Luigi Rossi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rossi.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Luigi Felice Rossi.

Luigi Rossi (né vers 1597 à Torremaggiore, dans la province de Foggia, dans l'actuelle région des Pouilles et mort le 19 février 1653 à Rome) est un compositeur et professeur de chant italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de l'Italie méridionale, Luigi Rossi étudie à Naples. Il est compositeur, chanteur et luthiste au service des Médicis à Florence puis du cardinal Antonio Barberini à Rome.

Il compose en 1632 la cantate Lamento della Regina di Svetia sur la mort du roi Gustave II Adolphe de Suède durant la bataille de Lützen. Cette cantate lui acquiert une grande notoriété dans toute l'Europe.

En 1641, il entre, à Rome, au service du pape Urbain VIII. Dans cette même ville il fait représenter son premier opéra Il palazzo d'Atlante incantato dont le livret est du cardinal Rospigliosi, futur pape Clément IX. Les années suivantes, il compose encore d'autres cantates et des oratorios.

En 1646, il est invité à la Cour du roi de France. Dans son désir de sensibiliser le peuple français, le cardinal Mazarin lui commande le premier opéra italien écrit expressément pour une production parisienne. Orfeo, le second opéra de Luigi Rossi, est joué à Paris, au Petit-Bourbon, le 2 mars 1647, avec la participation des castrats Atto Melani dans le rôle titre et Marc'Antonio Pasqualini dans celui d'Aristé. Bien que composé en italien par un Italien, le succès fut tel qu'Orfeo fut repris cinq fois en 1647 et contribua grandement à faire connaître l'opéra italien en France. Son mécène le cardinal Mazarin - originaire d'Italie - fut très critiqué pour cette représentation à grand spectacle, cependant, cet opéra devait exercer une influence certaine sur les productions postérieures de Lully, en France et de Cavalli et Cesti en Italie. Il a composé un oratorio: Giuseppe. Il est aussi considéré comme un des maîtres de la cantate – il en a composé 300.