Ludvík Kundera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ludvík Kundera (1891-1971), son oncle, pianiste et musicologue. 
Ludvík Kundera (à gauche) avec l’écrivain allemand Kurt Barthel (1954).

Ludvík Kundera est un poète, dramaturge, essayiste, historien de la littérature et traducteur tchèque, né le à Brno, en Moravie, et mort le à Boskovice (Moravie du Sud)[1].

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

En 1938, Ludvík Kundera s'inscrit à l'Université Charles de Prague (langues et litteratures tchèques et allemandes).

Éditeur de revue Blok, Host do domu et Meandr (1968-1970), il écrit par ailleurs une très importante biographie du poète František Halas et, parallèlement à son œuvre de poète, il effectue de nombreuses traductions en tchèque depuis le bulgare, le français, l'allemand et le slovaque, ainsi que du tchèque vers l'allemand[2]. On lui doit des traductions en tchèque de René Char, Robert Desnos, Paul Éluard, Jean Arp, Bertolt Brecht, Heinrich Böll , Ludwig Renn ou encore Rainer Maria Rilke.

Il a longtemps habité à Kuntát (en), petite ville de Moravie du Sud.

Il meurt le à 90 ans[3].

Parenté[modifier | modifier le code]

Il est le cousin de l'écrivain Milan Kundera, le neveu du pianiste Ludvík Kundera (1891-1971) et également parent du peintre Rudolf Kundera (1911-2005).

Pseudonymes[modifier | modifier le code]

Ludvík Kundera a aussi écrit sous les pseudonymes de Fernand Gromaire, Jiří Koutník et Ján Raum.

Œuvres (en tchèque)[modifier | modifier le code]

  • Letní kniha přání a stížností, 1962
  • Totální kuropění, 1962
  • Tolik cejchů, 1966
  • Fragment, 1967
  • Nežert, 1967
  • Odjezd, 1967
  • Ptaní, 1990
  • Malé radosti, 1991
  • Ztráty a nálezy, 1991
  • Řečiště, 1993
  • Œuvres complètes, tomes I-XVII, 1994-2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]