Lugo (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lugo.
Lugo
Image illustrative de l'article Lugo (Italie)
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Emilia-Romagna-Stemma.svg Émilie-Romagne 
Province Ravenne 
Code postal 48022
Code ISTAT 039012
Code cadastral E730
Préfixe tel. 0545
Démographie
Gentilé lughesi
Population 32 777 hab. (31-12-2010[1])
Densité 283 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 25′ 00″ N 11° 55′ 00″ E / 44.41667, 11.91667 ()44° 25′ 00″ Nord 11° 55′ 00″ Est / 44.41667, 11.91667 ()  
Altitude Min. 15 m – Max. 15 m
Superficie 11 600 ha = 116 km2
Divers
Saint patron Sant'Illaro
Fête patronale 15 mai
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
City locator 14.svg
Lugo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Lugo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Lugo
Liens
Site web http://www.comune.lugo.ra.it/
rigth

Lugo /'luˑgo/ (Lugh en dialecte romagnol) est une ville de la province de Ravenne, dans la région d' Émilie-Romagne en Italie.

Géographie et climat[modifier | modifier le code]

Lugo est situé à 15 mètres d’altitude, entre les fleuves Santerno et Senio, au nord-ouest de la plaine alluvionnaire qui entoure la province de Ravenne. Le territoire est traversé par une multitude de petits canaux, dont le canal des moulins de Castel Bolognese, qui servent à la bonification des sols d’origine marécageuse de la valle Padusa.
Le climat est celui de toutes les zones internes de la plaine da la Romagne ; tempéré subcontinental avec des hivers froids et humides et des étés chaudes et suffocantes.
La commune est traversée par la route nationale SS253 qui relie Bologne (53 km) à Ravenne (30 km) et par la route provinciale SP7 qui mène à Faenza (17 km). A quelques kilomètres se trouve l’accès à l’autoroute A14 ou à la route nationale SS9 via Emilia.
Les grandes villes voisines sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles ont permis la mise au jour de villages néolithyques (Ve millénaire av. J.‑C.) et des traces de civilisation romaine, particulièrement celles de la centuriation qui s’arrête au site de San Lorenzo qui marquait le début de la valle Padusa.

À partir du IVe au VIe siècle av. J.-C., la zone subit un dépeuplement progressif à cause de la non maintenance des systèmes de drainage, favorisant ainsi l’épanchement des eaux des fleuves qui recouvrirent les terrains assainis par les Romains sous 1,5 mètres d’alluvions. Ce système de centuriations fut rétabli durant le bas Moyen Âge.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le premier témoignage écrit sur le territoire de Lugo est contenu dans un acte de 782 selon lequel le pape Adrien Ier, en lutte contre l’archidiosèse de Ravenne, sollicitait l’intervention de Charlemagne.

En 1161, Lugo est donné en fief aux comtes de Cunio par l’Empereur Frédéric Barberousse, puis réstitué au pape Innocent III en 1202, année qui marqua le début des fortifications.

En 1278, Lugo, comme toute la Romagne, passa sous la souveraineta papale et le repeuplement repris avec l’assainissement des terres.

Au cours des XIVe et XVe siècles, Lugo passa tour-à-tour aux da Polenta de Ravenne, aux Pepoli de Bologne et aux Visconti de Milan.

En 1437, la Maison d'Este de Ferrare acheta le territoire de Lugo, restaura la forteresse et développa le marché aux bestiaux.

En 1598, à l’extinction de la famille d’Este, le territoire retourna à l’État pontifical et inséré dans la Légation de Ferrare.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le XVIIIe siècle fut une grande période de paix pour la Romagne et la cité de Lugo connu propérité et richesse de par sa position géographique entre les légations de Bologne, Ferrare et Ravenne.

Sous l’influence des marchands nait le Pavaglione, sorte de galerie marchande quadriportique déjà voulue au XVIe siècle par Alphonse II d'Este pour abriter les cavaliers et leur monture, construite avec les pierres de l’ancienne forteresse entre la Rocca et l’église del Carmine, de dimensions importantes (plus de 200 pieds de long sur 40 de large) ; cet imposant édifice fut dédié au traditionnel marché du mercredi, et à la foire biennale[2].

En 1796, l’armée napoléonienne, lors d’un pillage en règle de la cité, connue une forte rébellion des habitants. Le 7 juillet, la rébellion fut réprimée dans le sang à coups de canon, sous les ordres du général Charles Pierre François Augereau.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

1814 : fin de la domination française et, avec la Restauration, Lugo retourne dans la légation apostolique de Ferrare (1816-1850).

En 1831, comme dans toute la Romagne, l’influence révolutionnaire de Giuseppe Mazzini, l’émergeance des idées républicaines et la formation des Carbonari, déclenchèrent l’intervention des armées autrichiennes et la déclaration de neutralité de l’État-pontifical par la pape en 1848.

En 1859, la deuxième guerre d'indépendance italienne et l’engagement de nombreux volontaires, sonna la fin de l’administration pontificale sur la Romagne et la proclamation du Royaume d'Italie le 17 mars 1861.

Monuments et lieux d’intérêt[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Rocca Estense – monument le plus caractéristique de Lugo, fortification du Moyen Âge qui héberge les services administratifs communaux.
    Il Pavaglione
  • Pavaglione – Quadriportique d’environ 100 mètres de côté, construit en plusieurs phases depuis 1570 et terminé en 1781, dédié au commerce.
  • Le théâtre Rossini – 1757-1761.
  • Villa Malerbi – Résidence de campagne au début du XIX siècle de la famille des frères Malerbi (célèbres musiciens).
  • Monument à Francesco Baracca – Monument de 1936, aux héros de la première guerre mondiale.
  • Casa-Museo Gioacchino Rossini – exposition d’art figuratif.
  • Porta San Bartolomeo – Porte médiévale.
  • Cimetière Juifs – inauguré en 1877 pour l’importante communauté juive installée à Lugo depuis le XVI siècle.

Églises[modifier | modifier le code]

  • Chiesa del Carmine (1480).
  • Oratoire de Croce Coperta, un des plus antiques lieux de culte de Lugo.
  • Église de la Collegiata.
  • Église S. Maria delle Grazie construite en 1612.
  • Eglise S. Giacomo Maggiore
  • Église S. Francesco da Paola'
  • Ex-Oratoire de Sant'Onofrio (1679), qui héberge une galerie d’art
  • Église del Suffragio (1730).

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • habita néolityque – découvert en 1982.
  • Parc du Loto – parc naturel avec bassin d’eau avec flore et faune.
  • Canal des moulins de Castel Bolognese, Lugo et Fusignano – canal historique de 1389 entre castel Bolognese et Faenza.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Raffaele Cortesi Democratici di Sinistra  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Ascensione, Belricetto, Bizzuno, Cà di Lugo, Campanile, Chiesanuova, Ciribella, Giovecca, Passogatto, San Bernardino, San Lorenzo, Santa Maria in Fabriago, San Potito, Villa San Martino, Viola, Voltana, Zagonara

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Alfonsine, Bagnacavallo, Bagnara di Romagna, Conselice, Cotignola, Fusignano, Massa Lombarda, Mordano, Sant'Agata sul Santerno.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population en janvier de chaque année[modifier | modifier le code]

1861 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
- 5 910 6 842 8 158 9 532 9 349 9 141 8 513 8 518
2011 - - - - - - - -
10 700 - - - - - - - -


Ethnies et minorités étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1º janvier 2011 la population étrangère résidente était de 3471 personnes. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1 Roumanie Roumanie 854
2 Maroc Maroc 799
3 Drapeau de l'Albanie Albanie 371
4 Drapeau de la Pologne Pologne 204
5 Tunisie Tunisie 175
6 Ukraine Ukraine 133
7 Drapeau de la Macédoine Macédoine 129
8 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 121
9 Drapeau de la Moldavie Moldavie 103
10 Sénégal Sénégal 76

Culture[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque Trisi. Patrimoine d’environ 170 000 volumes.
  • Musée Francesco Baracca. Dédié à l’aviation, dans la maison natale de l’aviateur Francesco Baracca.
  • Théâtre Rossini.
  • Cinéma théâtre San Rocco".

Fêtes et évènements[modifier | modifier le code]

  • Fête du copatron saint François de Paule, le troisième dimanche après Pâques.
  • Contesa estense palio, le second dimanche de mai.
  • Fête du saint patron', le 15 mai.
  • Foire biennale de l’artisanat, de l’agriculture et de l’industrie, en septembre.
  • Rombi di passione manifestation motocycliste fin de semaine de septembre et début d’octobre.

Personalità legate a Lugo[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture : plantations fruitières et céréalières.
  • Commerce : marché du mercredi avec 600 stands.
  • Infrastructure et transports : liaison avec l’autoroure A14 et A14bis, ligne ferriviaire

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. aujourd’hui le Pavaglione héberge le marché des antiquaires le deuxième dimanche du mois.

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • M. G. Muzzarelli, La Comunità ebraica a Lugo fra Medioevo ed età moderna, in Storia di Lugo, I, Fondazione Cassa di Risparmio di Lugo, Filograf, Forlì 1995, pp. 223–241.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :