Force aérienne de l'armée populaire nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luftstreitkräfte der Nationalen Volksarmee
Image illustrative de l'article Force aérienne de l'armée populaire nationale

Période -
Pays Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est
Allégeance Nationale Volksarmee
Type Force aérienne
Effectif En 1 989 : 35 000 personnes
Surnom LSK

La Luftstreitkräfte / Luftverteidigung (LSK / LV) était la force aérienne de l'Allemagne de l'Est (RDA) jusqu'en 1990, date de sa réunification avec l'Allemagne de l'Ouest. Ce fut l'une des quatre branches militaires de la Nationale Volksarmee (NVA) avec la Landstreitkräfte, la Volksmarine, et les troupes frontalières.

« Luftstreitkräfte » fut le nom appliqué à l'origine par l'armée de l'air de l'Empire allemand entre 1910 et le traité de Versailles en 1918. Toutefois, la force aérienne de l'Allemagne de l'Ouest adopta le nom Luftwaffe comme celui utilisé par la force aérienne du Troisième Reich de 1935 à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antonov An-2 de la Luftstreitkräfte der Nationalen Volksarmee.

La création de l'armée de l'air de la République démocratique allemande suit de peu la fondation de l'armée nationale populaire. L'objectif était d'obtenir une manière structurelle et une base pour la construction de l'expertise requise pour l'utilisation et l'exploitation d'une hypothétique force aérienne. À cet effet, en 1951, d'abord institué auprès du ministère de l'Intérieur/Police populaire (MdI/KVP) comme la force aérienne de la police populaire (VP-Luft) à Berlin-Johannisthal. Il en est résulté la première division de l'aviation, avec trois régiments. La formation s'est déroulée à partir de 1953 sur les aéronefs de type An-2, MiG-15, La-9, Yak-18 et Yak-11, qui ont été mis à leur disposition par l'Union soviétique, avec cinq autres La-9 seulement pour la formation au sol[1].

À la fin de novembre 1953, une réorganisation des unités de aériennes aboutit à leur transfert au ministère de l'Intérieur, sous l’autorité directe du sous-ministre et chef de la police populaire. Les régiments aériens furent réorganisés en l'Aéro-Club 1 (Cottbus), 2 (Drewitz) et 3 (Bautzen), qui à leur tour ont été divisés en deux sections. À partir de 1954, d'autres Z-126 et M-1D de production tchécoslovaque furent mis à disposition.

MiG-21PFM avec marquages de l'ANP.

Le , la Luftstreitkräfte est officiellement créée au sein de l'Armée nationale populaire, après l'entrée de la RDA dans le Pacte de Varsovie. Initialement, la force aérienne (LSK), ayant son siège à Cottbus, était séparée de la Luftverteidigung (défense aérienne, dont le siège est à Strausberg (Eggersdorf)). Il était envisagé d'établir trois divisions de combat, une division d'avions d'attaque et une division anti-aérienne. Finalement, seulement la 1re et la 3e division de l'aviation du 1er Flak-Division ont été créés[2]. Le , dans le cadre d'une fusion des deux administrations à Strausberg (Eggersdorf), le nouveau siège est rebaptisé le Kommando LSK / LV.

En 1961, les unités aériennes et les unités de missile de défense aérienne ainsi que les troupes de radio technique et deux divisions de défense aérienne sont associés sous son commandement. Dans la même année, les associations d'intégration eu lieu dans la défense aérienne intégrée du Pacte de Varsovie, le système de officier de permanence (DHS). Avec l'introduction du MiG-21 était de 1962, l'armée posséda avion très polyvalent qui fut utilisé jusqu'en 1990. À partir de 1971, la NVA mets en place avec la Jagdbombenfliegergeschwader 31 la première liaison qui pourrait être utilisé en interaction directe avec les forces terrestres. En raison des exigences du Commandement des Forces Armées Unis pacte de Varsovie pour d'autres unités aériennes à l'appui de troupes au sol, cela permettra par la création d'un escadron supplémentaire de chasseurs-bombardiers et de deux escadron d'hélicoptères d'attaque.

Pour leurs dirigeants (leurs principes de fonctionnement diffèrent fondamentalement de celles de la défense aérienne défensives) en 1981 sur le site du Kdo LSK/LV fut mis en place l'Führungsorgan der Front- und Armeefliegerkräfte (FO FAFK; fr: Unités des forces de l'avant et de la force aérienne de combat) mis en place en tant que QG d'une autre division. Cela comprenait les liaisons aériennes et le transport aérien qui ont été assurés.

Vers 1970, l'armée s’équipe du MiG-23, puis, au début des années 1980 du Su-22, et enfin, en 1988, du MiG-29.

Après la réunification de la RFA et de la RDA en , les avions de l'ancienne Luftstreitkräfte volent au sein de la Luftwaffe, cette force compte alors 746 avions de combat[3]. Voici une situation bizarre où les avions construits par l'ex-Union Soviétique font leur service avec une armée de l'air qui fait partie de l'OTAN. Mais cela ne durera pas longtemps, car le gouvernement de l'Allemagne réunie veut les retirer de l'inventaire avant d'en vendre beaucoup à d'autres pays, les nouveaux membres de l'OTAN en Europe centrale inclus. Les quelque 23 MiG-29 occidentalisés ont été finalement vendus en 2005/2006 pour un euro symbolique à la Pologne. Les 251 MiG-21 arrivèrent dans l'inventaire de la Luftwaffe / Bundeswehr (24 SPS, 21 SPS-K, 56 M, 47 MF, 14 bis LASUR, 27 bis SAU, 13 U, 13 US et 36 UM), qui décida de les détruire à partir de 1992. Il en reste un exemplaire exposé au Deutsches Museum, dans l'annexe de Unterschleissheim près de Munich

Organisation[modifier | modifier le code]

SA-2 Guideline de la LSK/LV

Kommando Luftstreitkraefte/Luftverteidigung (Kdo LSK/LV)[modifier | modifier le code]

Un certain nombre d'unités militaires décisives et de formations ont été sous le contrôle direct du Kommando LSK/LV, l'état-major de la force aérienne et le commandement des forces aériennes de la NVA, avec son QG à Strausberg.

1. Luftverteidigungsdivision (1. LVD)[modifier | modifier le code]

La 1. LVD (fr: 1e division de défense aérienne), avec comme quartier-général basé à Cottbus, était chargée d'assurer la défense aérienne dans le sud du territoire de la RDA. Les unités suivantes ont été subordonnés à cette division particulière :

  • Jagdfliegergeschwader 1 (JG-1) „Fritz Schmenkel“, Holzdorf
    • Fliegertechnisches Bataillon 1 (FTB-1) „Willi Budich“, Holzdorf
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 1 (NFB-1), Holzdorf
  • Jagdfliegergeschwader 3 (JG-3) „Wladimir Komarow“, Preschen
    • Fliegertechnisches Bataillon 3 (FTB-3) „Walter Stoecker“, Preschen[4]
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 3 (NFB-3), Preschen
  • Jagdfliegergeschwader 7 (JG-7) „Wilhelm Pieck“, Drewitz (disbanded in 1989)
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 7 (NFB-7), Drewitz
  • Jagdfliegergeschwader 8 (JG-8) „Hermann Matern“, Marxwalde
    • Fliegertechnisches Bataillon 8 (FTB-8), Marxwalde
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 8 (NFB-8), Marxwalde
  • 41. Fla-Raketenbrigade (41. FRBr) „Hermann Dunker“, Ladeburg
    • Fla-Raketenabteilungsgruppe 411 (FRAG-411), Badingen
    • Fla-Raketenabteilung 4121 (FRA-4121), Fürstenwalde
    • Fla-Raketenabteilung 4122 (FRA-4122), Prötzel
    • Fla-Raketenabteilung 4123 (FRA-4123), Klosterfelde
    • Fla-Raketenabteilung 4124 (FRA-4124), Beetz near Kremmen
    • Fla-Raketenabteilung 4131 (FRA-4131), Schönermark
    • Fla-Raketenabteilung 4132 (FRA-4132), Fehrbellin
    • Fla-Raketenabteilung 4133 (FRA-4133), Zachow
    • Fla-Raketenabteilung 4134 (FRA-4134), Markgraf-Pieske
    • Funktechnische Abteilung 4101 (FuTA-4101), Ladeburg
    • Technische Abteilung 4120 (TA-4120), Ladeburg
  • 51. Fla-Raketenbrigade (51. FRBr) „Werner Lamberz“, Sprötau
    • Fla-Raketenabteilungsgruppe 511 (FRAG-511), Eckolstädt
    • Fla-Raketenabteilung 5121 (FRA-5121), Dietersdorf
    • Fla-Raketenabteilung 5122 (FRA-5122), Blankenburg
    • Fla-Raketenabteilung 5123 (FRA-5123), Seebergen
    • Fla-Raketenabteilung 5124 (FRA-5124), Remda
    • Fla-Raketenabteilung 5125 (FRA-5125), Eckolstädt
    • Technische Abteilung 5120 (TA-5120), Sprötau
  • Fla-Raketenregiment 31 (FRR-31) „Jaroslaw Dombrowski“, Straßgräbchen
    • Fla-Raketenabteilung 311 (FRA-311), Groß Döbern
    • Fla-Raketenabteilung 312 (FRA-312), Großräschen
    • Fla-Raketenabteilung 313 (FRA-313), Kroppen
    • Fla-Raketenabteilung 314 (FRA-314), Großröhrsdorf
    • Technische Abteilung 310 (TA-310), Straßgräbchen
  • Funktechnisches Bataillon 31 (FuTB 31), Döbern
  • Funktechnisches Bataillon 41 (FuTB-41) „Arvid Harnack“, Holzdorf
  • Funktechnisches Bataillon 51 (FuTB-51) „Paul Schäfer“, Sprötau
  • Funktechnisches Bataillon 61 (FuTB-61), Müncheberg
  • Nachrichtenbataillon 31 (NB-31) „August Willich (de)“, Cottbus

3. Luftverteidigungsdivision (3. LVD)[modifier | modifier le code]

La 3. LVD (fr: 3e division de défense aérienne), avec comme quartier-général basé à Trollenhagen, était chargée d'assurer la défense aérienne dans le nord du territoire de la RDA. Les unités suivantes ont été subordonnés à cette division :

  • Musikkorps der LSK/LV, Trollenhagen
  • Jagdfliegergeschwader 2 (JG-2) „Juri Gagarin“, Trollenhagen
    • Fliegertechnisches Bataillon 2 (FTB-2) „Herbert Baum“, Trollenhagen
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 2 (NFB-2), Trollenhagen
  • Jagdfliegergeschwader 9 (JG-9) „Heinrich Rau“, Peenemünde
    • Fliegertechnisches Bataillon 9 (FTB-9) „Käthe Niederkirchner“, Peenemünde
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 9 (NFB-9), Peenemünde
    • Zieldarstellungskette 33 (ZDK-33), Peenemünde
  • 43. Fla-Raketenbrigade (43. FRBr) „Erich Weinert“, Sanitz
    • Fla-Raketenabteilungsgruppe 431 (FRAG-431), Cammin/Prangendorf
    • Fla-Raketenabteilung 4321 (FRA-4321), Abtshagen
    • Fla-Raketenabteilung 4322 (FRA-4322), Barth
    • Fla-Raketenabteilung 4323 (FRA-4323), Hinrichshagen
    • Fla-Raketenabteilung 4324 (FRA-4324), Neuenkirchen
    • Fla-Raketenabteilung 4331 (FRA-4331), Barhöft
    • Fla-Raketenabteilung 4332 (FRA-4332), Nienhagen
    • Fla-Raketenabteilung 4333 (FRA-4333), Bastorf
    • Fla-Raketenabteilung 4334 (FRA-4334), Kirchdorf
    • Fla-Raketenabteilung 4335 (FRA-4335), Dranske
    • Fla-Raketenabteilung 4351 (FRA-4351), Retschow
    • Funktechnische Abteilung 4301 (FuTA-4301), Rövershagen
    • Technische Abteilung 4320 (TA-4320), Sanitz
  • Fla-Raketenregiment 13 (FRR-13) „Etkar André“, Parchim
    • Fla-Raketenabteilung 131 (FRA-131), Warin
    • Fla-Raketenabteilung 132 (FRA-132), Tramm
    • Fla-Raketenabteilung 133 (FRA-133), Ziegendorf
    • Fla-Raketenabteilung 134 (FRA-134), Steffenshagen
    • Technische Abteilung 130 (TA-130), Parchim
  • Fla-Raketenregiment 23 (FRR-23) „Rudolf Breitscheid“, Stallberg
    • Fla-Raketenabteilung 231 (FRA-231), Altwarp
    • Fla-Raketenabteilung 232 (FRA-232), Eichhof
    • Fla-Raketenabteilung 233 (FRA-233), Burg-Stargard
    • Fla-Raketenabteilung 234 (FRA-234), Weggun
  • Funktechnisches Bataillon 23 (FuTB-23) „Liselotte Herrmann“, Pragsdorf
  • Funktechnisches Bataillon 33 (FuTB-33) „Fritz Behn“, Pudagla
  • Funktechnisches Bataillon 43 (FuTB-43), Parchim
  • Nachrichtenbataillon 33 (NB-33) „Max Christiansen-Clausen“, Trollenhagen

FO FMTFK[modifier | modifier le code]

Tous les chasseurs-bombardiers, avion de transport avion de reconnaissance et hélicoptères de transport étaient sous le contrôle du FO FMTFK (Führungsorgan der Front- und Militärtransportfliegerkräfte ; fr: Unités des forces de l'avant et de l'aviation militaire de transport). Les unités suivantes ont fait partie de la FO FMTFK :

Su-22 du FO FMTFK
  • Jagdbombenfliegergeschwader 37 (JBG-37) „Klement Gottwald“, Drewitz
    • Fliegertechnisches Bataillon 37 (FTB-37), Drewitz
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 37 (NFB-37), Drewitz
  • Jagdbombenfliegergeschwader 77 (JBG-77) „Gebhardt Leberecht von Blücher“, Laage
    • Fliegertechnisches Bataillon 77 (FTB-77), Laage
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 77 (NFB-77), Laage
  • Marinefliegergeschwader 28 (MFG-28) „Paul Wieczorek“, Laage
    • Fliegertechnisches Bataillon 28 (FTB-28), Laage
    • Nachrichten- und Flugsicherungsbataillon 28 (NFB-28), Laage
  • Transporthubschraubergeschwader 34 (THG-34) „Werner Seelenbinder“, Brandenburg-Briest
    • Fliegertechnisches Bataillon 34 (FTB-34), Brandenburg-Briest
  • Verbindungsfliegerstaffel 14 (VS-14), Strausberg
    • Fliegertechnisches Bataillon 14 (FTB-14), Strausberg
  • Transportfliegerstaffel 24 (TFS-24), Dresden-Klotzsche
    • Fliegertechnisches Bataillon 24 (FTB-24), Dresden-Klotzsche
  • Taktische Aufklärungsfliegerstaffel 47 (tAFS-47), Preschen
  • Taktische Aufklärungsfliegerstaffel 87 (tAFS-87), Drewitz
Personnel de l'escadre de chasse Fritz Schmenkel(JG-1) en 1985.

Insigne[modifier | modifier le code]

Les avions étaient marqués par un symbole en forme de losange (ou diamant) divisé en bandes verticales noires, rouges et or correspondant aux bandes horizontales du drapeau de la RDA. Au centre du diamant était placé les armoiries de la RDA : le marteau et le compas entourés d'une couronne de grains jaunes. La cocarde de la Luftstreitkräfte différente de celle de la Luftwaffe ouest-allemande, qui affiche une croix de fer stylisée semblable à l'emblème des avions allemands pendant la Première Guerre mondiale.

Uniformes[modifier | modifier le code]

Les uniformes des deux forces aériennes allemandes étaient également différents  : reprenant une ancienne tradition allemande, les uniformes de la LSK/LV étaient du même gris pierre utilisé par le personnel de l'armée, modifié par les insignes distinctifs bleus (similaire au style, mais pas à la couleur, des galons de la Luftwaffe de la Seconde Guerre mondiale) et la fourragère. Les uniformes ouest-allemands, d'autre part, étaient de couleur bleue avec des insignes jaune plus calquées sur ceux portés par le personnel de la Luftwaffe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Équipement[modifier | modifier le code]

À partir de 1953, l'Allemagne de l'Est reçu des avions An-2, MiG-15, La-9, Yak-11 et Yak-18, qui ont été fournis par l'Union soviétique. Le premier MiG-21 a été livré en 1962. Les années 1970 virent l'introduction du MiG-23, tandis que les chasseurs-bombardiers Su-22 ont été livrés dans les années 1980. Le dernier ajout est le MiG-29 en 1988. L'inventaire a également inclus des hélicoptères de fabrication soviétique ainsi que d'autres avions légers et/ou de formation fabriqués en Tchécoslovaquie.

MiG-29, de fabrication soviétique sous les couleurs de la Luftwaffe après la réunification allemande de 1990, en 2003.

La force aérienne de l'Allemagne de l'Est était unique parmi les pays du Pacte de Varsovie car elle a souvent été équipés avec les chasseurs soviétiques les plus avancées, au lieu de modèles d'exportation déclassés. Comme un prolongement de la 16e armée de l'air soviétique, déployé en Allemagne de l'Est, le Luftstreitkräfte était appelée à jouer un rôle de première ligne en cas de guerre avec l'OTAN. En conséquence, elle avait un plus proche contrôle soviétique que les forces aériennes des autres États du Pacte de Varsovie.

An-26 de la RDA à Dresde en août 1990, peu de temps avant la dissolution de la Luftstreitkräfte

Après la réunification allemande en 1990, la Luftwaffe a pris le contrôle des équipements de la Luftstreitkräfte et a enrôlé certains de ses personnels. Beaucoup d'avions militaires de la RDA étaient obsolètes ou incompatibles avec les normes de l'OTAN, et ont été vendus à d'autres pays. Toutefois, la Luftwaffe conserva le MiG-29 à la fois en défense aérienne et à des rôles d'agresseur en raison de ses capacités excellentes. En effet, le MiG-29G (après conversion avec certains systèmes compatible-OTAN) a été le chasseurs de supériorité aérienne le plus sophistiqué déployée par la Luftwaffe jusqu'à la mise en service de l'Eurofighter EF2000.


En 1989[modifier | modifier le code]

Aéronefs Origine Type Nombre Utilisé par la Luftwaffe Notes
Avion de chasse
Mikoyan-Gourevitch MiG-21 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion de chasse 251 Détruit à partir de 1992
Mikoyan-Gourevitch MiG-23 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion de chasse 65
Mikoyan-Gourevitch MiG-29 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion de chasse 24 Jusqu'en 2004 22 vendus à la Pologne[5]
Soukhoï Su-17 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion d'attaque au sol 54
Aero L-39 Albatros Drapeau de la République tchèque Tchécoslovaquie Avion d'entraînement 52
Avion de transport
Antonov An-2 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion de transport 18
Antonov An-26 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion de transport 12 Jusqu'en 1994
Iliouchine Il-62 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion de transport 3 Jusqu'en 1993
Tupolev Tu-134 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion de transport 3 Jusqu'en 1992
Tupolev Tu-154 Drapeau de l’URSS Union soviétique Avion de transport 2 Jusqu'en 1997
Let L-410 Turbolet Drapeau de la République tchèque Tchécoslovaquie 12 Jusqu'en 2000
Zlín Z 43 Drapeau de la République tchèque Tchécoslovaquie 12
Hélicoptère
Mil Mi-2 Drapeau de la Pologne Pologne Hélicoptère de transport léger 25
Mil Mi-8 Drapeau de l’URSS Union soviétique Hélicoptère polyvalent 98 Jusqu'en 1997
Mil Mi-24 Drapeau de l’URSS Union soviétique Hélicoptère de combat et transport léger 51 Jusqu'en 1993
Mil Mi-14 Drapeau de l’URSS Union soviétique Hélicoptère de lutte ASM 14
Missile surface-air
S-75 Dvina Drapeau de l’URSS Union soviétique Missile surface-air 48 SA-2 Guideline
S-75 Wolchow Drapeau de l’URSS Union soviétique Missile surface-air 174 SA-2 Guideline
S-125 Newa Drapeau de l’URSS Union soviétique Missile surface-air 40 SA-3 Goa
S-200 Wega Drapeau de l’URSS Union soviétique Missile surface-air 12 SA-5 Gammon
S-300 Drapeau de l’URSS Union soviétique Missile surface-air 12 SA-10 Grumble; ont été rendus à l'Union
soviétique avant la réunification de l'Allemagne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Administration de l'Aéro Club (Archive fédéral)
  2. Heinrich Engelhardt:NVA Luftstreitkräfte/Luftverteidigung Dans : Klaus Naumann:NVA: attentes et réalité, selon un document médiateur, Berlin/Bonn/... Herford, 1993, ISBN 3-8132-0430-8.
  3. De la guerre froide aux forces expéditionnaires : les défis à relever pour les forces armées allemandes - Revue militaire canadienne, automne 2006 [PDF]
  4. L'aérodrome de Preschen est un ancien aérodrome militaire de l'APN. Il est situé dans la ville de Neisse Malxetal au sud de Brandebourg, entre les hameaux Jocksdorf, Preschen et la grande communauté de Schackendorf. L'aérodrome a été construit en 1953-1954 et progressivement étendu jusqu'en 1990. Sur l'aérodrome volaient plusieurs unités de combat de la 1. LVD, principalement la JG-3, et depuis 1974, la Taktische Aufklärungsfliegerstaffel 47 (TAFS-47) (47e Escadron de reconnaissance tactique). Il y eu un club techno, de 1999 à 2003, le K Club, situé dans le hangar d'avion de la base. Aujourd'hui, l'endroit est géré par la société POINT 36, qui offre diverses salles de réunion. L'aéroport dispose d'une piste d'une longueur de 2500 mètres et 80 mètres de large (SLB).
  5. Vendus en 2005/2006 pour un euro: Bernd Lemke, Dieter Krüger, Heinz Rebhan, Wolfgang Schmidt: Die Luftwaffe 1950 bis 1970. Konzeption, Aufbau, Integration. Oldenbourg Wissenschaftsverlag, Munich 2006, ISBN 3-486-57973-8, p. 833.)