Ludovico Antonio Muratori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ludovico Antonio Muratori

Ludovico Antonio Muratori (en latin Ludovicus Antonius Muratorius), alias Lamindius Pritanius (20 octobre 1672, Vignola - 23 janvier 1750, Modène), historien, est considéré comme le fondateur de l'historiographie italienne. Il était également écrivain, linguiste et grammairien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Archiviste-bibliothécaire ducal à Modène, travailleur érudit infatigable, Ludovico Antonio Muratori est le plus grand érudit italien du début du XVIIIe siècle. Il est un des pères de la méthode historique scientifique moderne, construite sur de fortes exigences philologiques et la pratique systématique des références textuelles, bases indispensables de la critique historique. Après des études à Modène au collège des Jésuites (à partir de 1685) et auprès du grand érudit Benedetto Bacchini, bibliothécaire du duc, il se rend, en septembre 1695, à Milan, dont il découvre la riche vie intellectuelle. Il est accueilli en qualité de docteur à la Bibliothèque Ambrosienne ; il tire un extraordinaire profit des innombrables manuscrits qui y sont conservés et commence à s'intéresser à l’histoire médiévale, qui constituera l’une de ses préoccupations essentielles tout au long de sa vie.

De retour à Modène en 1700, il est nommé archiviste et bibliothécaire ducal par le duc Rinaldo d'Este. Ses œuvres majeures datent des années 1723-1743, quand il publie trois grandes collections de documents, les Rerum Italicarum Scriptores (1723-1738), les Antiquitates Italiacæ Medii Ævii (1738-1743) et le Novus Thesaurus Veterum Inscriptionum (1738-1743), auxquelles il faut ajouter la première grande histoire de l’Italie de l’époque moderne, publiée en italien, les Annali d’Italia (1743-1749).

Parmi ses découvertes importantes, il faut rappeler la mise en valeur d'un fragment de manuscrit qui contient la plus ancienne liste connue à ce jour des écrits du Nouveau Testament, appelé de ce fait Canon de Muratori.

Malgré sa grande érudition, Ludovico Muratori maîtrisait mal les langues étrangères, ce qui restreignit au fil du temps son réseau épistolaire à l'espace italien. En effet, à cette époque, les langues de communication les plus usuelles étaient le français et le latin. La tendance de Muratori à répondre dans sa langue maternelle à ses correspondants étrangers limita de ce fait l'ampleur de ses échanges avec des érudits non-italophones[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Della Perfetta poesia italiana, Modène, 1706
  • Anecdota Græca Quæ Ex Mss. Codicibus Nunc primum eruit, Latio donat, Notis, & Dilquilitionibus auget. Patavii Typis Seminarii, 1709
  • Del governo della Peste, e della maniere di guardarsene, ... Trattato diviso in politico, medico, & ecclesiastico, da conservarso ed aversio pronto per le occasioni, che Dio tenga sempre lontane. Napoli, Felice Mosca, 1720
  • Lamindi Pritanii De Ingeniorum Moderatione in Religionis Negotio, Ubi Quae Jura, Quae Frena Futura Sint Homini Christiano in Inquirenda & Tradenda Veritate, Ostenditur: & Sanctus Augustinus Vindicatur a Multiplici Censura Joannis Phereponi. Paru, pour la 1re édition, à Paris (apud Carol. Robustel, 1714) Editio Praece. Venetiis: Apud Sebastianum Coleti, 1727, Joannis Bapiste Pasquali 1777
  • Relation des Missions du Paraguai. Paris, Bordelet, 1754. Vanlinthout et Vandenzande, Louvain, 1822, La Societe Catholique des Bons Livres 1826.
    Cet ouvrage décrit l'histoire des Indiens de Rio de la Plata. Il est rédigé en grande partie sur des documents officiels dus à divers Jésuites des missions du Paraguay, notamment le père Gaëtan Cattani. Le fait que Muratori n'était pas un jésuite donne à cette histoire un caractère d'impartialité.
  • Lamindi Pritanii Redivivi : epistola paraenetica ad patrem Benedictum Plazza e Societate Iesu, censorem minus aequum libelli della regolata divozione de' cristiani di Lamindo Pritanio videlicet di Ludovico Antonio Muratori. Venezia, apud Jo: Baptistam Pasquali, 1755.
  • De ingeniorum moderatione in religionis negotio. Libri tres, ubi quae jura, quae fraena futura sind homini Christiano in inquirende, & tradenda veritate, ostenditur & Sanctus Augustinus vindicatur a multiplici censura Joannis Phereponi. Ed. novissima ab auctore recensita et aucta. Pasquali 1768
  • Traité sur le bonheur public sur Google Livres. Lyon, Réguilliat, 1772 avec sa vie et le catalogue de ses ouvrages par Jean-François Soli Muratori, son neveu: Le tout extrait & traduit aussi de l'italien sur l'édition de Venise de 1756. Édition originale italienne en 1749.
    Cet ouvrage traite d'économie, de politique et de société: devoir des princes, éducation, jurisprudence, jeux publics, impôts monnaie, luxe, etc.
  • Censura Joannis Phereponi. Editio Novissima Ab Auctore Recensita Et Aucta. Joannis Bapiste Pasquali, 1777

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albane Cogné, Stéphane Blond, Gilles Montègre, Les circulations internationales en Europe, 1680-1780, Atlande, 2011, p. 243

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Institut central pour le registre unique • Bibliothèque nationale d'Espagne • WorldCat
  • Sergio Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, Naples, Istituto italiano per gli studi storici, 1960
  • Aldo Andreoli, Nel mondo di Lodovico Antonio Muratori, Bologne, Il Mulino, 1972
  • La fortuna di L. A. Muratori. Atti del convegno internazionale di studi muratoriani, Modena, 1972, Florence, Olschki, 1975
  • Alphonse Dupront, L.A. Muratori et la société européenne des pré-Lumières. Essai d’inventaire et de typologie d’après l’Epistolario, Florence, Olschki, 1976
  • Giulio de Martino, Muratori filosofo: ragione filosofica e coscienza storica in Lodovico Antonio Muratori, Naples, Liguori, 1996
  • Jean Boutier, « Lodovico Antonio Muratori académicien : les réseaux intellectuels italiens et l’Europe au XVIIIe siècle », in Itinéraires spirituels, enjeux matériels en Europe, II. Au contact des Lumières. Mélanges offerts à Philippe Loupès, éd. par Anne-Marie Cocula et Josette Pontet, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2005, p. 193-207
  • Matteo Campori (éd.), Epistolario di L. A. Muratori, Modène, Società tipografica modenese, 14 vol., 1901-1922
  • Edizione nazionale del Carteggio Muratoriano, Florence, Olschki, 46 vol. prévus (en cours depuis 1975)

Sur sa contribution juridique: Luigi Delia, "Entre Domat et Beccaria: Muratori et la codification de la jurisprudence", Archives de philosophie du droit, 57, 2014, p. 551-562.

Sur les autres projets Wikimedia :