Méconium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Méconium

Le méconium est les premières selles de l'enfant, pendant les premiers jours qui suivent la naissance.

Le terme « méconium » vient du grec ancien mêkônion, qui signifie suc de pavot et qui désignera aussi tout extrait sec de cette plante contenant le "fiel", la substance amère considérée pour sa toxicité ou son goût écœurant.

Aspect général[modifier | modifier le code]

Le méconium est collant, visqueux, verdâtre ou brunâtre ou même noirâtre, et souvent inodore. Il est expulsé par le nouveau-né généralement de façon abondante. Il est constitué par l'ingurgitation de liquide amniotique pendant la grossesse.

Survenue[modifier | modifier le code]

Il est physiologiquement expulsé dans les premières vingt-quatre heures après la naissance, très souvent au moment de la naissance de façon réflexe. Cette expulsion survient plus souvent en cas d'accouchement par voie basse en présentation du siège, car il y a compression de l’abdomen fœtal[1].

Pathologie[modifier | modifier le code]

Les expulsions de méconium peuvent former à la naissance un bouchon dit « méconial » éventuellement responsable de phénomènes précoces de constipation chez le nouveau-né. De manière générale, elles sont un bon reflet de l'intégrité anatomique du tractus digestif. Du méconium peut aussi être accidentellement inhalé par le nouveau-né au moment de l'accouchement, ou être en contact avec le cordon ombilical au moment où on le coupe.

L’inhalation in utero de méconium par le fœtus est associée à une détresse fœtale (hypoxie fœtale). L’aspiration obstétrique de méconium dans le pharynx peut être pratiquée avant la première respiration au moyen d’un cathéter. Elle ne semble pas selon certains auteurs diminuer le nombre de cas (incidence) de syndrome d'inhalation méconiale[2], mais selon d’autres elle a « significativement réduit l'incidence et la sévérité du syndrome d'inhalation méconiale » (SAM ou MAS pour l'anglais : meconium aspiration syndrome), sans séquelles néfastes quand la procédure est réalisée avant l'apparition de la respiration. Une aspiration de la trachée sous vision directe est pratiquée après la délivrance (rarement nécessaire) si du méconium est visualisé au niveau des cordes vocales. Un lavage trachéo-bronchique avec une solution saline peut ajouter à la morbidité respiratoire. Aucun décès ou cas grave de MAS n'a eu lieu depuis l'institution de la procédure d'aspiration obstétrique[3].

En anté-natal (avant la naissance), le méconium peut colorer le liquide amniotique : on parle alors de liquide teinté plus ou moins fluide selon la concentration en méconium, voire de liquide méconial si la concentration est très élevée. Il constitue alors des taches sombres visibles en échographie, ce qui constitue un signe d'une possible souffrance fœtale.

La littérature médicale a rapporté quelques dizaines de cas d’épanchement méconial péritesticulaire chez des nourrissons âgés de quelques jours à quelques mois, avec des lésions de type tuméfaction inguinoscrotale, éventuellement associée à une douleur ou inflammation. La perforation digestive anténatale peut avoir cicatrisé et être asymptomatique[4]. Elle induit des calcifications péritonéales résiduelles. Ces dernières peuvent orienter le diagnostic (et limiter le risque d’orchidectomie abusive ainsi que le stress dû à une exploration chirurgicale. Cinquante pour cent (50 %) des manifestations scrotales étaient isolées, compliquant le diagnostic préopératoire[4].

Intérêt en termes de santé environnementale et d'épidémiologie ou d'écoépidémiologie[modifier | modifier le code]

Le méconium animal ou de l'être humain peut aussi être utilisé comme matrice[5] et marqueur biologique[6], en fournissant des informations sur la santé du nouveau-né mais aussi sur la prévalence de l'exposition in utero des embryons et foetus à certains contaminants et polluants non retenus par la barrière placentaire[7],[8]. Le méconium peut en effet notamment contenir des traces de polluants métalliques (métaux lourds, métalloïdes), ou de polluants organiques[9] (dont pesticides) ingérés par l'embryon via le liquide amniotique.

Une première étude[Laquelle ?] prospective de cohorte a porté sur l'évaluation de l'exposition in utero pour 6 polluants contaminants (plomb (Pb), cadmium (Cd), mercure (Hg), arsenic (As) et organochlorés et organophosphorés) recherchés dans le méconium de 426 nourrissons recrutés au hasard dans les nurseries de cinq hôpitaux de Manille (Philippines)[Quand ?]. La concentration médiane des polluants dans les échantillons positifs étaient respectivement pour le plomb (26,5 % ; 35,77 pg/ml), pour le cadmium (8,5 % ; 13,37 pg/ml), pour mercure (83,9 % ; 3,17 ng/ml), pour le chlordane (12,7 % ; 22,48 pg/ml), pour le chlorpyrifos (11,0 % ; 8,26 pg/ml), pour le diazinon (34,3 % ; 12,96 pg/ml), pour le DDT (26,5 % ; 12,56 pg/ml) , pour le lindane (73,5 % ; 2,0 pg/ml), pour le malathion (53,0 % ; 6,80 pg/ml), pour le parathion (32,0 % ; 2,30 pg/ml) et le pour le pentachlorophénol (16,1 % ; 90,00 pg/ml). Plusieurs facteurs maternels et néonataux ont été significativement associés à la présence de toxiques d'origine environnementale dans le méconium : le nombre de grossesses (abouties ou non), l'état primipare, le fait d'avoir eu des jumeaux ou une grossesse multiple, une contamination du placenta par du méconium (fluide teinté), mais aussi le tabagisme, l'âge gestationnel, un faible poids à la naissance et même le sexe du nourrisson semblent influer sur le taux de contaminants du méconium. Les auteurs ont conclu que l'analyse du méconium est un nouvel outil, sensible, pour détecter l'exposition du fœtus à des toxines environnementales. Son utilisation clinique nécessite des études plus approfondies[réf. nécessaire].

À partir d'analyse de méconium de 638 enfants (plus efficacement qu'à partir des analyses du sang du cordon ou des cheveux du nourrisson[10]), on a pu montrer aux États-Unis (2008) que les embryons étaient significativement exposés aux pesticides domestiques via leur mère [11], et en particulier aux carbamates du Propoxur (Baygon)[11].

Diverses études[12] ont porté sur le plomb et le mercure. Dans un pays "avancé" comme l'Autriche (2010), les taux médians de plomb (Pb) et de mercure (Hg) total étaient faibles chez le nouveau-né (pour une plombémie maternelle de 25 µg/L, on trouvait 13 µg/L de plomb dans le sang du cordon. Mais pour 0,7 µg/L de mercure dans le sang maternel, on trouvait 1,1 µg/L dans le sang du cordon). Les taux de mercure des tissus maternels et fœtaux étaient fréquemment corrélés. Pour le plomb, la plombémie maternelle était seulement corrélée au plomb du cordon. Le taux de mercure (Hg) dans les cheveux de la mère était significativement corrélé à la taille à la naissance. Cette étude (qui s'est aussi intéressée au méconium), a montré que différents modes de transfert transplacentaire (encore mal compris) peuvent exister pour le plomb et le mercure et que de faibles niveaux d'exposition au plomb ou mercure peuvent entraîner un faible poids à la naissance[13].

Une étude chinoise publiée en 2008 a par exemple mesuré le taux de plomb d'échantillons de méconium provenant de 144 nouveau-nés : dans ce cas, le méconium des 93 échantillons mesurés au moyen d'une nouvelle méthode contenait en moyenne 1,934 microgrammes/gramme[14]. Cette donnée peut compléter les analyses faites habituellement plutôt dans le cordon ombilical.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Prise en charge des complications de la grossesse et de l'accouchement: Guide destiné à la sage-femme et au médecin - Souffrance fœtale pendant le travail », Health Education to Village
  2. (en) Falciglia HS, Henderschott C, Potter P, Helmchen R « Does DeLee suction at the perineum prevent meconium aspiration syndrome? » Am J Obstet Gynecol. 1992 Nov;167(5):1243-9. (Résumé).
  3. (en) Carson BS, Losey RW, Bowes WA Jr, Simmons MA. « Combined obstetric and pediatric approach to prevent meconium aspiration syndrome » Am J Obstet Gynecol. 1976 Nov 15;126(6):712-5. (Résumé)
  4. a et b A Bouhafs, R Bouvier, H Dodat. « Fait clinique ; Épanchement méconial péritesticulaire. À propos de deux cas (Meconium periorchitis. Two case reports) » Archives de Pédiatrie, Volume 8, Issue 5, May 2001, Pages 504-507 ; DOI:10.1016/S0929-693X(00)00253-0 (Résumé)
  5. (en) Zhiyong Hong, Merkel Günter, Friedrich F.E. Randow. « Meconium: A Matrix Reflecting Potential Fetal Exposure to Organochlorine Pesticides and Its Metabolites » Ecotoxicology and Environmental Safety, Volume 51, Issue 1, January 2002, Pages 60-64 PMID 11800551
  6. (en) Cynthia F. Bearer. « Meconium as a Biological Marker of Prenatal Exposure » Ambulatory Pediatrics, Volume 3, Issue 1, January-February 2003, Pages 40-43 (Résumé) PMID 12540253
  7. (en) Enrique M. Ostrea Jr., Victor Morales, Etienne Ngoumgna, Randy Prescilla, Edwina Tan, Emilio Hernandez, Gloria Baens Ramirez, Herminia L. Cifra, Maria Luisa Manlapaz. « Prevalence of Fetal Exposure to Environmental Toxins as Determined by Meconium Analysis » NeuroToxicology, Volume 23, Issue 3, September 2002, Pages 329-339 PMID 12389578
  8. (en) Enrique M. Ostrea Jr., Dawn M. Bielawski, Norberto C. Posecion Jr., Melissa Corrion, Esterlita Villanueva-Uy, Rommel C. Bernardo, Yan Jin, James J. Janisse, Joel W. Ager. « Combined analysis of prenatal (maternal hair and blood) and neonatal (infant hair, cord blood and meconium) matrices to detect fetal exposure to environmental pesticides » Environmental Research, Volume 109, Issue 1, January 2009, Pages 116-122 (Résumé) PMID 19019354
  9. Gaofeng Zhao, Ying Xu, Wen Li, Guanggen Han, Bo Ling, Prenatal exposures to persistent organic pollutants as measured in cord blood and meconium from three localities of Zhejiang, China  ; Science of The Total Environment, Volume 377, Issues 2-3, 15 May 2007, Pages 179-191 (Résumé)
  10. Enrique M. Ostrea Jr., Dawn M. Bielawski, Norberto C. Posecion Jr., Melissa Corrion, Esterlita Villanueva-Uy, Yan Jin, James J. Janisse, Joel W. Ager, A comparison of infant hair, cord blood and meconium analysis to detect fetal exposure to environmental pesticides ; Environmental Research, Volume 106, Issue 2, February 2008, Pages 277-283
  11. a et b Enrique M. Ostrea et al. , A comparison of infant hair, cord blood and previous termmeconiumnext term analysis to detect fetal exposure to environmental pesticides ; Environmental ResearchVolume 106, Issue 2, February 2008, Pages 277-283doi:10.1016/j.envres.2007.08.014
  12. Emin Unuvar, Hasan Ahmadov, Ali Rıza Kızıler, Birsen Aydemir, Sadık Toprak, Volkan Ulker, Cemal Ark Mercury levels in cord blood and meconium of healthy newborns and venous blood of their mothers: Clinical, prospective cohort study  ; Science of The Total Environment, Volume 374, Issue 1, 1 March 2007, Pages 60-70 (Résumé)
  13. Claudia Gundacker and al. Perinatal lead and mercurynext term exposure in Austria, Science of The Total Environment Volume 408, Issue 23, 1 November 2010, Pages 5744-5749 Special Section: Integrating Water and Agricultural Management Under Climate Change doi:10.1016/j.scitotenv.2010.07.079 (Résumé)
  14. Guang Pu Xue Yu Guang Pu Fen Xi. 2008 Feb;28(2):447-9. Determination of meconium lead level of newborn by graphite furnace atomic absorption spectrometry. Li Y, Xu XJ, Liu JX, Zheng LK, Chen GJ, Chen SJ, Huo X. Source Central Laboratory, Shantou University Medical College, Shantou, China. (Résumé en anglais, article original en chinois)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]