Lucumon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lucumon a longtemps été considéré comme le terme par lequel les Étrusques désignaient leurs rois. Cette approche traditionnelle est actuellement mise en doute, sinon considérée comme «inconsistante». Elle reposait sur un seul témoignage d'un auteur tardif du IVe siècle, Servius, un commentateur de l'Énéide : «Les peuples de Toscane avaient en effet douze lucumons, qui en langue étrusque sont les rois[1]. Il est possible que cette affirmation ait pour origine le fait que le premier roi étrusque de Rome, Tarquin l'Ancien, ait porté le nom Lucumon, avant de s'installer à Rome[2].

Ceci ne remet pas en doute l'existence de rois en Étrurie. Les caractéristiques de leur pouvoir sont décrites par l'historien grec Denys d'Halicarnasse, dans le récit qu'il fait de la conquête de l'Étrurie par Rome, sous le règne de Tarquin l'Ancien :

« une couronne d'or, un trône d'ivoire, un sceptre avec un aigle sur le pommeau, une tunique de pourpre incrustée d'or et un manteau pourpre brodé, tels que les rois de Lydie et de Perse le portaient sur eux.... cela semble avoir été une coutume tyrrhénienne pour chacun des rois dans sa cité, qu'il fût précédé par un licteur, un seul, portant une hache avec un faisceau de baguettes; et lorsqu'il y avait une expédition commune des douze cités, on remettait les douze haches à un seul homme, celui qui avait reçu le pouvoir souverain. »

— Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, Livre III, 61, 1-2

[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cité dans Thuillier 2006, p. 131
  2. Briquel 2012, p. 45
  3. d'Halicarnasse 1998, p. 102-103

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Thuillier, Les Étrusques, Éditions du Chêne,‎ 2006
  • Dominique Briquel, Les Étrusques, PUF, coll. « Que sais-je? »,‎ 2012, 2e éd.
  • Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, Belles Lettres,‎ 1998