Lussat (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lussat.
Lussat
La mairie de Lussat
La mairie de Lussat
Blason de Lussat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Pont-du-Château
Intercommunalité Communauté de communes de Limagne d'Ennezat
Maire
Mandat
Christian Arveuf
2014-2020
Code postal 63360
Code commune 63200
Démographie
Population
municipale
903 hab. (2011)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 22″ N 3° 12′ 58″ E / 45.8394, 3.2161 ()45° 50′ 22″ Nord 3° 12′ 58″ Est / 45.8394, 3.2161 ()  
Altitude Min. 311 m – Max. 368 m
Superficie 9,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lussat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lussat
Liens
Site web http://www.lussat63.fr

Lussat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Lussat fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lussat se situe à 415 km de Paris et 15 km de Clermont-Ferrand, dans la plaine de la Limagne. Elle appartient à la Communauté de communes de Limagne d'Ennezat. La commune a la particularité d'être composée de deux villages, Lussat et Lignat. La rivière la plus proche est l'Allier. Autrefois, la commune était traversée par la Tiretaine, rivière souterraine de Clermont-Ferrand. Elle fait partie du canton de Pont-du-Château jusqu'en 2015 ; le redécoupage des cantons de 2014 le situera dans le canton d'Aigueperse[1].

Le point culminant de la commune est le Lieu-Dit « La Motte ». C'est sur ce site qu'a été découvert et identifié au XIXe siècle un minéral particulier : la Lussatite. Il s'agit d'une calcédoine guttulaire ; ce sont des petits cristaux blanc translucides. C'est un minéral très rare. Un échantillon de lussatite est exposé dans un musée à New York.

La commune n'est pas desservie par l'A89. Les routes départementales la desservant sont les RD 6 (Saint-Beauzire – Pont-du-Château), 8 (Chappes), 54 (Malintrat et les Martres-d'Artière) et 84 (Chavaroux).

Les gares SNCF les plus proches sont Riom - Châtel-Guyon et Pont-du-Château.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme toutes les villes dont le nom se termine par « at », Lussat-Lignat est d'origine médiévale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie a été construite en 1835. C'est le plus vieil édifice de la commune.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1988   Mr Monnet    
mars 1995 en cours Christian Arveuf[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 903 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450 1 015 658 791 812 873 873 961 966
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
978 944 962 925 912 962 840 789 777
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
784 798 748 642 620 600 555 492 542
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
563 557 602 653 765 713 826 858 903
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Lussat possède une école construite en 1885. À l'époque, cette école n'était pas mixte, c'était l'école des garçons. Les filles étaient éduquées dans une salle de la mairie. L'association « Lussat Autrefois » a retrouvé dans les archives la trace d'un instituteur en 1792.

Depuis sa construction, le préau, la maternelle, les barrières, une salle de classe ont été ajoutés.

Dans une des classes de l'école, une plaque rend hommage à Gaston Meyvial, instituteur de l'école, mort pour la France en 1914.

Sports[modifier | modifier le code]

Les lussatois peuvent pratiquer plusieurs sports : le tennis, le basket, la gymnastique, le twirling-bâton, le tennis de table, la pétanque, le cyclisme, le paint ball. Une activité foot sera proposée en 2009 pour les adultes.

Le village compte un stade, un gymnase ainsi qu'un chemin cyclable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie et vie locale[modifier | modifier le code]

Lussat bénéficie d'une maison communale et a construit une médiathèque qui est en cours d'aménagement.

La ville compte trois commerces : une boulangerie, un coiffeur et un bar-tabac, qui fait office de poste.

Des entreprises sont installées dont VICC, Terrassements Semonsat, Roux Jourfier et l'entreprise Demas.

Lussat est un village rural ; il compte 20 exploitations agricoles, dont une exploitation d'élevage. Les agriculteurs cultivent du maïs, du blé, du tournesol, des légumes (pommes de terre, navets, betteraves) et de la vigne.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Du chateau de Lignat, il ne reste plus que deux tours, un pont, et des ruines. La mairie l'a acheté et va l'aménager.

La ville compte un monument aux morts composé de quatre obus et d'une stèle où sont inscrits les noms des 18 lussatois morts pour la France, dont l'instituteur, Gaston Meyvial.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]