, les maladies neurodégénératives, l'épilepsie et peut-être la cessation du tabagisme. Le MLA protégerait de la neurotoxicité induite par le peptide bêta-amyloïde lié à la maladie d'Alzheimer[2]. Les récepteurs α7 situés dans l'aire tegmentale ventrale VTA sont impliqués dans le renforcement de l'action des drogues comme la nicotine ou la cocaïne[3]. Ceux situés dans l'hippocampe jouent un rôle dans la rétention à long-terme d'une peur contextuelle puisque l'infusion centrale de MLA après le conditionnement provoque de grands déficits de rétention[4]

C'est aussi un parasympathomimétique, potentiellemnt insecticide.

Toxicité[modifier | modifier le code]

La méthyllycaconitine (MLA) est considérée comme la responsable principale de la toxicité des delphiniums. C'est un antagoniste des récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine dans les muscles et le cerveau, provoquant des difficultés respiratoires et des convulsions. Il est tenu pour responsable de l'empoisonnement du bétails broutant dans les alpages suisses[5] ou dans les montagnes d'Amérique du Nord[6].


Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Martin SE, de Fiebre NE, de Fiebre CM., « The alpha7 nicotinic acetylcholine receptor-selective antagonist, methyllycaconitine, partially protects against beta-amyloid1-42 toxicity in primary neuron-enriched cultures. », Brain Res., vol. 1022, no 1-2,‎ 2004
  3. (en) Panagis G, Kastellakis A, Spyraki C, Nomikos G., « Effects of methyllycaconitine (MLA), an alpha 7 nicotinic receptor antagonist, on nicotine- and cocaine-induced potentiation of brain stimulation reward. », Psychopharmacology, vol. 149, no 4,‎ 2000, p. 388-96
  4. (en) David R. Vago, Raymond P. Kesner, « Cholinergic modulation of pavlovian fear conditioning in rats: Differential effects of intrahippocampal infusion of mecamylamine and methyllycaconitine », Neurobiology of Learning and Memory, vol. 87,‎ 2007
  5. (en) Thomas Acamovic, Colin S. Steward, T.W. Pennycott, Poisonous plants and related toxins, CABI Publishing,‎ 2004
  6. (en) B.L. Stegelmeier, J.O. Hall, D.R. Gardner, K.E. Panter, « The toxicity and kinetics of larkspur alkaloids, methyllycaconitine, in mice », Journal of Animal Science, vol. 81,‎ 2003