Mélitée noirâtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Melitaea diamina

Le Mélitée noirâtre ou Damier noir ou Argynne dictynne (Melitaea diamina) est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae, à la sous-famille des Nymphalinae et au genre Melitaea.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Melitaea diamina a été nommée par Heinrich Gottlob Lang en 1789.

Synonymes : Papilio dictynna Esper, 1779; Papilio diamina Lang, 1789; Melitaea vernetensis Rondou, 1902; Melitaea codinai de Sagarra, 1932; Melitaea dictynna alpestris Fruhstorfer, 1917[1],[2].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

La Mélitée noirâtre ou Damier noir ou Argynne dictynne se nomme en anglais False-heath Fritillary en allemand Silberscheckenfalter et en espagnol Doncella oscura[1].

revers de Melitaea diamina

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Melitaea diamina diamina
  • Melitaea diamina badukensis Alberti, 1969
  • Melitaea diamina codinai Sagarra, 1932
  • Melitaea diamina erycinides Staudinger, 1892
  • Melitaea diamina erycina (Lederer, 1853)
  • Melitaea diamina hebe (Borkhausen, 1793)
  • Melitaea diamina vernetensis Rondou, 1902[1].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un papillon au dessus marron à frange blanche entrecoupée, ornementé de damiers orange identiques alignés sur les parties blanches de la frange. Ils peuvent être en petit nombre et même presque absents aux ailes postérieures

Le revers est orange aux antérieures avec une ligne submarginale de chevrons blancs et à damiers blanc crème et damiers orange organisées en lignes aux postérieures.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

La Mélitée noirâtre hiverne à l'état de jeune chenille dans une toile de soie.

Elle vole entre mai et juillet en une génération à haute altitude et latitude et en deux générations de mai à juillet puis en août septembre dans l'ouest de l'Europe[3].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont surtout des Valeriana dont Valeriana officinalis Valeriana dioica et Valeriana sambucifolia. D'autres plantes hôtes sont possible mais leur utilisation devra être confirmée[1],[3].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

La Mélitée noirâtre est présente dans le centre et l'est de l'Europe, le sud de la Sibérie, le nord-est de la Chine, la Corée et le Japon[1],[3].

En Europe elle réside depuis le nord de l'Espagne, le sud et l'est de la France dans tous les pays du centre de l'Europe. Elle est absente de la partie la plus au nord, Angleterre, Irlande, nord de l'Allemagne, de la Pologne et Scandinavie où elle présente des isolats dans le sud de la Suède de la Norvège, de la Finlande et dans les États Baltes. Elle est aussi absente du sud de l'Italie et de la Grèce

En France elle est présente dans tous les départements sauf en Bretagne, Pays-de-Loire et des départements qui bordent la Manche et la mer du Nord. Elle est aussi absente de Corse[4]

Biotope[modifier | modifier le code]

La Mélitée noirâtre réside dans les prairies humides ombragées.

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier[5].

Melitaea diamina

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e [1]
  2. INPN taxonomie
  3. a, b et c Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé,Tom Tolman, Richard Lewington, ISBN 978-2-603-01649-7
  4. lepinet
  5. INPN protection

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, Tom Tolman, Richard Lewington, ISBN 978-2-603-01649-7.

Références[modifier | modifier le code]

  • Heiko Bellmann: Der Neue Kosmos Schmetterlingsführer. Schmetterlinge, Raupen und Futterpflanzen. Frankh-Kosmos Verlags-GmbH & Co, Stuttgart 2003, ISBN 3-440-09330-1
  • Günter Ebert (Hrsg.), Erwin Rennwald: Die Schmetterlinge Baden-Württembergs. Band 1: Tagfalter I (Ritterfalter (Papilionidae), Weißlinge (Pieridae), Edelfalter (Nymphalidae)). Ulmer-Verlag, Stuttgart 1993, ISBN 3-8001-3451-9
  • Tom Tolman, Richard Lewington: Die Tagfalter Europas und Nordwestafrikas, Frankh-Kosmos Verlags-GmbH & Co, Stuttgart 1998, ISBN 3-440-07573-7
  • Hans-Josef Weidemann: Tagfalter. Beobachten, bestimmen. Naturbuch-Verlag, Augsburg 1995, ISBN 3-89440-115-X