Mélibiose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mélibiose
Structure de la mélibiose
Structure de la mélibiose
Identification
Nom IUPAC 6-O-alpha-D-galactopyranosyl-D-Glucose
Synonymes

D-Mélibiose
6-O-alpha-D-Galactopyranosyl-D-glucopyranose
Gal α(1→6) Glc

No CAS 585-99-9
66009-10-7
No EINECS 209-568-6
PubChem 11458
SMILES
InChI
Apparence Solide blanc
Propriétés chimiques
Formule brute C12H22O11  [Isomères]
Masse molaire[1] 342,2965 ± 0,0144 g/mol
C 42,11 %, H 6,48 %, O 51,42 %,
Propriétés physiques
fusion 84 °C[2]
Solubilité Soluble dans l'eau[2].
Précautions
Directive 67/548/EEC


SIMDUT[3]

Produit non contrôlé
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La mélibiose est un diholoside constitué d'une unité de galactose lié a une unité de glucose par une liaison osidique α(1→6).

On trouve du mélibiose sous forme libre dans les malvas sauvage, les grains de café, la pomme et autre plantes[4]. On en trouve aussi en petite quantité dans la gelée royale[5] et le miel[6].

Le pouvoir sucrant du mélibiose est de 0,3 par rapport au saccharose qui est de 1[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b (en) ChemIDplus, « Melibiose - RN: 585-99-9 », sur chem.sis.nlm.nih.gov, U.S. National Library of Medicine (consulté le 15/07/2008)
  3. « Mélibiose » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 24 avril 2009
  4. a et b (en) Peter M. Collins, Dictionary of carbohydrates, CRC Press,‎ 2005, 1282 p. (ISBN 0849338298), p. 505
  5. (en) R. Krell, « Chapter 6 - Royal jelly », VALUE-ADDED PRODUCTS FROM BEEKEEPING, sur http://www.fao.org, FAO,‎ 1996 (consulté le 22/07/2008)
  6. (en) SR JOSHI, H PECHHACKER, A WILLAM & W von der OHE., « Physico-chemical characteristics of Apis dorsata, A. cerana and A. mellifera honey from Chitwan district, central Nepal », Apidologie, no 31,‎ 2000, p. 367–375 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]