Lucrèce (dame romaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucrèce (homonymie) et Lucretius Tricipitinus.
Le Titien, Viol de Lucrèce

Lucrèce (Lucretia en latin) est une dame romaine, connue comme un exemplum d'une femme qui, ayant été violée, s'est tuée de crainte d'être accusée d'adultère. C'est à la suite du viol de Lucrèce que Rome serait passée de la monarchie à la République, en 509 av. J.-C.

Tout comme pour son mari, Tarquin Collatin, il faut préciser que comme la plus grande partie des hommes et des institutions de cette époque romaine, la réalité de son existence historique et de ses actions nous échappent, nos sources lacunaires présentant par ailleurs des récits et des traditions considérablement réécrits et déformés.

Elle se donna la mort d'un coup de poignard pour éviter le déshonneur

Elle est la fille de Spurius Lucretius Tricipitinus et l'épouse de Lucius Tarquinius Collatinus. Elle est renommée par sa beauté et plus encore par sa vertu. Pendant le siège d'Ardée, les fils du roi et leurs compagnons dont Tarquin Collatin parient et se rendent ensuite à Rome pour observer la conduite de leurs épouses. Les belle-filles du roi partagent un fastueux festin alors que Lucrèce file la laine avec ses servantes. Sextus Tarquin, l'un des fils du roi Tarquin le Superbe, en conçoit un désir coupable[1]. Venu en hôte chez Tarquin Collatin[2], il drogue et viole Lucrèce, commettant ainsi deux crimes d'un coup (contre une dame romaine et contre les lois de l'hospitalité)[3]. Si elle ne lui cède pas, il menace de la tuer et de mettre dans son lit un esclave mort, comble de l'infamie. Après le départ de Sextus Tarquin, Lucrèce fait venir son père, avec Publius Valerius Publicola, et son mari, ce dernier accompagné de Lucius Junius Brutus. Lucrèce, après leur avoir expliqué le forfait du prince et avoir réclamé vengeance, se donne la mort, par un couteau qu'elle tenait caché[4]. Lucrèce est considérée comme un exemplum (histoire d'une personne dont les actes sont dignes d'être imités), car elle n'est pas coupable, et ne veut pas donner l'exemple d'une femme qui aurait survécu au déshonneur.

Le récit de Denys d'Halicarnasse diverge quelque peu de celui de Tite-Live concernant la mort de Lucrèce. Cette dernière se suicide dans les bras de son père en présence de Valerius Publicola[5], et c'est lui qui prévient son mari, Tarquin Collatin et Brutus[6].

Conséquences et légende[modifier | modifier le code]

Ensuite, les hommes qui entourent Lucrèce, surtout Lucius Junius Brutus, commencent à ameuter la population et à marcher sur Rome. Ayant rejoint la capitale, ils soulèvent le peuple contre la famille royale et mettent fin à la royauté[7]. Le roi Tarquin le Superbe, alors absent de Rome pour cause de guerre, revient en hâte, mais lorsqu'il arrive, les portes de la ville lui sont fermées et il est condamné à l'exil[8].

C'est donc à la suite du viol de Lucrèce que Rome serait passée de la monarchie à la République, en 509 av. J.-C., comme le signalent de nombreux auteurs antiques[9],[10],[11],[12],[13].

Cependant, ce récit tient plus de la légende que de l’Histoire car en réalité, l'arrivée de la République s'expliqua tout simplement par une perte d'influence de la puissance royale étrusque dans toute l'Italie.

Représentation dans les arts[modifier | modifier le code]

Le viol et la mort de Lucrèce ont inspiré un grand nombre d'artistes, particulièrement en peinture au XVIe siècle :

Peinture
Littérature
Poème
Théâtre
Opéra
Musique
Sculpture

Généalogie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tite-Live, Histoire romaine [détail des éditions] [lire en ligne], I, 57.
  2. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 64.
  3. Denys d'Halicarnasse, IV, 65.
  4. Tite-Live, I, 58.
  5. Denys d'Halicarnasse, IV, 67.
  6. Denys d'Halicarnasse, IV, 70.
  7. Tite-Live, I, 59 et Denys d'Halicarnasse, IV, 71-84.
  8. Tite-Live, I, 60 et Denys d'Halicarnasse, IV, 85.
  9. Aurelius Victor, Hommes illustres de la ville de Rome [détail des éditions] [lire en ligne], IX, Tarquin Collatin.
  10. Eutrope, Abrégé de l'histoire romaine [détail des éditions] [lire en ligne], I, 8.
  11. Florus, Abrégé de l'Histoire Romaine [détail des éditions] [lire en ligne], I, 9.
  12. Dion Cassius, Histoire romaine [détail des éditions] [lire en ligne], II (fragments), 26.
  13. Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne], Publicola, I.