Lucius Artorius Castus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lucius Artorius Castus est le nom d'un chevalier romain qui quitta l'île de Bretagne avec une armée de légionnaires bretons pour marcher sur une région longtemps assimilée à l'Armorique pour y étouffer un soulèvement. Longtemps, on considéra que ces événements se produisirent vers 184 et l'on datait la carrière d'Artorius Castus des règnes de Marc Aurèle et Commode, en conséquence on a pensé qu'il aurait inspiré au Moyen Âge le personnage légendaire d'Arthur. Il est aujourd'hui reconnu que sa carrière doit être située au cours du IIIe siècle et que l'expédition militaire se situait en fait en Arménie.

Sa carrière[modifier | modifier le code]

Originaire de Campanie ou de Dalmatie, Artorius Castus nous est connu par deux inscriptions latines découvertes près de Split (Croatie) et qui développent sa longue et remarquable carrière militaire[1]. Il débuta comme centurion de légion en Orient, dans la légion III Gallica en Syrie puis dans la VI Ferrata en Syrie Palestine). Puis il fut envoyé sur le Danube (II Adiutrix en Pannonie et V Macedonica en Dacie). Il devient alors primipile de la V Macedonica puis préfet de la legio VI Victrix en Bretagne, sa carrière était désormais celle d'un chevalier romain. Il est préposé à la flotte de Misène - sans doute un détachement envoyé par cette dernière. De Bretagne, avec le titre de dux, il mène des légionnaires pour écraser un soulèvement ou mener une guerre dans une région géographique dont le nom commence par ARM(...). Pendant longtemps le reste du mot, effacé sur la pierre fut restitué pour obtenir une mention de l'Armorique. Le réexamen de l'édition initiale de la pierre par X. Loriot a montré qu'en fait le M était ligaturé avec un E et que l'on avait donc ARME(…) : la mission d'Artorius Castus se situait donc en Arménie à l'occasion d'un conflit avec les Parthes ou les Perses. Il est ensuite nommé procurateur gouverneur de la province de Liburnie, à proximité de la Dalmatie et de l'Italie du Nord.

L'hypothèse d'un lien avec la légende arthurienne[modifier | modifier le code]

Sur la base de la lecture erronée qui plaçait l'action d'Artorius en Armorique, Kemp Malone proposa dès 1925 d'identifier le légendaire roi Arthur avec Lucius Artorius Castus[2]. L'hypothèse était assez osée car elle remettait en cause les sources traditionnelles : l' Historia Regum Britanniae (L'histoire des rois de Bretagne) de Geoffroy de Monmouth (terminée vers 1136) qui voyait Arthur comme un roi breton mort en 542 ou l' Historia Brittonum (l'Histoire des Bretons rédigée par Nennius vers 800) ou les Annales Galloises (Annales Cambriae) pour qui Arthur remporta 12 batailles contre des Saxons. Or Lucius Artorius Castus n'a jamais combattu les Saxons.

Ces sources ont toutefois l'inconvénient d'être écrites largement après les événements. La ressemblance entre le nom de l'officier romain Artorius et le nom d'Arthur a pu aussi contribuer à la notoriété de l'hypothèse.

Plus récemment, Linda Ann Malcor a repris la thèse de Kemp Malone. Pour elle, les bases de la légende arthurienne proviennent des confins eurasiatiques et ont été en partie apportées en Angleterre par le peuple des Sarmates[3]. Or plusieurs de ces « Barbares » ont justement été enrôlés dans l'armée romaine et établis dans le nord de l'Angleterre à l'époque où l'on plaçait la mission de Lucius Artorius Castus en Bretagne avant le réexamen des inscriptions par Xavier Loriot[4]. Linda A. Malcor a alors supposé qu'aidé de cavaliers Sarmates, Castus aurait remporté vers 184 plusieurs victoires contre les Calédoniens et les Pictes qui envahissaient la Grande-Bretagne et qu'il serait ainsi devenu une sorte de héros chez les Sarmates. Le film Le Roi Arthur part de cette supposition pour faire les bases de son scénario.

On ne peut toutefois plus voir dans ce personnage historique l'une des bases de la légende arthurienne. Ce rapprochement était tiré, on l'a vu, d'une part de l'assonance entre Artorius et Arthur et d'autre part de son rôle en liaison avec la Bretagne romaine et armoricaine. La datation erronée qui plaçait son action sous Commode est aussi à l'origine de cette hypothèse. La nouvelle datation de la carrière d'Artorius Castus interdit désormais de faire un lien entre ce personnage et ces Sarmates et la localisation de son action en Arménie fait disparaître toute mention d'une révolte en Armorique au IIe ou IIIe siècle : il n'y a pas de raison de supposer un lien particulier entre Artorius et Arthur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mommsen, Corpus Inscriptionum Latinarum, vol. 3, 1873, CIL III, 1919 et CIL III, 12791
  2. Kemp Malone, « Artorius », Modern Philology, 22, 1925, pp.367-377
  3. Covington Scott Littleton, Linda A. Malcor, From Scythia to Camelot, New York-Oxon, 1994 (rééd. 2000)
  4. L'historien Dion Cassius explique qu'en 175 l'empereur Marc Aurèle défit une tribu particulière de Sarmates, les Iazyges. À l'issue d'un traité de paix, 8000 d'entre eux furent contraints d'intégrer la cavalerie romaine. On en envoya 55OO en Angleterre pour défendre le mur d'Hadrien. Des fouilles archéologiques, menées notamment autour de Ribchester (Lancashire), ont démontré une présence militaire sarmate au IIIe siècle

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Hypothèse de l'identité avec Arthur. Deux bonnes photos de l'inscription

Articles connexes[modifier | modifier le code]