Mât chinois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leosvel et Diosmani, deux artistes cubains au mât chinois.

D'origine asiatique, le mât chinois est composé d'un ou de plusieurs poteaux en métal fixés verticalement. S'il est nu, les acrobates utilisent une résine pour les mains afin d'améliorer la préhension. Mais le plus souvent, le mât est recouvert d'un revêtement de néoprène ou d'une gaine caoutchoutée afin d'améliorer l'adhérence, qui en contrepartie peut causer des brûlures par frottement. Afin de se prémunir de telles blessures, les artistes portent le plus souvent plusieurs couches de vêtement, ainsi que diverses proctections. Le mât chinois est utilisé autant en rue qu'en salle ou en chapiteau, dans des numéros aériens. Par sa forme, il peut être facilement intégré en transparence à un décor.

Sa taille peut varier de 3 à 9 mètres de haut. Un ou plusieurs acrobates y grimpent et y évoluent, accomplissant différentes figures, acrobaties statiques et dynamiques. En présence de plusieurs mâts, l'on parle aussi de "mât à mât" lorsque les artistes passent d'un mât à un autre.

Un dérivé est le mât oscillant, ballant ou pendulaire qui n’est pas fixé au sol mais suspendu en son sommet à l’aide d'un câble et parfois même un émerillon afin de permettre des mouvements de rotation. Il permet à l'utilisateur de dynamiser et diversifier les figures grâce au mouvement de pendule pouvant être créé par le mât.

Cette discipline est assez proche du tissu ou de la corde et demande les mêmes dispositions physiques.

C'est une discipline assez présente dans le cirque contemporain, au même rang que le tissu. De nombreuses écoles enseignent aujourd'hui le mât chinois pour les amateurs ou les professionnels.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fédération européenne des écoles de cirque professionnelles (FEDEC), Le mât chinois, manuel d'instruction de base.