Luxation congénitale de la hanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luxation congénitale de la hanche
Classification et ressources externes
Congenitaldislocation10.JPG
Radiographie montrant une luxation complète de la hanche gauche chez une personne âgée.
CIM-10 Q65
CIM-9 754.3
OMIM 142700
DiseasesDB 3056
MedlinePlus 000971
eMedicine orthoped/456 
MeSH D006618
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La luxation congénitale de la hanche est une affection du nouveau-né, symptomatique de dysplasie congénitale ou développementale de l'acetabulum.

Introduction[modifier | modifier le code]

Les anomalies chez le nouveau-né ou l'enfant connues sous le terme de dysplasie acétabulaire et subluxation ou luxation de la tête du fémur hors du cotyle (ou acetabulum), parce qu'ils sont présents à la naissance, sont longtemps étiquetées comme dysplasie ou luxation “congénitale” de hanche (Enseignement Hôpital Necker, Paris, Judet J. 1964)[réf. insuffisante].

Westin et al. (Westin GW, Ilfeld FW, Makin M et Paterson D., 1988)[réf. insuffisante] publient des observations de luxation “tardive” de hanche chez des enfants qui, nouveau-nés, ont un examen clinique et radiographique normal : ainsi naît le terme « dysplasie développementale de hanche » (DDH).

Depuis deux décennies (AAOS San Francisco, mars 2008)[réf. insuffisante], ce terme DDH est utilisé pour décrire toutes les dysplasies de hanche, ce qui a au moins pour avantage de traduire au mieux les incertitudes concernant l'heure exacte du début et le moment optimal du dépistage de l'affection.

Mécanismes[modifier | modifier le code]

Il y a trois mécanismes principaux :

  • pathologies localisées telles que maladie de Legg-Perthes-Calvé, dysplasie congénitale de la hanche, épiphysiolyse ;
  • facteurs mécaniques : inégalité de longueur des membres inférieurs, déformations en varus/valgus, syndrome d'hyperlaxité ;
  • dysplasie osseuse : épiphysaire, spondylo-épiphysaire…

Dépistage[modifier | modifier le code]

la HAS propose un dépistage d'abord clinique, le plus tôt possible, de préférence avant la fin du premier mois, sinon avant 3 mois, à répéter lors de chaque examen systématique jusqu’à la marche.

En cas d’examen clinique anormal (limitation d’abduction, instabilité), une échographie est à réaliser.

La radiographie n’a plus sa place dans le dépistage jusqu’à 3 mois.

L’échographie est indiquée quand existent des signes cliniques, ou si facteurs de risque, en particulier présentation par le siège, antécédents familiaux du premier degré,ou éléments du syndrome postural, dès l’âge de 1 mois[1].

Une méta-analyse Cochrane en 2011 n'a pas tranché[2] : les preuves sont insuffisantes pour émettre des recommandations définitives. Des données peu probantes indiquent que l'utilisation systématique d'ultrasons entraîne une augmentation significative du traitement par rapport aux ultrasons ciblés ou à l'examen clinique seul. Aucune des stratégies utilisant des ultrasons n'a fait la preuve de son efficacité pour améliorer les résultats cliniques, y compris le diagnostic tardif et la chirurgie.

La puissance statistique de ces études est très insuffisante pour détecter des différences significatives concernant des événements peu fréquents tels qu'une détection tardive ou une chirurgie.

Chez les nourrissons présentant des hanches instables ou légèrement dysplasiques, les ultrasons différés et la pose d'attelle ciblée réduisent le traitement sans augmentation significative du taux de diagnostic tardif ou de chirurgie[3].

Traitement non chirurgical[modifier | modifier le code]

Réduction par opération[modifier | modifier le code]

Ostéotomie fémorale[modifier | modifier le code]

Ostéotomie du bassin[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recommandation de la Haute Autorité de santé
  2. (en) Shorter D, Hong T, Osborn DA, « Screening programmes for developmental dysplasia of the hip in newborn infants », Cochrane Database Syst Rev, no 9,‎ 2011, CD004595. (PMID 21901691, DOI 10.1002/14651858.CD004595.pub2) modifier
  3. Centre Cochrane français

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]