Lugny-lès-Charolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lugny-lès-Charolles
Lugny-lès-Charolles, vue du Pont de l'Arconce
Lugny-lès-Charolles, vue du Pont de l'Arconce
Blason de Lugny-lès-Charolles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Charolles
Intercommunalité Communauté de communes du Charolais
Maire
Mandat
Patrick Bouillon
2014-2020
Code postal 71120
Code commune 71268
Démographie
Population
municipale
339 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 42″ N 4° 12′ 45″ E / 46.4116666667, 4.212546° 24′ 42″ Nord 4° 12′ 45″ Est / 46.4116666667, 4.2125  
Altitude Min. 265 m – Max. 365 m
Superficie 16,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lugny-lès-Charolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lugny-lès-Charolles

Lugny-lès-Charolles est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située au cœur du Pays Charolais, sur les bords de l'Arconce, au carrefour des routes Charolles-Marcigny (D10) et La Clayette-Paray-le-Monial (D270), à 6 km au S-O de Charolles, 10 km au S-E de Paray-le-Monial, 16 km au N-O de La Clayette, 22 km au N-E de Marcigny.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Hautefond Champlecy Rose des vents
Nochize N Changy
O    Lugny-lès-Charolles    E
S
Saint-Julien-de-Civry

Histoire[modifier | modifier le code]

Lugny-les-Charolles, fut le siège de l'une des quatre baronnies du Charolais, qui s'étendait autrefois sur les communes actuelles de Lugny-lès-Charolles, de Changy, de Nochize et de Hautefond. La paroisse relevait du bailliage et de la recette de Charolles et de l'ancien diocèse d'Autun.

  • Les premiers seigneurs de Lugny sont issus de la famille de Semur-en-Brionnais. Cette famille semble issue de la Maison des premiers comtes de Chalon. Située en Brionnais, la famille de Semur fut très puissante dans la région mais elle a eu également un fort rayonnement au sein du royaume depuis les années 700 jusqu'à l'an 1100 puis perdra de son influence par la suite.

Cette famille est issue de Dalmace de Semur, qui lui donnera son nom (Dalmace→Damas). Elle est donc une branche de la famille de Semur

  • Dalmace de Semur est cité comme fondateur du Prieuré de Saint-Germain-en-Brionnais en 1095 en tant que Seigneur de Lugny, de Dyo et de Saint-Symphorien-des-Bois. Il part en Croisade vers Jerusalem en 1118.
  • Les membres de la famille de Damas, titrés seigneurs de Lugny-en-Charolais, étaient également Seigneur de Couzan-en-Forez, leur rayonnement et puissance s'exerçaient donc sur un territoire très vaste entre le Charolais, le Roannais et le Forez. Cette dualité peut en partie expliquer une densité relativement importante de populations de travailleurs du bois issues du Forez parmi les habitants du Charolais relevés dans les registres paroissiaux du Charolais au XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle.

Les Lévis possédèrent le château jusqu'au début du XIXe siècle[1].

  • Le château est désormais la propriété des Marquis de Grammont, depuis la fin du 19e siècle.
Les Seigneurs de Lugny, issus de la famille de Semur furent :
Début de Règne Fin de Règne Nom du Personnage Filiation Union
1 vers 835 vers 890 Guillaume Ier Le Lion de Semur Fils de Théodoric, Comte de Chalon Épouse inconnue
2 vers 860 vers 900 Froilan Ier de Chambilly de Semur Fils de Guillaume Ier Épouse inconnue
2 vers 890 vers 925 Joscerand Ier de Bers de Semur Fils de Froilan Ier Ricoaire
3 vers 920 vers 960 Geoffroi Ier Herlambaud de Semur Fils de Joscerand Ier Ermengarde de Brioude
4 vers 950 vers 1000 Geoffroi II de Semur Fils de Geoffroi Ier Mathilde de Mâcon
5 vers 980 vers 1030 Dalmace Ier de Semur Fils de Geoffroi II Eremburge de Paris
6 vers 1010 vers 1075 Geoffroi III de Semur Fils de Dalmace Ier Adelaïde de Nevers
7 vers 1035 vers 1100 Hugues III Dalmace de Semur Fils de Geoffroi III Épouse inconnue
8 vers 1070 vers 1120 Dalmace Ier Hugues de Semur Fils de Hugues III Dalmace Laurence
Les Seigneurs de Lugny, issus de la famille de Damas furent :
Début de Règne Fin de Règne Nom du Personnage Filiation Union
1 vers 1050 vers 1125 Hugues Ier Dalmace de Semur Fils de Hugues III Dalmace Laurence
2 vers 1125 vers 1150 Dalmace II Hugues de Damas-Couzan Fils de Hugues Ier Dalmace Épouse inconnue
3 vers 1150 vers 1180 Hugues II de Damas-Couzan Fils de Dalmace II Hugues Jeanne de Damas-Collange
4 vers 1180 vers 1220 Hugues III de Damas-Couzan Fils de Hugues II Jeanne de Damas-Marcilly
5 vers 1220 vers 1240 Renaud Ier de Damas-Couzan Fils de Hugues III Épouse inconnue
6 vers 1240 vers 1255 Gui Ier de Damas-Couzan Fils de Renaud Ier Estrange de Palluau
7 vers 1255 vers 1270 Gui II de Damas-Couzan Fils de Gui Ier Épouse Inconnue
8 vers 1255 vers 1275 Renaud II de Damas-Couzan Frère de Gui II Béatrice de Montagny-La Perrière
9 vers 1275 vers 1300 Hugues IV de Damas-Couzan Fils de Renaud II Épouse Inconnue
10 vers 1300 1309 Gui III de Damas-Couzan Fils de Hugues IV Épouse inconnue
11 1309 vers 1330 Amédée Ier de Damas-Couzan Frère de Gui II Béatrice de Thoire-Villars
12 vers 1330 vers 1360 Hugues V de Damas-Couzan Fils de Amédée Ier Alix de La Perrière
13 vers 1360 vers 1400 Gui IV de de Damas-Couzan Fils de Hugues V Marguerite de La Tour d'Auvergne
14 vers 1400 vers 1415 Hugues VI de Damas-Couzan Fils de Gui IV Isabeau de Damas-Marcilly
15 vers 1415 vers 1415 Gui V de Damas-Couzan Fils de Hugues VI Épouse inconnue
16 vers 1415 1465 Alix de Damas-Couzan Sœur de Gui V Eustache de Lévis-Quélus
Les Barons de Lugny, issus de la famille de Lévis furent :
Début de Règne Fin de Règne Nom du Personnage Filiation Union
1 vers 1410 1440 Eustache de Lévis-Quélus 2e fils de Philippe II Alix de Damas-Couzan
2 1440 1505 Jean Ier de Lévis-Lugny 5iè fils de Eustache Louise de Bressolles
3 1505 vers 1515 Gabriel Ier de Lévis-Lugny 1er fils de Jean Ier Anne de Joyeuse
4 vers 1515 1533 Jean Ier de Lévis-Lugny 2e fils de Jean Ier Jeanne de Polignac
5 1533 1589 Claude Ier de Lévis-Lugny Fils de Jean Ier Héloïse des Prez-de-Lettes
6 1589 vers 1600 Pierre Ier de Lévis-Lugny 1er fils d Claude Ier Marguerite de Rostaing
7 vers 1600 1616 Jacques Ier de Lévis-Lugny 2e fils de Claude Ier Louise de Rivoire
8 1616 vers 1630 Balthazar Ier de Lévis-Lugny 1er fils de Jacques Ier sans alliance
9 vers 1630 1679 Claude II de Lévis-Lugny 5e fils de jacques Ier Anne de Boyer de Champlecy
10 1679 1722 Jacques II Pontus de Lévis-Lugny Fils de Claude II Françoise de Saint-Georges
11 1722 1767 Marc-Antoine Ier de Lévis-Lugny Fils de Jaques-Pontus Marie-Françoie Gélas de Leberon
12 1767 1791 Marc-Antoine II de Lévis-Lugny Fils de Marc-Antoine Ier Louise Grimod de la Reynière
13 1791 1808 Antoine de Lévis-Lugny Fils de Marc-Antoine II sans alliance
14 1808 1833 Antoinette de Lévis-Lugny Fille de Marc-Antoine II Guy-Henri de Lévis-Gaudies
15 1833 1843 Guy-Antoine de Levis-Gaudies Fils de Gui-Henri Zoé Le Pelletier Desforts
  • Les Personnages 1 à 8 sont titrés Seigneur et Baron de Lugny-en-Charolais et de Couzan-en-Forez. Les suivants sont Barons de Lugny.
  • Marc-Antoine II de Lévis est à l'origine de la dernière reconstruction du Château de Lugny en 1770, qu'il lui a donné sa physionomie actuelle, Il fut victime des tribunaux révolutionnaires en 1793 et son plus jeune fils Antoine de Lévis, dernier Baron de Lugny de sa lignée, trouve la mort dans un accident de calèche à Charolles en 1808. Sa sœur Antoinette de Lévis-Lugny, mariée à Guy-Henri de Lévis-Gaudiès, hérite des biens de sa branche et son fils Guy-Antoine de Lévis-Gaudies, procèdera progressivement au démembrement de l'ancienne Baronnie entre 1838 et 1844 par la vente des biens dont il avait hérité.
  • Le château des Lévis-Lugny, La Tuilerie, le Moulin et 700 hectares de terres et prairies autour devinrent la propriété du Comte Charles de Croix, époux de Amélie de Tournon-Simiane en 1843, - s'étant également déjà portés acquéreurs du Château de Drée à Curbigny- et constituèrent la dot de leur fille Louise de Croix à son mariage avec le Prince Gustave de Croÿ en 1868.

Le grand portail actuel du château de Lugny porte toujours le souvenir de cette union entre les "de Croix" et les "de Croÿ" avec le symbole de deux lettres "C" entrelacées.

  • Une des sœurs de Louise de Croÿ, Alix de Croÿ épouse de son côté le Comte René de Castries, famille également possessionnée dans la région du Charolais.
  • Marguerite de Croÿ, fille ainée du couple recevra à son tour la propriété de Lugny en dot, à l'occasion de son mariage avec le Comte François-Théodule de Grammont, descendant d'une très ancienne famille noble de Franche-Comté.
  • Le fils de ce couple, Antoine-Pierre de Grammont devient à la mort de son cousin germain en déportation, héritier du titre de Marquis de Grammont et Mr Bernard de Grammont, fils de son union avec Anne-Marie Budes de Guébriant, le porte désormais depuis 1978.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Lugny-lès-Charolles a pour armes un blason dont la définition héraldique est la suivante : écartelé, aux 1 et 4 contre-écartelé d'azur à une fleur de lys d'or, et bandé d'or et d'azur, aux 2 et 3 d'or à trois chevrons de sable (qui est de Lévis).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1795 M. Jean LARUE 2 ans Maire
1795 1812 M. Jean-Marie DESFORGES 7 ans Maire
1812 1816 M. Charles-Antoine BELHOMME 8 ans Maire
1816 1821 M. Pierre DUMONT 8 ans Maire
1821 1850 M. François MONTMESSIN 29 ans Maire
1850 1866 M. Jean GALLAND 16 ans Maire
1866 1876 M. Jean-Marie GALLAND 10 ans Maire
1876 1893 M. Antoine BOUILLOT 16 ans Maire
1893 1900 M. Jean-François GALLAND 7 ans Maire
1900 1916 M. Antoine BOUILLOT 16 ans Maire
1916 1920 M. Jean-Baptiste DUCARRE 4 ans Maire
1920 1929 M. François BOUILLON 9 ans Maire
1929 1942 M. Jean-Claude PACAUD 13 ans Maire
1942 1945 M. Antoine-Pierre de GRAMMONT 3 ans Maire
1945 1971 M. Philibert LETAUD 26 ans Maire
1971 1996 M. Pierre DUMONT 24 ans Maire
1996 2008 M. Pierre CHAMBREUIL 12 ans Maire
2008 2014 Mme Bernadette BUISSON 6 ans Maire
mars 2014   M. Patrick BOUILLON Mandat en cours Maire
Les données manquantes sont à compléter.
  • Chambres d'hôtes et Table d'Hôte dans le Bourg (ancienne boulangerie rénovée en 2008): Domaine "Le Pré de la Serve"
  • Paroisse rattachée à la Paroisse Sainte Marie-Madeleine de CHAROLLES.
  • École primaire et maternelle (à partir de 2 ans) avec garderie et cantine, faisant partie d'un RPI avec St Julien de Civry.
  • Associations (Club du 3e âge, Fêtes et Loisirs, Donneurs de Sang, Joueurs de Cartes, Amis du Moulin, Associations scolaires, Chasseurs)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 339 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
507 514 490 589 631 585 588 621 650
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
623 583 609 588 609 598 590 594 553
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
554 473 456 417 400 376 367 370 324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
347 314 226 228 242 277 318 324 339
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


  • Dans son ouvrage paru en 1838 "Dictionnaire des Communes" Département de Saône-et-Loire, C.Ragut donne pour Lugny-les-Charolles une population de 585 habitants
  • Courtépée dans sa "Description Générale et Particulière du Duché de Bourgogne" parue entre 1774 et 1780 annonce pour la commune de Lugny-les-Charolles, le nombre de 60 feux, soit environ 550 personnes (Hypothèse 9 personnes par foyer).
  • Le nombre de feux en 1670 selon ce même Courtépée est de 102, soit environ 1 000 personnes.
  • Dans la Cherche de feux du Charolais daté de 1475 (AD21 - B11558), le nombre de feux est de 54, soit environ 490 personnes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Grammont.
  • Calvaire classé près de l'église, et autre calvaire vers la Mairie-École.
  • Église du XIXe.
  • Nombreux Lavoirs.
  • Moulin sur la route de La Clayette (entre le Pont de l'Arconce - rivière poissonneuse - et celui du Chemin de Fer sur la rivière).
  • Joli panorama sur le Charolais-Brionnais, tout en haut de la Commune, en partant vers Marcigny.
  • Chemins de randonnée (PDIPR 71) et dans les bois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Suisse Mex (Suisse)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les amis de passé charolais, Ton vieux pays, Le canton de Charolles dans son passé ancien et récent, J.P. Dumas, Charolles, 1985
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011