Mésonéphros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mésonéphros est un organe excréteur rudimentaire qui se développe chez les vertébrés. Chez les mammifères, les oiseaux et les reptiles il représente le deuxième des trois appareils rénaux différents qui se succèdent pendant la vie utérine. Chez les vertébrés aquatiques (poissons, amphibiens), il forme l'appareil excréteur définitif.

Développement[modifier | modifier le code]

Les premiers tubules du mésonéphros font leur apparition pendant la régression du pronéphros. Ces tubules s'allongent, s'incurvent en "S" et un glomérule interne (anatomiquement proche de celui du rein définitif) se forme à leur extrémité médiale. À l'autre extrémité, ils pénètrent dans le canal pronéphrotique, vestige du pronéphros, qui prend dès lors le nom de canal mésonéphrotique ou canal de Wolff.

Situation[modifier | modifier le code]

Le mésonéphros constitue un organe ovoïde, pair, situé sur la paroi abdominale postérieure. Sur sa face médiale est située l'ébauche gonadique. L'ensemble prend le nom de crête uro-génitale, recouverte d'un épithélium appelé méso uro-génital.

Régression et remplacement par le rein définitif[modifier | modifier le code]

Chez les vertébrés supérieurs (au milieu du 2e mois de développement embryonnaire chez l'homme), les tubules régressent. Ceux de l'extrémité crâniale disparaissent alors que ceux de l'extrémité caudale n'ont pas encore terminé leur différenciation. Vers la fin du 2e mois (chez l'homme toujours), la plupart des tubules mésonéphrotiques ont disparu. En fin de compte, le mésonéphros aura complètement disparu chez la femme, mais formera les cônes efférents chez l'homme.

Destinée du canal de Wolff[modifier | modifier le code]

Elle dépend du sexe: chez le mâle, il persiste et continue le canal déférent. Chez la femelle, il disparaît.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • J. Langman, Embryologie médicale, éditions Masson, Paris 1994