Luis Batlle Berres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luis Batlle Berres
Image illustrative de l'article Luis Batlle Berres
Fonctions
30e président de la
République orientale de l'Uruguay
2 août 19471er mars 1951
Vice-président Alfeo Brum
Prédécesseur Tomás Berreta
Successeur Andrés Martínez Trueba
Vice-président de l'Uruguay
1er mars 19472 août 1947
Président Tomás Berreta
Prédécesseur Alberto Guani
Successeur Alfeo Brum
Biographie
Nom de naissance Luis Batlle Berres
Date de naissance 26 novembre 1897
Lieu de naissance Montevideo, Uruguay
Date de décès 15 juillet 1964
Lieu de décès Montevideo, Uruguay
Nationalité uruguayenne
Parti politique Parti Colorado
Conjoint Matilde Ibáñez Tálice
Profession Journaliste, politique
Résidence Residencia de Suárez

Luis Batlle Berres
Présidents de la
République orientale de l'Uruguay

Luis Batlle Berres (1897-1964) est un homme politique uruguayen, membre du Parti Colorado. Il fut président de l'Uruguay du 2 août 1947 au 1er mars 1951, puis président du Conseil national du gouvernement de 1955 à 1956. En 1947, il succéda au président Tomás Berreta, mort après cinq mois de mandat. Marié avec Matilde Ibáñez Tálice, il eut trois fils, dont l'un, Jorge Batlle, fut lui aussi président, de 2000 à 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Président de la République[modifier | modifier le code]

Luis Batlle Berres était descendant d'immigrés catalans par son père et irlandais par sa mère. Il suivit des études secondaires au lycée Elbio Fernández, puis à la Faculté de droit de l'Université de la République. Député colorado depuis 1923, il s'opposa au coup d'État de Gabriel Terra en 1933 et dut s'exiler à Buenos Aires avec sa famille. Il eut trois enfants avec sa femme, Matilde Ibáñez Tálice, dont l'un, Jorge Batlle, fut également président du pays.

Après être revenu en Uruguay, il présida la Chambre des Députés entre 1943 et 1945, sous le gouvernement d'Amézaga. Lors des élections de 1946, il fut élu vice-président de la République sur la liste menée par Tomás Berreta. Lorsque ce dernier mourut le 2 août 1947, il lui succéda et développa alors une politique étatiste et protectionniste qui, en divers aspects, ressemblait à la politique de substitution des importations suivie dans les années 1930, qu'on nomma néobatllisme en référence au premier batllisme de José Batlle y Ordoñez au début du siècle. Il nationalisa également plusieurs entreprises étrangères, en particulier britanniques (ferroviaires et distribution d'eau), qui permirent en sorte au Royaume-Uni de rembourser la dette contractée lors de la Seconde Guerre mondiale avec les importations de viande.

Sa personnalité charismatique et sa profonde empreinte sur la vie politique de son temps s'appuyèrent notamment sur la conduite d'une structure de clubs politiques de quartiers, qui recueillirent les voix d'une bonne partie des classes moyennes, et élevées sur l'impulsion de chefs locaux qui échangèrent ces suffrages en échange de postes dans l'administration publique.

Parmi ses militants les plus enthousiastes, un groupe devint connu comme les « Jeunes Turcs de Luis Battle »: Zelmar Michelini, Teófilo Collazo, Guzmán Acosta y Lara, Norberto Sanguinetti, Tabaré Hackenbruch et Julio María Sanguinetti.

Si son influence au sein du Parti Colorado fut grande, elle ne fut jamais totale, celui-ci étant fragmenté en plusieurs listes électorales en raison de la ley de lemas, la liste 14, en particulier, réunissant un noyau conservateur autour des Batlle Pacheco, les fils de José Batlle y Ordoñez, rivaux principaux de Luis Batlle. Malgré certaines critiques internes, les partisans de Luis Batlle, réunis autour de la liste 15, réussirent à imposer la candidature du pharmacien Andrés Martínez Trueba pour l'élection présidentielle de 1950, qui fut élu et promulgua la réforme constitutionnelle aboutissant au Conseil national du gouvernement.

Conseil national du gouvernement[modifier | modifier le code]

Trueba, le candidat de Batlle Berres, fut élu président à la fin de l'année 1950 et fut assermenté le 1er mars 1951. Cette même année, les représentants de la Liste 14 et des secteurs majoritaires du Parti National parvinrent à se mettre d'accord sur la mise en place d'un collège exécutif, le Conseil national du gouvernement, dans le but de limiter l'influence de Battle Berres. Cette réforme fut adoptée à la fin de l'année 1951 par référendum et entra en vigueur en 1952, le mandat présidentiel de Trueba ne durant donc qu'un an.

Lors des élections de 1955, Luis Batlle Berres, à la tête de la liste 15, remporta les élections d'une manière claire et, s'il n'abolit pas le Conseil national de gouvernement uruguayen, il gagna en revanche le droit de le présider dès 1955.

En 1958, incapable de faire face à la crise économique entamée en 1955 en raison de la chute des prix à l'exportation, la liste 15 de Battle Berres fut défaite aux élections et le Parti National arriva au pouvoir après 93 ans de règne du Parti Colorado.

Fin de la vie[modifier | modifier le code]

Luis Batlle Berres occupa ensuite un mandat de sénateur et mourut en 1964, laissant un Parti Colorado sans leadership clair et profondément divisé, en trois tendances principales. Son fils, Jorge Batlle, lui succéda à la tête de la liste 15.