Luis Bedoya Reyes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reyes.

Luis Bedoya Reyes, (né à Callao le 20 février 1919) surnommé familièrement El Tucán (le Toucan, à cause de son appendice nasal) est un avocat et homme politique péruvien. Il est le fondateur du Parti populaire chrétien (Partido Popular Cristiano, PPC). Il fut maire de Lima de 1964 à 1969.

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Il est né à La Punta, dans le port de Callao. Il suit des études secondaires au collège Nuestra Señora de Guadalupe. Il entre à l’Université de San Marcos, où il termine ses études de droit.

Ministre de la Justice et maire de Lima[modifier | modifier le code]

Attiré par le christianisme social, il adhère au jeune parti Démocrate-Chrétien. En 1963, son parti allié à Acción Popular gagne les élections présidentielles et Bedoya est nommé ministre de la Justice et est élu maire de Lima la même année. Il exercera ce mandat de janvier 1964 à janvier 1969.

Jusqu’en janvier 1969, l’administration de Bedoya à la mairie de Lima se consacra à la modernisation de la gestion de la municipalité. Sa plus grande réalisation fut l’achèvement de la 'Voie Express' (Via express - Paseo de la Republica) qui traverse Lima du nord au sud.

Le Partido Popular Cristiano[modifier | modifier le code]

En 1967, en désaccord avec son parti Démocrate-Chrétien et désireux de mettre en pratique ses idées, Luis Bedoya Reyes décide de créer sa propre organisation : le Parti populaire chrétien. Mais en 1968, une dictature militaire ouvre une longue période sans élections.

En 1978, lors des élections pour l'Assemblée Constituante préparant le retour à la démocratie, Luis Bedoya Reyes était tête de liste du Parti Populaire Chrétien qui fut deuxième. Aux élections de 1980 et à celles de 1985, il est candidat à la Présidence de la République, arrivant dans les deux cas à la troisième place.

L’opposition à Alan García[modifier | modifier le code]

En 1987, quand le président Alan García tente de nationaliser le secteur bancaire, Bedoya est l’un des premiers à protester avec Lourdes Flores Nano.

En 1989, son parti crée avec Acción Popular et le Movimiento Libertad le FREDEMO, qui présente Mario Vargas Llosa aux élections de 1990.

Le soutien à Lourdes Flores Nano[modifier | modifier le code]

Dès lors, il s’éloigne de la vie politique, dans ses dernières interventions il a donné son soutien à la candidature de Lourdes Flores Nano qui est aujourd’hui présidente du parti qu’il a fondé.

Son fils, Javier Bedoya de Vivanco, est vice-président de ce parti.

Liens externes[modifier | modifier le code]