Métamorphose de Narcisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Métamorphose de Narcisse
Artiste Salvador Dalí
Date 1936-1937
Technique Huile sur toile
Dimensions (H × L) 51,1 × 78,1 cm
Localisation Galerie Tate Modern, Londres (Royaume-Uni)
Images externes
Métamorphose de Narcisse est une œuvre protégée par le droit d'auteur et dont la reproduction est impossible sur Wikipédia en français.

La Métamorphose de Narcisse est un tableau surréaliste de Salvador Dalí, signé de 1937 et exposé à la galerie Tate Modern de Londres[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La toile, peinte en pleine période surréaliste dans les années 1936 et 1937, représente une scène du mythe de Narcisse, dont le détail est rapporté par Ovide dans ses Métamorphoses[2].

Dali présenta avec sa toile un « poème paranoïaque » de même titre et sur le même sujet[3], l'ensemble étant introduit par un métatexte sous forme de mode d'emploi[3]. Selon le peintre, ce fut la première œuvre, peinture et poème, entièrement conçue selon la « méthode paranoïaque-critique »[4].

Le mythe[modifier | modifier le code]

Selon Ovide, après une rencontre avec la nymphe Écho qui n'a pu le séduire, Narcisse, chasseur d'une grande beauté, se désaltère à une eau limpide. Cependant, alors qu'il s'admire dans l'eau il tombe amoureux de son reflet « épris de son image qu'il aperçoit dans l'onde, il prête un corps à l'ombre vaine qui le captive : en extase devant lui-même, il demeure, le visage immobile comme une statue de marbre de Paros[2] »

Incapable de se séparer de son corps, il se met à pleurer. Ses larmes troublent l'image, qui disparait. Il se frappe alors de désespoir et, une fois l'eau redevenue calme, il contemple son reflet meurtri. Il se laisse mourir se lamentant d'un « hélas » qu'Écho répète inlassablement, jusqu'à un dernier « adieu » à laquelle la nymphe répond également. Au moment de l'enterrer, « on ne trouve à sa place qu'une fleur jaune, couronnée de feuilles blanches au milieu de sa tige[2]. »

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Selon Rosa Maurell, si le Dieu des neiges est présent, d'après le poème, dans les montagnes à l'arrière-plan[4], la scène se passe cependant au printemps, saison des narcisses[5]. Le peintre exploite une image double issue de sa méthode paranoïaque critique[5] en représentant selon le sens de lecture latin l'état qui précède la transformation de Narcisse à gauche et celui qui lui succède à droite[4]. À gauche, le personnage aux contours imprécis se reflète dans l'eau. Il est courbé et sa tête est posée sur ses genoux, attendant la mort[4]. À droite, figure le double après sa transformation. Le personnage devient une main fine et pierreuse qui sort de terre[5]. Elle porte sur ses trois doigts réunis un immense œuf d'où sort une narcisse[5]. L'ongle comme l'œuf sont brisés et le groupe est représenté dans un gris cadavérique[4] et pierreux sur lequel montent des fourmis, symboles de putréfaction[4].

Au centre et à l'arrière-plan, est représenté ce que Dali définit dans le poème comme un « groupe hétérosexuel en état d'attente[5] ». C'est un groupe d'hommes et de femmes nus qui auraient été éconduits par Narcisse. Il s'agit selon Dali d'un Hindou, d'un Catalan, d'un Allemand, d'un Russe, d'un Américain, d'une Suédoise et d'une Anglaise[4].

Une autre interprétation a été donnée par Peter Shnyder, qui considère la transformation inverse[5]. La main à droite est l'état initial. À gauche, décalé par translation, figure le peintre Dali, dans un double de cette image. Ce groupe se métamorphose en un personnage assis et penché[5] se mirant dans une eau figée et qui figure la Narcisse du mythe d'Ovide[5]. Les couleurs sont chaudes, dorées et douces[5]. Dali dit de ce personnage que « lorsqu'on le regarde avec insistance, il commence lui aussi à se fondre dans les rochers rouges et dorés ».

On a proposé une autre interprétation encore, selon laquelle, lointain écho au Grand Masturbateur achevé six ans plus tôt, la figure de droite représente ce que regarde le premier avatar, à savoir sa propre main[6].

Exposition[modifier | modifier le code]

La fondation Gala-Salvador Dalí a présenté le 6 octobre 2008, sous la coupole du Théâtre-musée Dalí de Figueras, la Métamorphose de Narcisse, prêtée par la Tate Modern de Londres à laquelle elle appartient depuis 1979. Cette toile est restée visible dans la salle Dalí d’Or (nº 6) du Théâtre-musée jusqu'au 28 janvier 2009. Elle était exposée pour la première fois aux côtés du manuscrit du poème homonyme écrit par Salvador Dalí.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nathalie Mérenda, « La Métamorphose de Narcisse », Les Lettres dans l'académie de Nice, Azurnet Académie de Nice,‎ 28 mars 2009 (consulté le 26 avril 2012).
  2. a, b et c Ovide, Métamorphoses.
  3. a et b Paolo Scopelliti, Influence du surréalisme sur la psychanalyse (lire en ligne), p. 182.
  4. a, b, c, d, e, f et g Rosa M. Maurell, Métamorphose de Narcisse : Histoire d'un tableau, Centre d’Estudis Dalinians (lire en ligne), p. 14
  5. a, b, c, d, e, f, g, h et i Peter Shnyder (dir.), Métamorphoses du mythe : Réécritures anciennes et modernes des mythes anciens, Université de Haute Alsace, Institut de recherche en langues et littératures européennes (lire en ligne)
  6. Fourneau, 2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ruth Amossy, « Le texte rêve », dans Dalí ou le Filon de la paranoïa, Presses universitaires de France,‎ 1995
  • Ruth Amossy, « Mythe et savoir analytique dans l’œuvre de Dalí », dans Chénieux-Gendron et Yves Vadé (dir.), Pensée mythique et surréalisme, Lachenal Ritter, coll. « Pleine Marge »,‎ 1996 (ISBN 2-904388-43-5), p. 147-161
  • Salvador Dalí, La Métamorphose de Narcisse : Poème paranoïaque, Paris, Éditions surréalistes,‎ 1937.
  • Thierry Fourneau, Sur la Métamorphose de Narcisse de Salvador Dalí, Paris, éditions Orchampt,‎ 2013, 36 p. (ISBN 978-2-9541069-2-2).
  • Guy Massat, « Narcisse et Arsenics : « Méditation botanique » », sur Psychanalyse-Paris.com, Abréactions associations,‎ 23 janvier 2003 (consulté le 28 janvier 2011)
  • « Métamorphose de Narcisse (Metamorfosi de Narcís) », Catalogue raisonné de Salvador Dali, sur le site de la fondation Gala-Salvador Dali. (Lire en ligne. Page consultée le 26 avril 2012.)