Mária Török

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maria Torok

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Maria Torok
chez Judith Dupont (Andilly)

Naissance 10 novembre 1925
Budapest
Décès 25 mars 1998 (à 72 ans)
New York
Nationalité Française
Profession
Psychanalyste, psychopédagogue
Formation
Psychanalyse
Famille
Compagne de Nicolas Abraham

Mária Török (1925-1998) est une psychanalyste française d'origine hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maria Torok est née à Budapest, en 1925. Elle quitte la Hongrie dans les bouleversements politiques que traverse ce pays après la Seconde Guerre mondiale, et s'exile en France, en 1947. Elle obtient un diplôme de psychologue à la Sorbonne[1], et devient membre associé de la Société psychanalytique de Paris en 1950, après une formation auprès de Bela Grunberger puis de Margaret Clark-Williams. Elle devient psychologue-conseil en 1954, auprès des écoles maternelles de la Direction de l'Enseignement de la Seine[2] et s'inspire des travaux de Germaine Tortel. Elle rencontre à Paris le psychanalyste d'origine hongroise, Nicolas Abraham, qui devient son partenaire de vie et de recherches jusqu'à la mort de celui-ci en 1975. Ils rédigent de nombreux articles, dont un certain nombre sont publiés dans l'ouvrage L'écorce et le noyau (Flammarion, 2009), plusieurs livres, notamment Le Verbier de l'Homme aux loups (Flammarion, 1976). Ces recherches se situent dans une perspective d'adhésion critique à l'égard de certains travaux de Freud, qu'ils reprennent à nouveau compte. Après la mort de Nicolas Abraham, Maria Torok poursuit ses recherches, dont un certain nombre sont réunies dans l'ouvrage Questions à Freud[3] (1995) qu'elle publie avec son nouveau compagnon Nicholas Rand[4].

Maria Török a reçu en 1969 le 7e prix Maurice Bouvet pour son article «Maladie du deuil et fantasme du cadavre exquis»[5].

Travaux théoriques[modifier | modifier le code]

Maria Torok et Nicolas Abraham ont situé leurs travaux dans une perspective ferenczienne, insistant sur la place du traumatisme dans la pratique et la réflexion psychanalytiques.

Pour chercher du sens au-delà de la signification consciente et réflexive, il est nécessaire d'accepter avec Freud que l’inconscient existe : c’est la seule hypothèse indispensable à la pratique de la psychanalyse, toutes les autres doivent être mises en suspens de manière à avoir une écoute libérée de tout préjugé (y compris ceux répandus dans les écrits psychanalytiques). À partir de cette avancée méthodologique issue du premier Freud, de Ferenczi et de l’étude critique de Husserl, Nicolas Abraham et Maria Torok ont déchiffré la problématique des deuils pathologiques et des influences transgénérationnelles.

« La conception de la psychanalyse de Nicolas Abraham et Maria Torok étend à toute la vie les possibilités de remaniements psychiques, ce qui réduit relativement la place des conflits et des refoulements instinctifs de l’enfance, tout en augmentant celle des catastrophes, individuelles et collectives, qui surviennent à tout âge. » [6]

Les avancées théorico-cliniques de Maria Torok inspirent en France les recherches de Jean Claude Rouchy[7], Serge Tisseron[8], Claude Nachin[9], Pascal Hachet, Lucien Mélèse, Barbro Sylwan, Saverio Tomasella[10]. Judith Dupont, quant à elle, et le groupe de traduction du Coq-Héron, favorisent la traduction et la diffusion des travaux de recherche de Nicolas Abraham et de Maria Torok en consacrant des dossiers à ces deux auteurs dans deux numéros de leur revue, en 2006[11] et 2000 (cf. bibliographie).

Notions principales[modifier | modifier le code]

  • Le processus d'introjection : Selon le principe ferenczien, «un individu ne peut aimer que lui-même. Il peut étendre cet amour à d'autres, au moyen d'un processus d'introjection, qui inclut dans le Moi les pulsions dont l'objet est l'occasion et le médiateur. L'introjection représente donc une extension du Moi»[12].
  • Le fantasme d’incorporation ou la secrète identification avec un objet d’amour perdu : Il s'agit d'une "magie pour récupérer l'objet-plaisir perdu et compenser l'introjection manquée. L'incorporation sert à nier la perte, lorsqu'elle est inavouable." [13]
  • La crypte au sein du moi ou l’enterrement d’un vécu honteux indicible : "Lorsqu'il est impossible de reconnaître son chagrin, le trauma et tous les affects qu'il a provoqué se trouvent mis à l'abri dans un caveau. La crypte résulte d'un secret honteux partagé" avec l'objet d'amour perdu[13].
  • La maladie du deuil ou deuil impossible d’un être cher[14].
  • Le fantôme transgénérationnel ou "travail du fantôme dans l'inconscient" désigne les effets des secrets de famille à travers les générations.
  • Le refoulement conservateur, sur le mode du clivage du moi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres de Maria Torok[modifier | modifier le code]

  • Une vie avec la psychanalyse, Paris, Aubier, 2002, 296 p.
  • Le Verbier de L'homme aux loups, Paris, Flammarion, 1976, 252 p., avec Nicolas Abraham.
  • L’écorce et le noyau, Paris, Flammarion, 1987, 480 p., avec Nicolas Abraham.
  • Questions à Freud, Paris, Les belles lettres, 1995, 284 p., avec Nicholas Rand.
  • (avec Nicolas Abraham) «Préface» à l'édition française du livre de Melanie Klein, Essais de psychanalyse (1947), Paris, Payot, 1968/2005, p.7-18.
  • La Pédagogie non-directive de Germaine Tortel, Paris : Séminaire de phénoménologie génétique, 1960 Notice du SUDOC.

Écrits consacrés à Maria Torok[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Pascal Hachet, Cryptes et fantômes en psychanalyse. Essais autour de l’œuvre de Nicolas Abraham et de Maria Torok, L'Harmattan, 2000 (ISBN 2-7384-9581-8).
  • Jean Claude Rouchy (dir), La psychanalyse avec Nicolas Abraham et Maria Torok, Transition, Erès, 2001.
  • Barbro Sylwan et Philippe Réfabert, Freud, Fliess, Ferenczi. Des fantômes qui hantent la psychanalyse, collection Nicolas Abraham et Maria Torok, Éditions Hermann, 2010.

Chapitres de livres et articles[modifier | modifier le code]

  • Judith Dupont (2001). «Repères sur la question du trauma : Freud, Balint, Abraham et Torok», p. 77-79, in J.C. Rouchy (dir.), op. cit.
  • Claude Nachin (2001). «Unité duelle, cryptes et fantômes», p.39-51, in J.C. Rouchy (dir.), op. cit.
  • Nicholas Rand (2006). «Œdipe roi de Sophocle ou le complexe des ancêtres», Le Coq-héron, 2006/3, n° 186. Accès libre en ligne
  • Serge Tisseron (2001). «Les secrets de famille, la honte, leurs images et leurs objets», p.53-68, in J.C. Rouchy (dir.), op. cit.
  • Dossier «Nicolas Abraham et Maria Torok», Le Coq-Héron , n° 186, 2006/3, Symboles, cryptes et fantômes, p. 7-142, Accès libre en ligne.
  • Dossier «Des voies nouvelles pour la psychanalyse : Nicolas Abraham - Maria Torok», Le Coq-Héron , n°159, 2000/1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques SÉDAT, « TOROK MARIA - - (1925-1998) », Encyclopædia Universalis en ligne], consulté le 10 septembre 2014.
  2. Site de l'Association européenne Nicolas Abraham et Maria Torok
  3. Nicholas Rand et Maria Torok, Questions à Freud. Du devenir de la psychanalyse. Les Belles Lettres/Archimbaud, collection «L’Inconscient à l’œuvre».
  4. «L'inconscient freudien», Michel Plon, Libération, 9 novembre 1995
  5. Page des prix Maurice Bouvet sur le site de la SPP, pour l'article «Maladie du deuil et fantasme du cadavre exquis», Revue française de psychanalyse XXXII (4), 715-733, 1968.
  6. Claude Nachin, A l'aide, y'a un secret dans le placard, Fleurus, 1999, p. 61.
  7. Jean Claude Rouchy (dir.) La psychanalyse avec Nicolas Abraham et Maria Torok, collection Transition, Erès, 2001.
  8. Serge Tisseron, «Maria Torok, les fantômes de l'inconscient», n°186/2006-3, p.27-33. Article en ligne
  9. Claude Nachin, «Promenades autour du symbole psychanalytique : anasémie et pratique analytique», Le Coq-Héron, n°186/2006-3, p.12-26. Article en ligne
  10. Saverio Tomasella, La traversée des tempêtes. Renaître après un traumatisme. Éditions Eyrolles, Paris, 2011.
  11. «Dossier Nicolas Abraham et Maria Torok», Le Coq-Héron, n° 186, 2006/3, Symboles, cryptes et fantômes, p. 7-142, Accès libre en ligne.
  12. Judith Dupont, «La notion de trauma selon Ferenczi et ses effets sur la recherche psychanalytique ultérieure», Filigrane, 2008. Article en ligne
  13. a et b Judith Dupont, 2008.
  14. Voir Claude Nachin, Le deuil d'amour, 1993.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]