Lycée Jules-Verne (Nantes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée Jules-Verne.
Lycée Jules-Verne
Image illustrative de l'article Lycée Jules-Verne (Nantes)
Généralités
Création 1880
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 47° 13′ 02″ N 1° 33′ 42″ O / 47.2172909, -1.561646547° 13′ 02″ Nord 1° 33′ 42″ Ouest / 47.2172909, -1.5616465  
Adresse 1, rue Général-Meusnier
44042 Nantes
Site internet lyc-verne-44.ac-nantes.fr/
Cadre éducatif
Type École publique
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Point carte.svg

Le lycée Jules-Verne est un établissement français d'enseignement secondaire général situé à Nantes (Loire-Atlantique), dans le quartier Centre-ville. Il dépend administrativement des Pays de la Loire et de l'académie de Nantes.

Situation[modifier | modifier le code]

L'établissement est situé au no 1 rue Général-Meusnier, à proximité de la place Aristide-Briand et non loin de la place de Bretagne. Il est bâti dans un quartier fortement urbanisé.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le lycée Jules-Verne, ouvert en 1880 comme établissement annexe du « lycée de Nantes » (aujourd’hui lycée Georges-Clemenceau), a ensuite longtemps été appelé « Petit lycée ».
En 1954, sur une suggestion du poète Pierre Autuze, le directeur de l'établissement, Jean Crumois, propose de baptiser celui-ci du nom du romancier Jules Verne, natif de Nantes et ancien élève du « collège royal » (autre ancien nom du Lycée Clemenceau sous la Restauration).

Les élèves surnomment leur établissement Jules[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Au cours du XIXe siècle, les rapports de l'inspection générale signalent à plusieurs reprises le caractère excentré du lycée de Nantes[1] situé au-delà de la cathédrale près du faubourg de Richebourg.

Le rapport de 1874 préconise l'ouverture d'un lycée d'externes en centre-ville, dans le but d'augmenter la fréquentation des classes primaires, principale source de recrutement du lycée, en évitant aux jeunes élèves un trop long trajet, principal frein à la fréquentation du lycée. Il s'agit donc de favoriser l'enseignement public, alors que l'enseignement catholique est prédominant à Nantes[1].

L'État acceptant de prendre en charge la construction des bâtiments, la municipalité est sollicitée pour fournir le terrain, en l'occurrence le « jardin des apothicaires », entre les rues La Fayette, Paré, Mercœur et Général-Meusnier[1], propriété de la Ville depuis la Révolution, mais revendiqué par la Société des pharmaciens jusqu'à une décision définitive de justice en 1873 seulement.

Julien-Charles Lechat, maire républicain de Nantes de 1874 à 1881, ancien professeur au lycée de 1849 à 1855, soumet la proposition au conseil municipal. Le 22 octobre 1875, celui-ci adopte un vœu en faveur de la création d'une annexe. L'architecte Aristide Van Iseghem est chargé de concevoir les plans d'aménagement ; son projet est présenté le 6 juillet 1876. Il rencontre une certaine opposition de la droite de l'époque, rechignant à la création d'un nouveau lycée public ; René Waldeck-Rousseau, ancien maire de Nantes, républicain modéré, décide de s'abstenir[2]. Le conseil municipal vote tout de même en faveur de la construction de l'annexe.

En mars 1877, après un certain nombre de tractations, le conseil municipal autorise le maire à signer un accord avec le proviseur ; la signature a lieu le 14 mai 1877 : la ville de Nantes reste propriétaire du terrain, le lycée de Nantes en reçoit l'usufruit. L'État prend en charge le bâtiment[1].

Les premières années[modifier | modifier le code]

Les travaux se déroulent entre 1878 et 1880. L'établissement ouvre ses portes en accueillant 117 élèves, tous externes, scolarisés des classes primaires jusqu'à la cinquième. En 1884 a lieu l'ouverture d'une école maternelle et de la classe de quatrième ; l'effectif est porté à 200 élèves ; les bâtiments sont augmentés d'un gymnase et d'un préau couvert[1].

En 1889-90, l'annexe représente 42 % des effectifs du lycée, dont l'établissement principal est dans une situation assez mauvaise[1].

Dans les années 1890 apparaît le nom de Petit Lycée pour la désigner[1].

Le début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant les deux guerres mondiales, alors que le Grand lycée est fortement perturbé par des activités militaires, et est même complètement fermé de septembre 1943 à novembre 1944, le Petit lycée fonctionne dans des conditions plus normales, accueillant un nombre d'élèves bien supérieur à ce qui est officiellement prévu.

Les années 1950 : l'indépendance[modifier | modifier le code]

En 1950, il accueille 364 élèves, assurant un premier cycle jusqu'en 3e. En 1951, il y a 445 élèves. Une classe de seconde est ouverte en 1952, et l'année suivante 23 candidats du Petit Lycée sont inscrits à la 1re partie du baccalauréat. En 1954, alors qu'une classe de mathématiques élémentaires apparaît, le lycée reçoit son nom actuel. De nouveaux travaux permettent l'aménagement de deux bâtiments destinés à l'accueil des 6es et 5es du lycée. En 1957, le lycée Jules-Verne devient indépendant du lycée Clemenceau[1] ; de plus, l'annexe de Chantenay, créée en 1911, lui est affectée.

En 1958, il présente des candidats au baccalauréat en série scientifique[1].

Les évolutions depuis 1960[modifier | modifier le code]

Les classes primaires disparaissent entre 1960 et 1965. Seul le secondaire est maintenu dans l'établissement qui en 1967 accueille 1 146 élèves répartis dans 33 classes. En 1977, lycée et collège sont séparés administrativement, tout en continuant de partager les mêmes locaux[1].

Au début des années 1990, de nouveaux bâtiments sont construits rue de Budapest et rue Lafayette pour l'enseignement scientifique[1].

Il y a 708 lycéens en 2007. Il n'y a pas de filière technique ou technologique, le lycée offre un enseignement dominé par la filière scientifique. La proximité des quartiers aisés de Nantes octroie au lycée Jules-Verne une bonne réputation, et l'établissement présente de bons résultats.

Fermeture du collège[modifier | modifier le code]

À l'horizon 2015-2016, les activités de premier cycle doivent être transférées dans les locaux de l'actuel Lycée Vial reconverti en collège (les lycéens de Vial et Leloup-Bouhier ayant intégrés dès 2014 le nouveau lycée Nelson-Mandela sur l'île de Nantes). Les collégiens de Jules-Verne devant rejoindre dans leurs nouveau locaux, leurs camarades du collège Sévigné, annexe du Lycée Gabriel-Guist'hau, qui lui aussi sera fermé. Ainsi, le lycée Jules-Verne pourra bénéficier de l'intégralité de locaux actuels de la rue du Général Meusnier[3].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Source : académie de Nantes[4].

Second cycle[modifier | modifier le code]

Baccalauréat général
  • Bac. général : série économique et sociale (ES).
  • Bac. général : série scientifique sciences de la vie et de la terre (S SVT).
  • Bac. général : littéraire LV2.

Langues[modifier | modifier le code]

  • Allemand langue vivante 2 (LV2).
  • Anglais langue vivante 1 (LV1), LV2, LV renforcé, section anglais européenne.
  • Espagnol LV2, LV3, LV renforcé, section espagnol européenne.
  • Chinois LV2, LV3.

Options[modifier | modifier le code]

  • Arts plastiques.
  • Latin.
  • Latin spécialité.
  • Mathématiques.
  • Physique-chimie.
  • Sciences de la vie et de la terre.
  • Sciences économiques et sociales.
  • Littérature et société
  • MPS
  • Arts du spectacle

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Dictionnaire des lycées... op. cit., p. 324-325
  2. Guiffan, 2008, page 130, pour les détails sur la création de l'annexe
  3. Lycée international sur l'île de Nantes en 2014 - article sur Ouest-france du 29 janvier 2010.
  4. « Annuaire des établissements - Jules-Verne », sur site de l'académie de Nantes (consulté le 9 mai 2010)

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Rapillard, Dictionnaire des lycées publics des Pays de la Loire, Bonchamp-lès-Laval, Presses universitaires de Rennes,‎ 2009, 22e éd., 652 p. (ISBN 978-2-7535-0919-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Guiffan, Joël Barreau et Jean-Louis Liters dir., Le Lycée Clemenceau. 200 ans d'histoire, Éditions Coiffard, Nantes, 2008. [ISBN 978-2-910366-85-8] : création de l'annexe, pages 127-130.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]