Lycée Jules-Verne (Nantes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée Jules-Verne.
Lycée Jules-Verne
Image illustrative de l'article Lycée Jules-Verne (Nantes)
Généralités
Création 1880
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 47° 13′ 02″ N 1° 33′ 42″ O / 47.2172909, -1.561646547° 13′ 02″ Nord 1° 33′ 42″ Ouest / 47.2172909, -1.5616465  
Adresse 1, rue Général-Meusnier
44042 Nantes
Site internet lyc-verne-44.ac-nantes.fr/
Cadre éducatif
Type École publique
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Point carte.svg

Le lycée Jules-Verne est un établissement français d'enseignement secondaire général situé à Nantes (Loire-Atlantique), dans le quartier Centre-ville. Il dépend administrativement des Pays de la Loire et de l'académie de Nantes.

Situation[modifier | modifier le code]

L'établissement est situé au no 1 rue Général-Meusnier, non loin de la place Bretagne, de l'ancien palais de Justice et de la prison Lafayette. Il est bâti dans un quartier fortement urbanisé.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le lycée Jules-Verne, ouvert en 1880 comme établissement annexe du « lycée de Nantes » (aujourd’hui lycée Georges-Clemenceau), a ensuite longtemps été appelé « Petit lycée ».
En 1954, sur une suggestion du poète Pierre Autuze, le directeur de l'établissement, Jean Crumois, propose de baptiser celui-ci du nom du romancier Jules Verne, natif de Nantes et ancien élève du « collège royal » (autre ancien nom du Lycée Clemenceau sous la Restauration).

Les élèves surnomment leur établissement Jules[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Au cours du XIXe siècle, les rapports de l'inspection générale signalent à plusieurs reprises le caractère excentré du lycée de Nantes[1] situé au-delà de la cathédrale près du faubourg de Richebourg.

Le rapport de 1874 préconise l'ouverture d'un lycée d'externes en centre-ville, dans le but d'augmenter la fréquentation des classes primaires, principale source de recrutement du lycée, en évitant aux jeunes élèves un trop long trajet, principal frein à la fréquentation du lycée. Il s'agit donc de favoriser l'enseignement public, alors que l'enseignement catholique est prédominant à Nantes[1].

L'État acceptant de prendre en charge la construction des bâtiments, la municipalité est sollicitée pour fournir le terrain, en l'occurrence le "jardin des apothicaires", entre les rues La Fayette, Paré, Mercœur et Général-Meusnier[1], propriété de la Ville depuis la Révolution, mais revendiqué par la Société des pharmaciens jusqu'à une décision définitive de justice en 1873 seulement.

Julien-Charles Lechat, maire républicain de Nantes de 1874 à 1881, ancien professeur au lycée de 1849 à 1855, soumet la proposition au conseil municipal. Le 22 octobre 1875, celui-ci adopte un vœu en faveur de la création d'une annexe. L'architecte Aristide Van Iseghem est chargé de concevoir les plans d'aménagement ; son projet est présenté le 6 juillet 1876. Il rencontre une certaine opposition de la droite de l'époque, rechignant à la création d'un nouveau lycée public ; René Waldeck-Rousseau, ancien maire de Nantes, républicain modéré, décide de s'abstenir[2]. Le conseil municipal vote tout de même en faveur de la construction de l'annexe.

En mars 1877, après un certain nombre de tractations, le conseil municipal autorise le maire à signer un accord avec le proviseur ; la signature a lieu le 14 mai 1877 : la ville de Nantes reste propriétaire du terrain, le lycée de Nantes en reçoit l'usufruit. L'État prend en charge le bâtiment[1].

Les premières années[modifier | modifier le code]

Les travaux se déroulent entre 1878 et 1880. L'établissement ouvre ses portes en accueillant 117 élèves, tous externes, scolarisés des classes primaires jusqu'à la cinquième. En 1884 a lieu l'ouverture d'une école maternelle et de la classe de quatrième ; l'effectif est porté à 200 élèves ; les bâtiments sont augmentés d'un gymnase et d'un préau couvert[1].

En 1889-90, l'annexe représente 42 % des effectifs du lycée, dont l'établissement principal est dans une situation assez mauvaise[1].

Dans les années 1890 apparaît le nom de Petit Lycée pour la désigner[1].

Le début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant les deux guerres mondiales, alors que le Grand lycée est fortement perturbé par des activités militaires, et est même complètement fermé de septembre 1943 à novembre 1944, le Petit lycée fonctionne dans des conditions plus normales, accueillant un nombre d'élèves bien supérieur à ce qui est officiellement prévu.

Les années 1950 : l'indépendance[modifier | modifier le code]

En 1950, il accueille 364 élèves, assurant un premier cycle jusqu'en 3e. En 1951, il y a 445 élèves. Une classe de seconde est ouverte en 1952, et l'année suivante 23 candidats du Petit Lycée sont inscrits à la 1re partie du baccalauréat. En 1954, alors qu'une classe de mathématiques élémentaires apparaît, le lycée reçoit son nom actuel. De nouveaux travaux permettent l'aménagement de deux bâtiments destinés à l'accueil des 6es et 5es du lycée. En 1957, le lycée Jules-Verne devient indépendant du lycée Clemenceau[1] ; de plus, l'annexe de Chantenay, créée en 1911, lui est affectée.

En 1958, il présente des candidats au baccalauréat en série scientifique[1].

Les évolutions depuis 1960[modifier | modifier le code]

Les classes primaires disparaissent entre 1960 et 1965. Seul le secondaire est maintenu dans l'établissement qui en 1967 accueille 1 146 élèves répartis dans 33 classes. En 1977, lycée et collège sont séparés administrativement, tout en continuant de partager les mêmes locaux[1].

Au début des années 1990, de nouveaux bâtiments sont construits rue de Budapest et rue Lafayette pour l'enseignement scientifique[1].

Il y a 708 lycéens en 2007. Il n'y a pas de filière technique ou technologique, le lycée offre un enseignement dominé par la filière scientifique. La proximité des quartiers aisés de Nantes octroie au lycée Jules-Verne une bonne réputation, et l'établissement présente de bons résultats.

Fermeture du collège[modifier | modifier le code]

À l'horizon 2015-2016, les activités de premier cycle doivent être transférées dans les locaux de l'actuel Lycée Vial reconverti en collège (les lycéens de Vial et Leloup-Bouhier intégreront dès 2014 le nouveau Lycée international, actuellement en construction sur l'île de Nantes). Les collégiens de Jules-Verne devant rejoindre dans leurs nouveau locaux, leurs camarades du collège Sévigné, annexe du Lycée Gabriel-Guist'hau, qui lui aussi sera fermé. Ainsi, le lycée Jules-Verne pourra bénéficier de l'intégralité de locaux actuels de la rue du Général Meusnier[3].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Source : académie de Nantes[4].

Second cycle[modifier | modifier le code]

Baccalauréat général
  • Bac. général : série économique et sociale (ES).
  • Bac. général : série scientifique sciences de la vie et de la terre (S SVT).
  • Bac. général : littéraire LV2.

Langues[modifier | modifier le code]

  • Allemand langue vivante 2 (LV2).
  • Anglais langue vivante 1 (LV1), LV2, LV renforcé, section anglais européenne.
  • Espagnol LV2, LV3, LV renforcé, section espagnol européenne.
  • Chinois LV2, LV3.

Options[modifier | modifier le code]

  • Arts plastiques.
  • Latin.
  • Latin spécialité.
  • Mathématiques.
  • Physique-chimie.
  • Sciences de la vie et de la terre.
  • Sciences économiques et sociales.
  • Littérature et société
  • MPS
  • Arts du spectacle

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Dictionnaire des lycées... op. cit., p. 324-325
  2. Guiffan, 2008, page 130, pour les détails sur la création de l'annexe
  3. Lycée international sur l'île de Nantes en 2014 - article sur Ouest-france du 29 janvier 2010.
  4. « Annuaire des établissements - Jules-Verne », sur site de l'académie de Nantes (consulté le 9 mai 2010)

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Rapillard, Dictionnaire des lycées publics des Pays de la Loire, Bonchamp-lès-Laval, Presses universitaires de Rennes,‎ 2009, 22e éd., 652 p. (ISBN 978-2-7535-0919-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Guiffan, Joël Barreau et Jean-Louis Liters dir., Le Lycée Clemenceau. 200 ans d'histoire, Éditions Coiffard, Nantes, 2008. [ISBN 978-2-910366-85-8] : création de l'annexe, pages 127-130.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]