Luigi Tansillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luigi Tansillo

Luigi Tansillo (né en 1510 à Venosa, dans la province de Potenza, en Basilicate, Italie - mort en 1568 à Teano, dans la province de Caserte en Campanie) était un poète italien de la Renaissance.

Origine[modifier | modifier le code]

Luigi Tansillo descend d'une famille de nobles déchus, et dut alterner aux études le métier de page entre Naples et Nole. Il composa jeune les premières œuvres en langue italienne.

En 1536 il entra au service du vice-roi espagnol de Naples Pietro de Toledo; en 1550 il épousa Luisa Puccio de Teano et à partir 1553 il assuma beaucoup de charges publics. Il s'était attaché au son fils du duc de Tolède, don Garcia, et accompagna ce jeune prince dans l'expédition dirigée par Charles Quint contre Tunis en 1551, et se signala par sa bravoure en même temps qu'il savait distrire ses compagnons d'armes par d'ingénieuses compositions.

Il écrivit des œuvres au caractère élogieux et il fit partie de l'Accademia degli Umidi en 1540 dans lequel il connut Annibal Caro, Benedetto Varchi et Antonio Minturno.

Poète très fécond et versatile, il écrivit des petits poèmes de sujets très différents:

Il composa le long de sa vie de nombreuses rimes en projetant d'en recueillir dans un ouvrage organique, qu'il ne réussit jamais à publier. Les admirateurs de Tansillo l'égalaient à Pétrarque et à Bembo. Malherbe l'a quelquefois imité (Les Larmes de Sainct Pierre, imitées du Tansille, éd. 1587, 1596).

Le Vendangeur[modifier | modifier le code]

Le Vendangeur est l'œuvre la plus célèbre de ce poète. Lorsqu'il parut, en 1534, son poème (décrivant une tradition locale des habitants de Nole, près de Naples) fut condamné par Rome qui en avait interdit la publication après lecture du manuscrit. Cette imprudence eut des suites facheuses pour Tansillo. Son travail est souvent comparé favorablement avec Pétrarque.

Le Vendangeur de Tansillo lançait aux grandes dames napolitaines des railleries pleines d'allusions licencieuses. Cela relevait d'une tradition locale implantée à Nole près de Naples. Pendant la période des vendanges, les habitants avaient coutume d'abuser de ce qu'Horace appelait la libertas decembris. Ivres de vin nouveau, ils accablaient de grossièreté les femmes de qualité et les seigneurs qu'ils rencontraient dans les campagnes. Le poème raconte cette période de boire et de débauche pendant le temps de la récolte du raisin.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Il Vendemmiatore. Naples, 1534.
  • Le Lagrime Dis Pietro. Venetia. Appresso Giancomo Vincenti. 1589.
  • La Balia Poemetto...con annotazioni da Gio. Antonio Ranza. Vercelli, Presso il Panialis, 1767. Un des premiers poèmes pédiatriques, découvert dans les manuscrits par Ranza quelque deux siècles après la mort de son auteur en 1569. Le poème est un appel pour l'allaitement maternel, et paraît avoir été incité par une maladie de sa femme après s'être abstenu d'allaiter son propre enfant.
  • The Nurse, A Poem translated from the Italian. Liverpool: J.McCreery for Cadell and Davis, 1798. Traduit par William Roscoe. Dans la préface, Roscoe fournit une biographie de Tansillo, en faisant référence à ce poème comme "le travail d'un des esprits les plus clairs dans cette constellation de génies apparu en Italie au XViee siècle, et qui diffusa une lumière permanente sur la littérature...."
  • Le jardin d’amour, ou le vendangeur, poëme traduit littéralement de l’italien, par Claude-François Mercier. Paris: Les Marchands de Nouveautés, An VI, 1798. Dans l'édition courante, Mercier fournit sa version française en face de l'original italien.

Source partielle[modifier | modifier le code]