Ludwig Traube (paléographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ludwig Traube.
Ludwig Traube

Ludwig Traube, né à Berlin le 19 juin 1861 et mort à Munich le 19 mai 1907, était un historien, philologue et paléographe allemand du XIXe siècle.

Il a tenu la première chaire de latin médiéval à l'Université de Munich.

Né dans une famille juive, fils du médecin Ludwig Traube, il passe son Abitur à Berlin en 1880, et étudie la philologie et l'histoire médiévale à l'université de Munich et à celle de Greifswald. Sa thèse de doctorat Varia libamenta critica, soutenue en 1883 à Munich, étudie les sources de Macrobe. En 1888 il soutient son habilitation sur la poésie carolingienne, et enseigne à Munich. En 1902/1904, il reçoit la chaire de professeur de latin médiéval. Il décède d'une leucémie en 1907.

Membre extraordinaire (1896) puis ordinaire (1899) de l'Académie bavaroise des sciences, membre de l'Académie des Lyncéens (1902). Il fait partie de la direction des Monumenta Germaniae Historica (MGH) dès 1897, où il dirige les collections Auctores Antiquissimi et Antiquitates.

Ses principaux champs de recherche étaient la littérature latine du Moyen âge, la paléographie et la tradition des textes.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Karolingische Dichtungen. Ædelwulf, Alchuine, Angilbert, Rhythmen, Weidmann, Berlin 1888.
  • O Roma nobilis. Philologische Untersuchungen aus dem Mittelalter, München 1891.
  • Textgeschichte der Regula S. Benedicti, München 1898.
  • Die Geschichte der tironischen Noten bei Suetonius und Isidorus, Berlin 1901.
  • Rückblick auf meine Lehrthätigkeit, München 1901, réimpr. München 1988.
  • Nomina Sacra. Versuch einer Geschichte der christlichen Kürzung. Beck, München 1907. Réimpr. Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt 1967.
  • Vorlesungen und Abhandlungen. 3 vol., 1909–1920.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Ludwig Traube (Philologe) » (voir la liste des auteurs)
  • Wolfgang D. Fritz: Theodor Mommsen, Ludwig Traube und Karl Strecker als Mitarbeiter der Monumanta Germaniae historica. In: Das Altertum 14 (1968), S. 235–244.
  • Albert Lehner (éd.): Lateinische Kultur im VIII. Jahrhundert. Traube-Gedenkschrift. EOS-Verlag, St. Ottilien 1989, ISBN 3-88096-695-8.
  • Christel Meier: « Königin der Hilfswissenschaften? Reflexionen zu Geschichte, Selbstverständnis und Zukunft der Mittellateinischen Philologie », dans Frühmittelalterliche Studien. Jahrbuch des Instituts für Frühmittelalterforschung der Universität Münster 35 (2001), p. 1–21.
  • Gabriel Silagi: « Ludwig Traube und der Münchner Lehrstuhl für Patristik (mit einem Exkurs zur Thesaurus-Frage) », Aevum, 73 (1999), p. 837–890.

Liens externes[modifier | modifier le code]