Lutgarde de Tongres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lutgarde de Tongres
Image illustrative de l'article Lutgarde de Tongres
Sainte Lutgarde par Goya
Moniale cistercienne, sainte
Naissance 1182
Tongres, Principauté de Liège
Décès 16 juin 1246 
Aywiers, Duché de Brabant
Vénéré à Brabant (Belgique)
Vénéré par l'Église catholique

Lutgarde de Tongres ou sainte Lutgarde (1182, Tongres, principauté de Liège, dans l'actuelle Belgique - 16 juin 1246, Aywiers, duché de Brabant, dans l'actuelle Belgique) a été une des plus grandes mystiques du XIIIe siècle. Avec sainte Gertrude de Helfta et sainte Mechtilde de Magdebourg, elle est l'une des premières propagatrices de la dévotion au Sacré-Cœur. Elle est fêtée le 16 juin[1], jour de sa mort.

Sainte Lutgarde fut l'une des plus grandes figures du courant mystique du XIIIe siècle. Cinq siècles avant Marguerite-Marie Alacoque, elle fut la première à pratiquer la dévotion au Cœur de Jésus.

Sa vie a été écrite par le dominicain Thomas de Cantimpré[2]. Elle a été inscrite au martyrologe romain en 1584.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de riches bourgeois de Tongres, Lutgarde fut placée par sa mère, à l'âge de 12 ans, au monastère bénédictin de Sainte-Catherine à Tongres, l'enfant n'ayant pas pour autant manifesté une quelconque vocation religieuse.

Vers 17 ans « la vie mystique l'envahit comme un ouragan » (Jacques Leclercq). Elle eut la vision du Christ, lui présentant sa plaie au côté. Sa vie en fut changée. Cette apparition est considérée comme la première vision médiévale du Sacré-Cœur.

Dès lors, Lutgarde eut de nombreuses autres expériences mystiques, visions, lévitation, apparitions du Christ, extases, stigmates. De plus, elle avait le don de guérison. Elle priait pour les pécheurs, les malades, les malheureux.

Elle médita longuement la Passion du Christ, ses sœurs observaient que son propre sang coulait après une profonde extase. Lutgarde n'a pas 25 ans qu'elle est élue prieure. Elle s'y refuse et cherchant une vie cachée et de plus grande austérité elle quitte son monastère pour rejoindre celui d'Aywiers, dans le duché de Brabant alors qu'elle ne parlait que le flamand.

Elle devint aveugle et vécut les douze dernières années de sa vie dans le silence et l'humilité. Le Christ lui annonça la date de sa mort, le 16 juin 1246.

À Aywiers, on se souvient...
La vision de sainte Lutgarde (Pont Charles, Prague)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Vie de sainte Lutgarde de Thomas de Cantimpré se trouve dans les Acta Sanctorum, mois de juin, vol.IV. Cependant les Bollandistes estiment que l'auteur est excessivement crédule et cède souvent au genre 'merveilleux' très prisé à l'époque.
  • J.B. Lefevre: Sainte Lutgarde d'Aywières en son temps (1182-1246), Collect. Cistercienne, ISSN 0378-4916
  • Pierre Debongnie: La dévotion au Cœur de Jésus, Paris, 1950.
  • Jacques Leclercq: Saints de Belgique, Bruxelles, 1942.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nominis : Sainte Lutgarde
  2. Adrien Baillet, Les Vies des saints... disposées selon l'ordre des calendriers et des martyrologes, avec... l'histoire des autres festes de l'année,‎ 1701 (lire en ligne), STE LUTGARDE, abbesse en Brabant. Sa vie a été écrite en trois livres par Thomas de Cantimpré Brabantin qui de Chanoine regulier i Cantimpré proche de Cambray se fit Dominicain à Louvain 8c mourut évêque suffragant de l evêché de Cambray l' an I263

Lien externe[modifier | modifier le code]