Lycée Lalande de Bourg-en-Bresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lycée Lalande)
Aller à : navigation, rechercher
Lycée Lalande
Image illustrative de l'article Lycée Lalande de Bourg-en-Bresse
Vue du lycée.
Généralités
Création 26 mars 1857[1]
Pays France
Académie Lyon
Coordonnées 46° 12′ 03″ N 5° 13′ 33″ E / 46.2009616, 5.225870346° 12′ 03″ Nord 5° 13′ 33″ Est / 46.2009616, 5.2258703  
Adresse 16 Rue du Lycée
01000 Bourg-en-Bresse
Site internet www.lyceelalande.fr
Cadre éducatif
Type Lycée public
Proviseur José Vazquez
Proviseur-adjoint Martine Gateau
Population scolaire 1 100 (2013)
Options Section européenne anglais, Cinéma-Audiovisuel, Arts Plastiques, Sport, LV3
Langues étudiées Anglais, Allemand, Espagnol, Italien, Russe
Protection  Inscrit MH (1950)
Logo monument historique Classé MH (1983)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Bourg-en-Bresse

(Voir situation sur carte : Bourg-en-Bresse)
Point carte.svg

Le lycée Lalande est un ancien collège jésuite fondé à Bourg-en-Bresse (France), en 1649. Devenu aujourd'hui lycée Lalande il compte plus de mille élèves entre la seconde et les classe préparatoire aux grandes écoles. Les classes sont essentiellement scientifiques.

Le portail du XVIIIe siècle fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 13 mars 1950[2] ; la chapelle (inclusion faite du portail et la de la sacristie) fait, elle, l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques, depuis le 21 mars 1983[2].

Le lycée fut nommé en hommage à Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande.

Historique[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de la chapelle des Jésuites, au lycée Lalande.

Les premiers bâtiments sont construits au XVIIe siècle par les Jésuites, notamment une chapelle qui reste le seul édifice d'art baroque de la ville de Bourg. Après le bannissement des Jésuites du royaume de France (1762), l'établissement sera successivement collège parlementaire, école centrale du département de l'Ain, à nouveau collège sous la Restauration, et enfin lycée impérial à partir de septembre 1856[1] sous Napoléon III. Après 1870, on parle du lycée de Bourg, le nom de Lalande n'est donné qu'en 1889.

Nombreux sont les élèves ou les professeurs célèbres ayant illustré le lycée: André-Marie Ampère, Gustave Doré, Gabriel Vicaire, Étienne Gilson, Henri Bosco, Paul Nizan, qui y enseigna la philosophie, ou François-Yves Guillin, résistant.

Dans la première partie du XXe siècle, la scolarisation des garçons était continue depuis la 11e jusqu'à la terminale. On construit alors deux bâtiments plus récents. Les salles d'arts plastiques restent dans la chapelle du lycée jusqu'à ce que cette dernière soit rattachée à la municipalité de Bourg-en-Bresse.

« Médaille de la Résistance, décret du 3 octobre 1946 ». Plaque apposée sur le lycée.

Le Lycée Lalande fut un endroit important de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, période durant laquelle des élèves et des professeurs furent arrêtés. Cela vaut au lycée d'être le seul établissement civil de France titulaire de la Médaille de la Résistance. Il s'y déroule chaque 11 novembre une célébration de cet évènement par des élèves et des professeurs.

Article connexe : Paul Morin.

Collection[modifier | modifier le code]

Le lycée est détenteur de nombreux objets de collection datant parfois du XIXe siècle, comme d'anciens modèles de bobine ou de piles.

Composition[modifier | modifier le code]

En 2012, le lycée compte onze classes de seconde, dix classes de première et dix classes de terminale dont six terminale S, deux terminales L et deux terminales ES. De plus, il a quatre classes CPGE : MPSI, PCSI, MP, PC. Le lycée compte un total d'environ 1 100 élèves.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Histoires peu ordinaires de lycéens ordinaires, Association Résistance Lycée Lalande, 117 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]