Lutte gréco-romaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne un sport de combat. Pour d'autres sports de nom similaire, voir Lutte (homonymie).

Lutte gréco-romaine

alt=Description de l'image Wrestling pictogram.svg.
Fédération internationale FILA
Sport olympique depuis 1896
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Un combat de lutte gréco-romaine.

Blocage de l'adversaire.

La lutte gréco-romaine est une forme de lutte dans laquelle les lutteurs ne peuvent utiliser que leurs bras et ne peuvent attaquer que le haut du corps de leur adversaires, contrairement à la lutte libre, où ils peuvent aussi utiliser leurs jambes et tenir leur adversaire en dessous de la ceinture.

Les lutteurs commencent leur assaut debout et essaient d'envoyer leur adversaire au tapis. Les combattants doivent porter toutes leurs prises au-dessus de la ceinture et l'usage des jambes, croche-pied et plaquages sont interdits.

Dans la Grèce antique, les compétitions de lutte, brutales, étaient le point culminant des Jeux olympiques. Les Romains, qui firent de nombreux emprunts à la lutte grecque, éliminèrent son caractère brutal, d'où le nom de lutte gréco-romaine.

La lutte gréco-romaine est particulièrement populaire en Europe mais est pratiquée dans le monde entier.

Selon la Fédération Internationale FILA, il existe 7 catégories de poids : 55kg, 60kg, 66kg, 74kg, 84kg, 96kg et 120kg.

Ce sport, n'ayant pas une forte notoriété, n'est pas considéré comme un sport professionnel.

Histoire[modifier | modifier le code]

La lutte gréco-romaine est une forme particulière de lutte, elle vise à être le style le moins brutal. D'après la FILA, c'est un grognard, Jean Exbrayat, qui aurait développé ce style de lutte et qui l'aurait appelé "lutte à mains plates". Néanmoins cette appellation est parfaitement illégitime car elle était en vigueur depuis au moins la révolution française. Avant Exbrayat elle était utilisée en opposition à la "lutte de boxe". Cette dernière autorisant le coup de poing on lui trouve aussi des vocables patoisants comme "lutte à pugnes" (de la déformation "pognes", "poigne","poing"). La lutte à mains plates était alors présentée comme une lutte de défense où, à titre sécuritaire, les frappes d'entraînement n'étaient pratiquées qu'à mains ouvertes, donc "plates". Cette pratique de défense peut se comparer à certaines "Luttes à Frappe" africaines.

En 1848, Exbrayat instaura la règle [réf. nécessaire] de ne pas faire de prises douloureuses pouvant blesser l'adversaire et de ne pas en porter non plus en dessous de la ceinture, ce qui l'éloigna définitivement des règles des luttes traditionnelles qui faisaient toutes usage des jambes comme le Gouren ou lutte bretonne, la lutte provençale, la lutte bourguignonne ou les diverses luttes Corses par exemple. D'ailleurs, aussi loin que l'on remonte, l'iconographie de la lutte montre toujours des saisies de vêtement(s) et des prises de jambe(s), qu'il s'agisse de supports écrits, de poteries, de sculpture ou de bas-reliefs.. Certaines sources nous donnent Exbrayat comme Suisse francophone. Il se serait inspiré d'un style pratiqué en France et internationalement dit pour cette raison "Lutte Française". Sa démarche aurait donc, en anticipation, été de même nature que celle du Marquis de Queensbury en Angleterre lorsque furent proclamées les "London prises ring rules". Ces "règles londoniennes" formalisèrent les rencontres de boxe et en firent le style international aujourd'hui connu de nous sous le nom de "Boxe Anglaise".

AU XIX siècle la pratique civile et festive de ces activités avait généralement des buts utilitaires et ne visait pas à des confrontations de type sportif. Cette dernière aspiration se développant au cours du siècle, lutteurs et boxeurs étaient obligés, au préalable de la rencontre, de définir des règles minimales pour pouvoir se livrer un assaut équilibré et loyal. C'est ce qui fonda le développement de la Lutte Française et de la Boxe Anglaise qui, à l'instar de la danse, utilisèrent une certaine vision du "Classicisme" privilégiant "la partie noble du corps", c'est-à-dire le buste. On parla ainsi de la même façon de la Danse Classique, de la Lutte Classique (qui est toujours son nom officiel au sein de la FILA ; les Russes qui détiennent le record des médailles olympiques dans ce style le nomment d'ailleurs dans leur langue exclusivement par son nom officiel Klassiskaia Borba). Parfois aussi mais rarement la Boxe Anglaise est elle aussi dite Classique . Cette Lutte Française étant la seule à l'époque à permettre des matchs internationaux clairs, ce fut le sport phare en Europe au XIXe siècle. Durant cette période, le lutteur italien Basilio Bartoli utilisa le terme de "lutte gréco-romaine", en référence culturelles aux origines grecques des luttes des Jeux Antiques. D'une façon particulièrement surprenante ce terme non fondé fut repris par tous les pratiquants alors que ni grecs ni romains ne pratiquèrent jamais un tel style de lutte si ce n'est vraisemblablement comme dérivatif dans les entraînements à la palestre. De nombreux tournois furent organisés dans les capitales du Vieux Continent sous un mode précurseur du professionnalisme.

En raison de son "classicisme" cette nouvelle sorte de lutte fut retenue dès les premiers Jeux olympiques modernes et la seule épreuve fut remportée par l'allemand Carl Schuhmann. La véritable raison résidait en ce qu'il s'agissait du seul règlement permettant une confrontation internationale (Il faudra attendre 1913 pour que ce crée un règlement utilisable de lutte avec attaques de jambe, style prenant le nom de Lutte Libre à laquelle les russes donnent le nom familier de "Volna"). Ultérieurement la Lutte Classique (et Française dite Gréco-Romaine) fut toujours représentée aux Jeux olympiques, mis à part en 1900 et en 1904. Elle présente donc la particularité de porter plusieurs noms aussi chantants que contradictoires, l'officiel de Lutte Classique alors qu'il s'agit d'une création moderne, le populaire de Lutte Gréco-Romaine alors que ni grecs ni Romains de l'Antiquité ne connurent ce style, de Lutte Française enfin qui serait le plus logique bien qu'il fut créé pour permettre l'organisation de rencontres non pas nationales mais internationales.

Catégories d'âge[modifier | modifier le code]

En lutte gréco-romaine, il existe plusieurs catégories en fonction de l'âge :

  • minimes (avec 10 catégories de poids),
  • cadets (avec 10 catégories de poids),
  • juniors (avec 8 catégories de poids),
  • seniors (avec 7 catégories de poids),
  • vétérans (seulement pour les hommes).

Équipement[modifier | modifier le code]

Un casque de protection est parfois autorisé dans les compétitions de jeunes.

Les lutteurs possèdent un équipement spécial pour pratiquer leur sport[1] :

  • un maillot de lutte fabriqué avec un matériau extensible,
  • des chaussures souples en cuir,
  • les jeunes lutteurs peuvent parfois mettre un casque de protection.

Déroulement d'un match[modifier | modifier le code]

Un match de lutte gréco-romaine.

Le match a lieu sur deux périodes de trois minutes. Au début du match, après avoir été appelés par l'arbitre, les lutteurs viennent au centre du tapis et se serrent la main. L'arbitre siffle ensuite le début du match. Au bout de 60 secondes de combat debout, le combat passe en position "à terre" : un lutteur, en général celui qui n'a pas l'avantage, se place les deux mains et deux genoux au sol et doit se défendre pendant 30 secondes des attaques de son adversaire. Puis c'est au tour de son adversaire.

La victoire[modifier | modifier le code]

La victoire en lutte gréco-romaine peut s'obtenir de différentes façons :

  • tombé, c'est-à-dire lorsque le lutteur parvient à maintenir les deux épaules de son adversaire au sol assez de temps pour que le tombé soit validé par l'arbitre. Cela interrompt le match et donne la victoire au lutteur ayant réalisé le tombé.
  • blessure, abandon, forfait ou disquaification de son adversaire.
  • par supériorité technique, c'est-à-dire lorsqu'un des lutteurs atteint 8 points de plus que son adversaire, ce qui arrête le match et donne la victoire à ce lutteur.
  • aux points, à la fin des deux périodes.

Comptage des points[modifier | modifier le code]

Les différentes prises et actions réalisés par un lutteur sur son adversaire lui accordent plus ou moins de points[2].

  • Actions valant 5 points : Toute projection dite de "grande amplitude" sur l'adversaire debout ou en arraché du sol (qui soulève l'adversaire du sol) et qui l'amène en position de mise en danger (c'est-à-dire qu'il risque de subir un tombé).
  • Actions valant 4 points : Toute projection de petite amplitude sur l'adversaire debout ou en arraché du sol qui l'amène en position de mise en danger; toute projection de grande amplitude qui n'amène pas l'adversaire en position de mise en danger immédiate.
  • Actions valant 2 points : Mettre à terre et maintenir son adversaire au sol en étant derrière lui; faire rouler son adversaire sur ses épaules; bloquer la prise de son adversaire et le mettre en danger; mettre en danger un adversaire qui fuit hors du tapis; mettre en danger son adversaire en lutte à terre.
  • Actions valant 1 point : Faire sortir son adversaire du tapis; porter une prise correcte mais sans contrôler ensuite; renverser (contre-attaquer) son adversaire en défendant en position à terre; subir une faute mineure de son adversaire.
Un exemple de prise de grande amplitude: la souplesse arrière

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Équipement, Histoire, Règles de Lutte Gréco-Romaine », sur www.olympic.org (consulté le 4 octobre 2012)
  2. « Règlements - Lutte olympique », sur www.fila-official.com (consulté le 11 mai 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olympic Wrestling throughout the Millenia ; Raïko Petrov ; Édition Physkultura-Sofia
  • Les racines de la lutte ; Raïko Petrov ; édition FILA - Corsier-sur-Vevey
  • Un millénaire de Lutte Olympique ; Raïko Petrov ; édition FILA - Lausanne

Liens externes[modifier | modifier le code]