Ludwig Bieberbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ludwig Bieberbach (1930)

Ludwig Bieberbach, né le 4 décembre 1886 à Goddelau (en), près de Francfort-sur-le-Main, et décédé le 1er septembre 1982 à Oberaudorf (Bavière) est un mathématicien allemand.

Il a résolu une partie du dix-huitième problème de Hilbert et formulé une célèbre conjecture (dont il avait démontré un cas particulier). Cette conjecture a été démontrée dans toute sa généralité en 1985 par Louis de Branges.

Activement lié au nazisme dont il épousa les thèses (il écrivit d'ailleurs des textes idéologiques et brima ses collègues juifs – on ignore la part d'opportunisme qui l'a guidé), il fut le fondateur de la revue Deutsche Mathematik (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Eberhard Bieberbach, directeur de l'asile de Heppenheim-Bergstrasse et de Lina Louis, son épouse. Il a étudié à l'université de Heidelberg et à l'université de Göttingen. Il a obtenu son doctorat, dirigé par Felix Klein, en 1910. La même année, il obtient un emploi en tant que maître de conférences à l'université de Königsberg. En 1913, il a été professeur titulaire à l'université de Bâle et en 1915 à l'université de Francfort. Il a enseigné à l'université de Berlin de 1921 à 1945.

De 1924 à 1945, il faisait partie de l'Académie prussienne des sciences de Berlin. En 1924, il fit également partie de l'Académie allemande des sciences (Leopoldina). Bieberbach était membre du conseil des nazis depuis 1933 et membre actif du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) depuis 1937. Il a contribué à la discrimination envers les scientifiques juifs d'Allemagne, y compris Hilda Geiringer (en), Edmund Landau et Issai Schur, avec qui il avait publié en 1928 un ouvrage sur la géométrie des nombres. Il a essayé d'établir une « mathématique allemande » et a fondé un magazine du même nom, Deutsche Mathematik. En 1934 il publie, sans concertation avec ses collègues, une lettre ouverte[1] au célèbre mathématicien danois Harald Bohr dans le rapport annuel de la Deutsche Mathematiker-Vereinigung (DMV). Cette initiative fait scandale et il doit alors renoncer à toutes ses responsabilités au sein de la DMV. En 1945, Bieberbach est démis de toutes ses fonctions. En 1949, il est invité par Alexandre Ostrovski, pour tenir des conférences à Bâle, mais est fortement critiqué. Dans les années cinquante, il vécut à Berlin-Dahlem, puis plus tard à Oberaudorf.

En 1932, il a donné une conférence plénière au Congrès international des mathématiciens à Zurich.

Note et référence[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Sanford L. Segal (en), Mathematicians under the Nazis, PUP,‎ 2003 (ISBN 978-0-691-00451-8, lire en ligne), « Ludwig Bieberbach and “Deutsche Mathematik” », p. 334-338

Articles connexes[modifier | modifier le code]