Ludwig Friedrich Leopold von Gerlach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne Ludwig Friedrich Leopold von Gerlach. Pour son frère, Ernst Ludwig, voir Ernst Ludwig von Gerlach.
Ludwig Friedrich Leopold von Gerlach

Ludwig Friedrich Leopold von Gerlach (né le 17 septembre 1790 à Berlin et mort le 10 janvier 1861 au même endroit) est un général prussien, homme politique conservateur faisant partie du cercle du « Kreuzzeitung ». Son père Friedrich Leopold von Gerlach a été maire de Berlin de 1809 à 1813.

Biographie[modifier | modifier le code]

Leopold rentre très tôt dans l'armée et participe dès 1806 à la bataille d'Auerstaedt. Il est fait la même année prisonnier de guerre. Par la suite il étudie le droit à Göttingen et Heidelberg. De 1813 à 1814, il fait partie des suivants de Gebhard Leberecht von Blücher, puis en 1815, il rentre dans l'état-major à l'occasion des guerres de libération contre Napoleon. En 1826, il devient aide de camp du prince Guillaume, futur empereur d'Allemagne, dont il partage les visions conservatrices et pieuses. En 1838, il devient colonel, puis chef de l'état-major du 3e corps d'armée, puis Major-général en 1844, Lieutenant général en 1849 et enfin Adjudant-général du roi Frédéric-Guillaume IV. Dans cette position, il fait partie des forces réactionnaires, aussi bien au niveau politique, que religieux. Il prend sa retraite au grade de « General der Infanterie ».

Avec son frère Ernst Ludwig von Gerlach, il est membre de la Christlich-deutsche Tischgesellschaft, puis de la « Maikäferei » et enfin du parti convervateur. Les frères Gerlach font partie des membres les plus influents du parti et font également partie du parti de la cour (« Hofpartei »), plus couramment appelé « Kamarilla », qui essai d'influencer Frédéric-Guillaume IV en faveur d'un ordre en Prusse et en Allemagne fondé sur les traditions chrétiennes. L'extrémisme des frères Gerlach, mène le parti conservateur à de nombre divisions internes. Ces dernières sont utilisées et détournées par Otto von Bismarck en sa faveur.

Leopold von Gerlach est mort à la suite d'un rhume, contracté lors de l'enterrement de Frédéric-Guillaume IV.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Hartmann, Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), t. 9, Leipzig, Duncker & Humblot,‎ 1879, p. 16-19
  • (de) Hans-Joachim Schoeps, Neue Deutsche Biographie (NDB), t. 6, Berlin, Duncker & Humblot, p. 294–296

Références[modifier | modifier le code]