Lucius Accius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lucius Accius (ou Attius) est un célèbre auteur de tragédies latines et d'ouvrages d'érudition né à Pisaurum, aujourd'hui Pesaro dans les Marches en 170 av. J.-C. et mort à Rome en 86 av. J.-C..

Pline l'Ancien rapporte qu’il se fit dresser dans le temple des Muses une statue très grande, quoiqu'il fût très petit[1].

Les nombreuses citations flatteuses qu'en font les auteurs romains reflètent sa popularité : Horace vanta sa profondeur[2], Cicéron évoqua son charme[3]. Selon Velleius Paterculus, ses œuvres pouvaient soutenir la comparaison avec celles des Grecs[4].

« Et ceux qui aiment les vers d'Accius, ne croient pas seulement avoir sous les yeux les grâces de son style, ils s'imaginent encore qu'ils possèdent l'image vivante du poète »[5]

De ses tragédies, on n'a conservé que des fragments (citations par des auteurs postérieurs), qui laissent entrevoir un style élevé et un ton pathétique. Ses pièces, écrites en latin, reprennent et adaptent des modèles grecs (genre littéraire, style, intrigue) et sont essentiellement inspirées d'Euripide ; certaines se réfèrent également à des événements de l'histoire romaine.

Accius est également l'auteur d'ouvrages (perdus, sauf quelques fragments) d'érudition, traitant de théâtre, d'histoire littéraire, de grammaire.

Homonyme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Accius Naevius.

Accius Nævius est également le nom d'un augure qui, pour convaincre Tarquin l'Ancien de la puissance de son art, coupa devant lui avec un rasoir la pierre qui servait à l'affûter[6]. Tarquin lui fit élever une statue, en mémoire de ce prodige.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, livre XXXIV, 10,2
  2. Horace, Epîtres, livre 1
  3. Cicéron, Secondes académiques à Terentius Varron, livre I
  4. Velleius Paterculus, Histoire romaine, livre 2, 9
  5. Vitruve, De architectura, livre IX, 16
  6. Aurelius Victor, De viris illustribus, VI