Luise Gottsched

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Luise Adelgunde Victoria Gottsched

Description de l'image  Gottschedin.jpg.
Activités Traductrice, écrivaine
Naissance 1713
Dantzig
Décès 1762
Leipzig
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Johann Christoph Gottsched

Luise Adelgunde Victoria Gottsched, née Kulmus le 11 avril 1713 à Dantzig où elle est morte le 26 juin 1762, est une femme de lettres allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

D’une éducation littéraire soignée, Luise Kulmus fut mariée en 1735 à l’écrivain Gottsched, dont elle devint la « chère collaboratrice. » Possédant l’anglais et le français, elle apprit le latin et le grec après son mariage et acquit une solide connaissance des littératures anciennes et étrangères.

Elle a traduit beaucoup de pièces de théâtre du français et de l’anglais, entre autres Caton d’Addison, Zaïre de Voltaire, Génie de Françoise de Graffigny. Grande figure de la traduction au siècle des Lumières, elle contribua a un tournant majeur à cette époque dans l'art de la traduction. En effet, jusque-là, les traductions effectuées pouvaient prendre de larges libertés relativement au texte original, l'essentiel étant de respecter l'élégance de la langue de traduction : les traductions effectuées alors, « ces "belles infidèles", héritées du classicisme du Grand Siècle, donnaient le ton et les exigences de la langue-cible l'emportaient sur la fidélité à l'original »[1]. Luise Gottsched initia un renversement de perspective en 1739, lorsqu'elle publia dans le Spectateur un vigoureux plaidoyer pour l'adoption d'une méthode qui respecte au plus près le sens du texte original et la logique de la langue-source[1]. Diderot et Fréon lui emboîtèrent le pas dans la dénonciation de toute dénaturation du texte à traduire dans les années 1760[1].

Elle composa elle-même des tragédies, Aurélius, Panthée, etc., et des comédies, dont la Ménagère française (die Hausfranzësin) ; puis des Satires, contre les piétistes, contre les imitateurs de Klopstock, etc.

Ses Lettres, publiées par son amie Dorothea Henriette von Runkel (Briefe der Frau Louise Adelgunde Victorie Gottsched, geborne Kulmus, Dresde, 1771, 3 vol.), sont écrites avec vivacité et esprit.

Gottsched a donné un recueil posthume des Poèmes de sa femme, avec une Notice sur sa vie (Gedichte, Leipzig, 1763).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Patrice Bret, « Le défi linguistique de l'Europe des Lumières. La traduction, creuset des circulations scientifiques internationales (années 1680-années 1780) », in Pierre-Yves Beaurepaire et Pierrick Pourchasse (dir) Les circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 325

Source[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 913.