Lupus Protospatharius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lupus Protospatharius[1], dit aussi Lupus Protospatharius Barensis[2], est un chroniqueur italien du Moyen Âge aux origines inconnues (Grec d'Italie ?) vivant dans l'Italie méridionale du XIe siècle et du tout début du XIIe siècle.

Ce personnage historique peu connu est passé à la postérité pour être l'auteur présumé d'une chronique allant de l'an 805 à l'an 1102, le Chronicon rerum in regno Neapolitano gestarum, ou l'histoire du sud de l'Italie. Un autre chroniqueur du Mezzogiorno, le Normand Guillaume de Pouille, semble avoir utilisé ces mêmes annales pour ses recherches et la rédaction de son œuvre intitulé De Gesta Rodberti Wiscardi, ou les aventures des Normands en Italie méridionale de 1016[3] à 1085[4].

Il est mentionné en latin sur une colonne de la Via Appia à Brindisi. Cependant, nous ne savons pas si c'est le même personnage :

« ILLUSTRIS PIVS ACTIB (US) ATQ (UE) REFVLGENS
P (ro) TOSPATHA LVPVS VRBEM HANC STRVXIT ab imo
QVAM IMPERATORES MAGNIFICIQ (UE) Benigni… »

En effet, son prénom, « Lupus » (en français : « Loup »), n'est pas rare au Moyen Âge, tandis que Protospatharius est une fonction de l'Empire byzantin (en français : Protospathaire)[5].

En revanche, plusieurs rues du sud de l'Italie portent son nom, notamment à Matera[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lupo Protospata en italien
  2. « Barensis » signifiant originaire de la cité de Bari en latin
  3. Arrivée certaine des premiers mercenaires normands en Italie du Sud sous la conduite de Osmond Quarrel et ses frères
  4. Mort de Robert Guiscard, le plus fameux des Normands d'Italie
  5. Protospathaire (signification)
  6. [1]