Lucky Luke (personnage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucky Luke (homonymie).
Lucky Luke
Personnage de fiction apparaissant dans
Lucky Luke.

Origine États-Unis
Sexe Homme
Activité(s) Cow-boy justicier
Entourage Jolly Jumper, son cheval
Rantanplan, chien policier
Ennemi(s) Les Frères Dalton

Créé par Morris
Interprété par Terence Hill (Lucky Luke (1991), Lucky Luke (série live) )
Til Schweiger (Les Dalton)
Jean Dujardin (Lucky Luke (2009) )
Voix Marcel Bozzuffi (Daisy Town)
Daniel Ceccaldi (La Ballade des Dalton)
Jacques Thébault (Lucky Luke série 1 et 2, Les Dalton en Cavale)
Antoine de Caunes (Les Nouvelles Aventures de Lucky Luke)
Lambert Wilson (version européenne)
Stéphane Rousseau (version québécoise) (Tous à l'Ouest)
Série(s) Lucky Luke

Lucky Luke (Luc le Chanceux) est le personnage principal de la série de bande dessinée du même nom, créé en 1946 par le dessinateur et scénariste belge Morris.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Reconstitution d'une scène de Lucky Luke dans le parc Harikalar Diyarı.

Lucky Luke est un cow-boy solitaire qui sillonne le Far West et y vit de nombreuses aventures. Il a à ce titre participé à la plupart des événements liés à la conquête de l'Ouest. Bien que son métier reste celui de conduire des troupeaux de bétail d'une ville à une autre, il est souvent appelé soit par certains de ses amis, soit directement par le gouvernement américain, à remplir des missions quand il ne se les dicte pas lui-même dans le souci de rendre justice dans les villes qu'il traverse. Le plus souvent tout de même, il est chargé de ramener au pénitencier des bagnards échappés (dont les plus célèbres sont Les Dalton et Billy the Kid) mais on l'a aussi vu notamment : transporter le courrier du Pony Express, planter les poteaux du télégraphe, régler des conflits entre éleveurs, œuvrer à la construction du chemin de fer vers l'Ouest, etc. Autant d'activités diverses et variées qui sont à l'origine de toutes ses aventures qui sont naturellement et à chaque fois couronnées de succès. Mais au moment où on veut le remercier, il est déjà loin sur son cheval, entonnant sa célèbre ritournelle au coucher du soleil : « I'm a poor lonesome cowboy, and a long way from home... ».

Il lui est prêté aussi une romance avec une danseuse de saloon : Laura ou Lotta Leggs, bien que cette romance semble rester platonique, au désespoir de Lotta qui est amoureuse de lui. cette romance est particulièrement visible dans le film Lucky Luke avec Terrance Hill et dans la série dérivée où Lotta lui avoue son amour alors qu'ils sont prisonniers tous les deux. On peut le voir également dans la série animée Les Nouvelles Aventures de Lucky Luke.

Au gré de ses pérégrinations, il croise toutes sortes de personnages liés à la légende de l'Ouest, à commencer par les quatre frères Dalton, puis leurs cousins fictifs : eux aussi au nombre de quatre et caricatures des originaux, ils apparaissent régulièrement au fil des albums, s'évadant perpétuellement de leur pénitencier mais finissant toujours par être repris par Lucky Luke. Apparaissent aussi, dans des interprétations très libres, d'autres personnages ayant réellement existé, comme le juge Roy Bean[1], Black Bart[2], Jesse James, Frederic Remington, Mark Twain[3], la communauté mormone[4], Billy the Kid, Calamity Jane, le général George Armstrong Custer et Sarah Bernhardt.

La bande dessinée ne relate pas vraiment les origines de Lucky Luke : on ne sait pas d'où il vient ni où il est né. En 2009, à l'occasion du film de James Huth sur la série, les origines du cow-boy sont inventées de toutes pièces pour les besoins du scénario : il s'appelle en fait John Luke, et est le fils d'un Irlandais émigré aux États-Unis et d'une indienne qui vivent à proximité de Daisy Town, ville où il va à l'école. Ses parents sont assassinés par le « gang des tricheurs » alors qu'il n'a que dix ans, et il est alors pris sous l'aile protectrice d'un vieil ami de la famille : Dick Digger. Ce dernier constate rapidement que le jeune garçon a une incroyable capacité à tirer juste et a une chance étonnante. C'est lui qui lui donne à ce moment son surnom de "Lucky Luke" (Luke le chançard) pour souligner la chance qu'il a eue d'échapper au « gang des tricheurs » qui d'habitude ne laissent pas de survivant.

Écrites par Morris, il existe deux bandes dessinées où il apparaît enfant sous le surnom de "Kid Lucky" en compagnie d'un vieux chercheur d'or (connu seulement sous le nom de « Old-timer »), et dans lesquelles Luke dit être orphelin.

On peut cumuler ces deux origines en imaginant que cet "Old-timer" est l'ami de la famille qui le prend en charge après l'assassinat de ses parents et l'emmène ensuite avec lui pour sillonner le Far West jusqu'à ce qu'il soit assez grand, à partir de là Lucky Luke devient cow-boy et commence ses aventures. Quant au vieux Old-timer, on ne sait ce qu'il est advenu de lui, peut-être s'est-il établi quelque part à moins qu'il ne soit décédé.

Quelques dates marquantes dans ses aventures [5]:

  • 1859 : il est témoin de la découverte du pétrol et l'édification des premiers derricks (A l'ombre des derricks)
  • 1860 : il est l'un des cavaliers du Pony Express (Le Pony Express)
  • 1861 : il participe à la construction du télégraphe qui relie l'est et l'ouest (Le Fil qui chante)
  • 1862 : il escorte un convoi de nitroglycérine (Nitroglycérine)
  • 1865 : il met hors d'état de nuire le gang de Joss Jamon (Lucky Luke contre Joss Jamon)
  • 1865 : il aide Samuel Parker à capturer les Dalton une fois de plus (Les Dalton à la noce)
  • 1867 : il protège la liberté de la presse et surtout du Daily Starr (Le Daily Starr)
  • 1868 : il protège la construction du pont du Mississipi (Le Pont du Mississipi)
  • 1875 : il est confronté à Belle Starr (Belle Starr)
  • 1880 : il est en Arizona à poursuivre des voleurs d'or (Arizona)
  • 1881 : il fait la rencontre des frères Earp (O.K. Corall)
  • 1888 : il escorte les inventeurs de la machine à sous (Le Bandit manchot)
  • 1888 : il rencontre Frédérick Remington (L'Artiste peintre)
  • 1889 : il est engagé par le gouvernement pour surveiller les colons en Oklahoma (Ruée vers l'Oklahoma)

Description[modifier | modifier le code]

Lucky Luke a les cheveux noirs et porte invariablement les mêmes habits : Stetson blanc, foulard rouge, chemise jaune, gilet noir (référence au drapeau belge), jeans, bottes et six-coups au ceinturon. La seule modification apportée au personnage a été le remplacement en 1983 de sa cigarette par un brin de paille, sous la pression des associations antitabac américaines. Morris sera d’ailleurs récompensé par l’OMS en 1988 à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac. Si Lucky Luke apparaît souvent les paupières mi-closes, manifestant un calme apparent même lorsqu'il est ému ou menacé, son flegme a cependant été pris en défaut lorsqu’il renverse son tabac à rouler à deux reprises après qu’un officiel l’a chargé d’une mission inattendue[6].

Il est décrit comme « l’homme qui tire plus vite que son ombre » en raison de sa rapidité à dégainer ; il est en outre extraordinairement habile au révolver. Ce gimmick donne ainsi lieu à de nombreux gags où, par exemple, il lâche son verre de bière, dégaine, tire et rengaine avant de rattraper son verre au vol. À noter que, contrairement aux mœurs de l'époque, il tue rarement ses adversaires (parmi ses victimes, citons Mad Jim dans la La Mine d'or de Dick Digger et Phil Defer dans la première version de l'album) ; il se contente le plus souvent de les désarmer en duel ou de les assommer en combat singulier afin de les neutraliser. Par ailleurs, comme le suggère la traduction de son surnom (« Luke le chanceux »), il jouit d'une chance infaillible.

Pour coller au mythe du cow-boy véhiculé par les westerns, Lucky Luke possède un cheval, à ceci près que le sien est particulièrement véloce et intelligent : au poil blanc et à la crinière blonde, Jolly Jumper sait se seller tout seul, faire les courses, jouer aux échecs, et surtout sortir son cavalier de situations périlleuses.

Apparitions[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Longs-métrages d'animation[modifier | modifier le code]

Séries animées[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

  • Lucky Luke (Paloma Film, 1991, 8 épisodes de 52 minutes) avec Terence Hill

Spectacle[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeux vidéo de Lucky Luke.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Juge
  2. La Diligence
  3. L'Héritage de Rantanplan
  4. Le Fil qui chante
  5. Dates citées dans les différents albums ou ayant attrait à des évènements précis dont la date est connue.
  6. Le Pied-tendre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]