Méso-échelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme méso-échelle est utilisé en météorologie et en océanographie pour désigner une échelle intermédiaire entre la circulation planétaire d'échelle synoptique (dépressions et anticyclones sur tout un continent, courants marins, etc.) et les systèmes à très petites échelles de moins de 2 km de diamètre (micro-échelle). Elle traite donc de dimensions d'une couche atmosphérique s'étendant horizontalement de quelques kilomètres à moins de 2 000 kilomètres[1].

Les forces négligées dans les équations primitives atmosphériques à l'échelle synoptique, comme la force centripète et la force de Coriolis verticale, deviennent importantes à la méso-échelle et on doit employer tous les termes des équations de Navier-Stokes pour expliquer le comportement des parcelles d'air et d'eau.

Météorologie[modifier | modifier le code]

Un NP-3D du VXS-1 en vol en 2005 pour l'expérience Bow Echo and Mesoscale Convective Vortices Experiment (BAMEX) sur la méso-échelle.

En météorologie, la méso-échelle décrit les phénomènes qui se passent à une échelle plus petite que l'échelle synoptique, celui de la circulation atmosphérique générale, mais plus grands que celui des nuages individuels traités par la micro-échelle. Pratiquement, on parle alors de dimensions horizontales entre 2 km et 2000 km ce qui veut dire qu'on y traite de phénomènes tels les lignes de grain, les complexes convectifs de méso-échelle (CCM) et autres orages organisés.

La méso-échelle est divisée en trois sous-catégories selon leur diamètre et durée[2] :

  • Méso-gamma 2–20 km/2–30 minutes: phénomènes qui mène aux nuages convectifs (averses et orages) tels les réchauffements différentiels à la bordure des nuages, les flux complexes d'air en montagne, etc.
  • Méso-beta 20-200 km/30 min.-6 heures: phénomènes comme les brises de mer, la convection près des lacs lorsque de l'air très froid passe au-dessus des eaux ouvertes en hiver, etc.
  • Méso-alpha 200-2000 km/6h à 2 jours: Ligne de grain, CCM, cyclones tropicaux, etc. Cette division recouvre l'échelle synoptique à partir de 1 000 km.

Océanographie[modifier | modifier le code]

On retrouve le même terme en océanographie pour décrire des phénomènes ayant des dimensions similaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Échelle spatio-temporelle », Glossaire de la météorologie, Météo-France (consulté le 28 décembre 2014)
  2. (en) Isidoro Orlanski, « A rational subdivision of scales for atmospheric processes », Bulletin of the American Meteorological Society, Boston, AMS, vol. 56, no 5,‎ 1975, p. 527-530

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]