Ludvík Kundera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ludvík Kundera (1891-1971) et Kundera.
Ludvík Kundera (à gauche) avec l’écrivain allemand Kurt Barthel (1954).

Ludvík Kundera est un poète, dramaturge, essayiste, historien de la littérature et traducteur tchèque, né le 22 mars 1920 à Brno, en Moravie, et mort le 17 août 2010 à Boskovice (Moravie du Sud)[1].

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

En 1938, Ludvík Kundera s'inscrit à l'Université Charles de Prague (langues et litteratures tchèques et allemandes).

Éditeur de revue Blok, Host do domu et Meandr (1968-1970), il écrit par ailleurs une très importante biographie du poète František Halas et, parallèlement à son œuvre de poète, il effectue de nombreuses traductions en tchèque depuis le bulgare, le français, l'allemand et le slovaque, ainsi que du tchèque vers l'allemand[2]. On lui doit des traductions en tchèque de René Char, Robert Desnos, Paul Éluard, Jean Arp, Bertolt Brecht, Heinrich Böll, Ludwig Renn ou encore Rainer Maria Rilke.

Il a longtemps habité à Kuntát (en), petite ville de Moravie du Sud.

Il meurt le 17 août 2010 à 90 ans[3].

Parenté[modifier | modifier le code]

Il est le cousin de l'écrivain Milan Kundera, le neveu du pianiste Ludvík Kundera (1891-1971) et également parent du peintre Rudolf Kundera (1911-2005).

Pseudonymes[modifier | modifier le code]

Ludvík Kundera a aussi écrit sous les pseudonymes de Fernand Gromaire, Jiří Koutník et Ján Raum.

Œuvres (en tchèque)[modifier | modifier le code]

  • Letní kniha přání a stížností, 1962
  • Totální kuropění, 1962
  • Tolik cejchů, 1966
  • Fragment, 1967
  • Nežert, 1967
  • Odjezd, 1967
  • Ptaní, 1990
  • Malé radosti, 1991
  • Ztráty a nálezy, 1991
  • Řečiště, 1993
  • Œuvres complètes, tomes I-XVII, 1994-2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]