Lucilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lucille (impératrice))
Aller à : navigation, rechercher
Lucilla
Portrait de Lucilla
Portrait de Lucilla
Titre
impératrice romaine
164169
Biographie
Titre complet impératrice romaine
Dynastie Antonins
Nom de naissance Annia Aurelia Galeria Lucilla
Date de naissance 7 mars 149
Date de décès 182
Lieu de décès Capri
Nature du décès assassinat
Père Marc Aurèle empereur romain
Mère Faustine la Jeune impératrice romaine
Fratrie Commode empereur romain
Conjoint Lucius Verus empereur romain
Claudius Pompeianus
Enfant(s) Aurelia Lucilla
Lucilla Plautia
Lucius Verus
Aurelianus Pompeianus
Claudius Pompeianus

Annia Aurelia Galeria Lucilla, dite Lucilla ou Lucille (7 mars 149-182), est la seconde fille de l'empereur Marc Aurèle et de l'impératrice Faustine la Jeune. Elle est donc l'une des sœurs aînées de Commode.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Née et élevée à Rome dans une famille très influente, Lucilla est jumelle avec Gemellus Lucillae, qui meurt vers 150. Ses grands-parents maternels sont le couple impérial Antonin le Pieux et Faustine l'Ancienne et ses grands-parents paternels sont Domitia Lucilla et le prêteur Marcus Annius Verus.

Mariage avec Lucius Verus[modifier | modifier le code]

Son premier époux, l'empereur Lucius Verus - Musée du Louvre (Ma1170)

En 161, son père arrange son futur mariage avec son coempereur. En 164, elle épouse l'empereur Lucius Verus, de 18 ans son aîné, et reçoit le titre d'Augusta. Pour ce mariage elle se déplace jusqu'à Éphèse, Vérus se trouvant en Orient pour mener la guerre parthique. Par ce mariage et ce voyage Marc Aurèle réaffirmait la concorde des deux empereurs, en même temps qu'il espérait peut-être modérer les ardeurs de la cour très fastueuse qui s'était créée autour de Vérus à Antioche. Les thèmes de la propagande impériale insistèrent alors sur la concorde des empereurs et la joie (hilaritas) suscitée par le mariage.

Ils ont trois enfants: une fille née à Antioche, en 165, Aurelia Lucilla, qui par la suite épousa Claudius Pompeianus Quintianus, neveu du second mari de Lucille; Lucilla Plautia et Lucius Verus qui meurent en bas âge.

Lucilla est une matrone respectable et influente qui passe la plupart de son temps à Rome tandis que Vérus voyage en tant que co-empereur. Lucius Verus meurt vers 168/169 au retour de la guerre dans la région danubienne, à ce moment-là, Lucilla perd son statut d'impératrice[1].

Second mariage avec Claudius Pompeianus[modifier | modifier le code]

De part son statut de princesse impériale, fille de Marc Aurèle et femme de l'ancien co-empereur, Lucilla n'est pas destinée à un long veuvage. Dès

À la mort de Lucius Verus en 169, son père arrange son second mariage avec le général Claudius Pompeianus Quintianus. Lucilla et sa mère sont contre cette union dont le mari est au moins deux fois plus âgé que la mariée. De plus, il n'appartient pas à une famille noble romaine étant originaire d'une famille de rang équestre d'Antioche en Syrie[1]. Malgré tout, elle l'épouse et conserve le titre d'Augusta. Dès l'année suivante, elle donne naissance à un fils, Pompeianus.

A l'inverse de son premier mariage, elle suit son époux en voyage en 172, qui accompagne Marc Aurèle à Vindobona lors de la campagne militaire sur le Danube. Ils sont à ses côtés lorsqu'il décède et que Commode devient le nouvel empereur. A partir de cette élection, l'espoir de Lucilla de redevenir impératrice disparait et elle retourne avec son mari à Rome.

Le complot contre Commode[modifier | modifier le code]

Lucilla est insatisfaite de sa vie de matrone romaine à Rome et elle déteste sa belle-soeur Bruttia Crispina. Elle s'inquiète du comportement instable de Commode et du risque qu'il fait courir pour la stabilité de l'empire.

En 182, elle est mêlée à un complot destiné à éliminer son frère Commode, et à le remplacer par Lucilla et son époux, mais sans succès. Les membres du complot incluent Tarrutenius Paternus, chef de la garde impériale, sa fille Plautia, un neveu de Quintianus nommé aussi Quintianus, et les cousins paternels de Lucilla, l'ancien consul Marcus Ummidius Quadratus Annianus et sa sœur Ummidia Cornificia Faustina.

Cela témoigne de l'implication large du groupe familial, et en particulier des princesses dans la politique impériale, annonçant peut-être des phénomènes plus visibles sous les Sévères. Démasquée, Lucille est bannie à Capri, et assassinée la même année, alors qu'une vaste purge touchait ses proches et les milieux sénatoriaux, entamant une longue confrontation entre Commode et le Sénat.

Son fils Pompeianus est assassiné plus tard par Caracalla.

Numismatique[modifier | modifier le code]

Ses médailles font souvent allusion à sa fécondité, mais rien ne désigne la date où elles ont été faites[2]. Le grand problème du monnayage de Lucille est de savoir si celui-ci a cessé après la mort de son mari Lucius Vérus ou, au contraire, a continué sous le règne seul de son père, Marc Aurèle.

Dupondius à l'effigie de Lucille.Date : 166-169 Description revers : Junon drapée et voilée, debout à gauche, tenant une patère de la main droite et un sceptre de la gauche ; à ses pieds, à gauche, un paon.

Lucilla dans les arts[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marjorie Lightman, Benjamin, Lightman, A to Z of Ancient Greek and Roman Women, Infobase Publishing, 2008. ISBN 978-1438107943.
  2. Jean François Calixte de Péna, Leçons élémentaires de numismatique romaine, Paris, Trouvé,‎ 1823 (lire en ligne), p. 155