Médiathèque de Sendai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Médiathèque de Sendai
Image illustrative de l'article Médiathèque de Sendai
Présentation
Type Centre multimédia
Architecte Toyo Ito
Date de construction 17 décembre 1997
Dimensions 36,49 m
Géographie
Pays Japon
Localité Sendai
Localisation
Coordonnées 38° 15′ 56″ N 140° 51′ 56″ E / 38.265556, 140.86555638° 15′ 56″ Nord 140° 51′ 56″ Est / 38.265556, 140.865556  

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Médiathèque de Sendai

Géolocalisation sur la carte : Préfecture de Miyagi

(Voir situation sur carte : Préfecture de Miyagi)
Médiathèque de Sendai

La Médiathèque de Sendai est un centre multimédia à Sendai, préfecture de Miyagi au Japon[1]. Elle a été dessiné par l’architecte japonais Toyo Ito[2] en 1995 et achevée d’être construite en 2001.

Histoire[modifier | modifier le code]

La médiathèque de Sendai a officiellement ouvert ses portes le 26 janvier 2001, cependant, les premières discussions datent d'août 1989 quand l'Association des Arts de la Préfecture de Miyagi a demandé la construction d'un nouveau musée à Sendai. Entre 1989 et 1994, un ancien dépôt de bus a été choisi comme site pour la réalisation de ce nouveau projet et le programme a été élargi pour prendre en compte le remplacement de la bibliothèque existante. Après consultation publique, un concours d'architecte a été mis en place pour le choix du projet et c'est l'atelier Toyo Ito and Associates Architects qui a été choisi parmi 235 autres projets.

La proposition de Ito est conceptuellement basée sur l'idée d'un espace de technologie fluide comme discuté dans un de ses article de 1997 Tarzan in the Media Jungle. Plutôt que de considérer les médias comme des éléments étrangers à la nature, Ito propose de considérer les nouveaux médias, l'informatique comme faisant partie intégrante de l'environnement urbain contemporain. Le bâtiment est conçu comme un cube transparent à travers lequel de fins planchers flottent suspendus à des tubes organiques. La structure comporte 13 colonnes et 7 plateaux[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]