Ludovic Alleaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alleaume.

Ludovic Alleaume, (né le 24 mars 1859 à Angers - mort 14 janvier 1941 à Paris) était un peintre et un graveur français de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d’Auguste Symphorien Alleaume (1821[1]-1895) et de Rose Hodée (1827-1909)[2]. Son père est l'auteur de l'ouvrage Les brevets d'invention, contenant l'horlogerie[3], paru en 1873.

Élève de l'École des beaux-arts d'Angers auprès de l'artiste Eugène Brunclair, il devient apprenti chez des peintres décorateurs à Angers. Il rejoint ensuite l'École des beaux-arts de Paris (ateliers d'Ernest Hébert et de Luc-Olivier Merson), Ludovic Alleaume fut d'abord et principalement un portraitiste[4]. En 1883, il fait son entrée au Salon de la Société des Artistes français.

Il est le frère d'Auguste Alleaume, spécialiste du vitrail. Artiste avec de multiples disciplines, il participe à son atelier à Laval[5] de 1893 à 1937.en travaillant aussi avec son autre frère Paul (1856-1940), monteur-coupeur. Il réalise aussi des décors muraux en compagnie de Ladislas Dymkovski, apparenté à sa famille.

Plusieurs fois décorés pour sa peinture, il obtient la Légion d'honneur en 1927. Il est illustrateur à La revue de Bretagne, La revue de l'Anjou, et au Monde Illustré.

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas.

Ludovic Alleaume est l'auteur de quatre peintures murales à l'église Saint-Nicolas de Craon[4] :

  • l'Annonciation ;
  • Apparition du Christ à Marie-Madeleine ;
  • Saint-Nicolas apaisant les flôts ;
  • Saint-Nicolas faisant l'aumône.

Il a également réalisé le plafond de la Caisse d'épargne de Laval[4], ainsi qu'une verrière[6] de l'église Saint-Sulpice de Fougères.

On connait également de lui une gravure représentant Beethoven et sa muse, dont la date est inconnue.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. né le 20 août 1821 à Pellouailles. Serrurier à Pellouailles lors de son mariage, il est adjudant à l'École des Arts-et-Métiers d'Angers lors de la naissance de son fils. Il s'installe dans le quartier de la Doutre à Angers avec sa famille en 1850. Il se consacre à l'horlogerie en 1859, et est le concepteur de l’horloge astronomique du Musée des sciences de Laval. Voir : [1]. En 1864, il fonde son établissement et obtient une médaille de bronze à l'Exposition universelle de Paris de 1887.
  2. Neuf enfants.
  3. [2]
  4. a, b et c Port 1965, p. 12
  5. 49, rue de Bootz, actuelle rue du Dôme.
  6. « Notice no IM35000535 », base Palissy, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie,‎ 1965, 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)