Lyster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lyster
Lyster et son église par une rude journée de décembre
Lyster et son église par une rude journée de décembre
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Centre-du-Québec
Comté ou équivalent L'Érable
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Sylvain Labrecque
2009 -
Constitution 18 septembre 1976
Démographie
Gentilé Lysterois, oise
Population 1 672 hab. (2014)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 17″ N 71° 36′ 44″ O / 46.371332, -71.612105 ()46° 22′ 17″ Nord 71° 36′ 44″ Ouest / 46.371332, -71.612105 ()  
Superficie 16 235 ha = 162,35 km2
Divers
Code géographique 32065
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-du-Québec

Voir sur la carte administrative du Centre-du-Québec
City locator 14.svg
Lyster

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Lyster

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Lyster

Lyster (prononcé Lysteur) est une municipalité du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté de L'Érable et la région administrative du Centre-du-Québec[1].

La municipalité est traversée par la Route 116, la route 218, ainsi que par la piste cyclable, la Route Verte 1.

Historique[modifier | modifier le code]

Le canton de Nelson, originalement connu sous le nom de « Sault Rouge » (jusqu'en 1852), a été érigé en août 1804. L'histoire de la paroisse de Ste-Anastasie de Nelson semble débuter en 1859 avec l'arrivée des premiers colons et la fondation de la mission catholique Sainte-Anastasie. En 1862, le premier bureau de poste y fut ouvert et l'année suivante une première chapelle y fut construite sur un terrain donné par un dénommé Louis Kemner Laflamme. L'ouverture des registres se fit en 1869, la même année que le premier curé résidant arriva à Saint-Anastasie de Nelson. L'érection canonique de la paroisse s'est fait en 1875, tandis que sa constitution municipale s'est fait le 1er janvier 1883.

Lorsque le Grand Tronc fut construit en 1852. Charles King demanda à la compagnie du chemin de fer de donner le nom de Lyster à la station, en souvenir de la ville d'Angleterre où il était né.

Le 12 juillet 1912, la municipalité de village de Lyster fut créée. Les deux entités que furent les paroisses de Ste-Anastasie et le village de Lyster se développèrent en parallèle sur un même territoire arrosé par trois rivières dont la principale est la Bécancour. En 1976, ces deux municipalités fusionnèrent[2].

Ancienne gare[modifier | modifier le code]

Lors du démantèlement du tronçon Charny-Sherbrooke, le CN se départissait de ses bâtiments.

La gare était à l'époque, pourvue de quatre aires : salle d'attente pour passagers féminins, salle d'attente pour passagers masculins, local du contrôleur et entrepôt pour la marchandise.

Un particulier de Lyster s'est porté acquéreur de la gare et la déménagea sur son terrain. Depuis 1999, la municipalité a réalisé plusieurs démarches pour l'acquérir et l'aménager à des fins touristiques ainsi que comme point de service pour les usagers de la piste cyclable. En la ramenant sur son site original le 7 février 2001, la municipalité s'assurait de conserver une page marquante de son histoire.

La gare de Lyster est l'une des plus anciennes encore existante en Amérique du Nord.

Personnalités liées à la municipalité[modifier | modifier le code]

  • J.-Napoléon Kemner Laflamme - Avocat, Politicien
  • Jean Moisan - Juge
  • Jean-Guy Boilard - Juge



Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Val-Alain Saint-Janvier-de-Joly Dosquet Rose des vents
N Sainte-Agathe-de-Lotbinière
O    Lyster    E
S
Laurierville Inverness

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Lyster », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 16 janvier 2011)
  2. Toponymie : Lyster

Liens externes[modifier | modifier le code]