Lumen fidei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lumen fidei
Blason du pape François
Encyclique du pape François
Date 5 juillet 2013
Sujet Encyclique sur la foi.
Chronologie
Précédent Caritas in veritate

Lumen fidei (en latin: La lumière de la foi) est une encyclique du pape François s'appuyant sur les travaux préparatoires menés par son prédécesseur le pape Benoît XVI[1].

Elle porte sur la foi, une des trois vertus théologales, et s'inscrit dans le contexte de l'année de la foi[2].

Présentation générale[modifier | modifier le code]

La première encyclique du pape François intitulée Lumen fidei (la lumière de la foi) est présentée le 5 juillet 2013. Cette encyclique, signée de François, est le fruit d'un travail largement entamé sous le pontificat de Benoît XVI, travail repris et complété par le nouveau pape. Publiée au cours de l'année de la foi, elle forme avec les encycliques de Benoît XVI Deus caritas est et Spe salvi une trilogie sur les vertus théologales (charité, espérance et foi)[3].

Le Pape François cherche à démontrer le caractère lumineux de la foi qui se construit dans l'être humain et aide à distinguer le Bien du Mal. Cette justification de la foi est particulièrement importante dans une époque comme la nôtre où la foi est perçue comme une lumière illusoire qui empêche l'homme d'aller vers la connaissance et qui restreint sa liberté.

Le texte du Pape François retrace l'histoire de la foi de l'Eglise depuis l'appel de Dieu à Abraham et au peuple d'Israël jusqu'à la résurrection du Christ. Puis, il décrit la relation entre foi et raison, le rôle de l'Eglise dans la transmission de la foi et les bénéfices de celle-ci dans la construction des sociétés en recherche du bien commun. Le texte se conclut sur une prière à la Vierge Marie qui est présentée comme un modèle de foi.

Contenu[modifier | modifier le code]

Chapitre 1 : Nous avons cru en l'amour (cf. 1 Jn 4, 16)[modifier | modifier le code]

Dieu qui appelle les hommes n'est pas un Dieu étrange mais un Dieu paternel, source de bonté et cause de tout. Se tourner vers Dieu garantit l'homme de l'idolâtrie et lui assure une stabilité dans la foi. L'idolâtrie est contraire à la foi car elle égare l'homme sur des chemins et des désirs multiples.

À travers la foi, l'homme est capable d'amour qui est l'action de l'Esprit Saint. Il devient aussi membre du corps du Christ, c'est-à-dire membre de l’Église en tant que communauté de croyants. Les chrétiens sont un seul corps sans perdre pour autant leur individualité. C'est pourquoi la foi ne peut pas être quelque chose de privé ni une conception individuelle et subjective.

Chapitre 2 : Si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas (cf. Is 7, 9)[modifier | modifier le code]

Chapitre 3 : Je vous transmets ce que j'ai reçu (cf. 1 Co 15, 3)[modifier | modifier le code]

Chapitre 4 : Dieu prépare pour eux une cité (cf. He 11, 16)[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La foi, lumière pour le monde, Famille chrétienne n°1852 du 13 au 19 juillet 2013, p.20
  2. La lumière de la foi, Famille chrétienne n°1871 du 23 au 29 novembre 2013, pp.30-32
  3. L'encyclique Lumen Fidei sera présentée le 5 juillet, News.va, 1er juillet 2013