Lugaid Mac Con Roí

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lugaid.

Lugaid Mac Con Roí, dans la mythologie celtique irlandaise, est un guerrier du Cycle d'Ulster, il est l’un de ceux qui ont provoqué la mort du champion du royaume d’Ulster, Cúchulainn. Il est parfois appelé Lugaid Mac Trí Con, c’est-à-dire le « fils des trois chiens de chasse »[1]. Il est le fils de Cú Roí Mac Dáire, roi du Munster, tué par Cúchulainn pour l’amour de Blathnat.

Manipulé par Medb, la reine du Connaught, Lugaid Mac Con Roí est résolu à venger la mort de son père. Après une visite à sa mère Deichtire, Cúchulainn, mené par son cocher Lóeg, arrive à un gué dont la gardienne lave le linge ensanglanté du héros, ce qui présage de sa mort prochaine. Passant le gué, il arrive dans la plaine de Muirthemné, où l’attendent ses ennemis. La bataille s’engage et Cúchulainn fait un véritable massacre, tuant de nombreux guerriers. Après sept heures de combat, Lugaid Mac Con Roí projette une lance magique qui manque son but, mais tue Lóeg. Une seconde lance atteint le héros d’Ulster et une troisième le transperce. Retenant ses entrailles dans son ventre ouvert, il va se laver au ruisseau puis va s’adosser contre un menhir, afin de mourir debout. Morrigan, sous l’apparence d’un corbeau, vient se poser sur son épaule au moment où il meurt. Lugaid Mac Con Roí, vient alors pour lui couper la tête, selon le rituel guerrier, mais l’épée du mort s’abat et lui coupe la main.

Conall Cernach le poursuit et engage le combat pour venger la mort de Cúchulainn. Comme son ennemi avait une main en moins, il se bat avec un bras rentré dans sa ceinture, il parvient à le tuer et le décapite. Conall pose la tête sur une pierre, mais le sang la fait fondre et la tête s’enfonce dans la roche.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.

Récit :

  • Georges Roth, Cúchulainn, héros légendaire de l’Irlande, Coop Breizh, Spézet, 1995, (ISBN 2-909924-54-8).

Note[modifier | modifier le code]

  1. Selon Christian-J. Guyonvarc'h, le nom « Lugaid » désigne une quinzaine de personnages différents de la mythologie de l’Irlande (Les Druides, voir bibliographie).