Lucienne Bréval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucienne Bréval

Berthe Agnès Lisette Schilling, dite Lucienne Bréval, née le à Männedorf (canton de Zurich) et morte le à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est une soprano dramatique suisse naturalisée française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait de L. Bréval
Portrait de L. Bréval

Elle étudie à Genève où elle obtient un 1er prix de piano, puis au Conservatoire de Paris, dont elle sort en 1890 comme 1er prix de chant. Elle débute à l'Opéra de Paris en 1892 dans le rôle de Selika dans L'Africaine de Meyerbeer et y accomplit par la suite une carrière d'une trentaine d'années.

En 1893, sous la direction d'Édouard Colonne, elle incarne Brünnhilde, l'un de ses meilleurs rôles, dans la Walkyrie de Wagner à l'Opéra de Paris (en français) avec Rose Caron (Sieglinde), Ernest Van Dyck (Siegmund) et Francisque Delmas (Wotan). Henri de Curzon écrit : « Son jeune talent s'épanouissait [...] avec une flamme audacieuse, une passion, une harmonie de visage et de gestes qui étaient vraiment de toute beauté ». Elle a le tempérament et la voix pour jouer les héroïnes wagnériennes. Elle devient Vénus (Tannhäuser), puis Eva (Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg), qu'elle interprète avec une espièglerie inattendue.

Plaque commémorative au n° 58 de la rue de Courcelles à Paris où habita Lucienne Bréval

En 1897, elle chante Marguerite dans La Damnation de Faust de Berlioz.

Elle paraît à Covent Garden en 1899, 1901 et 1906 et à New York au Met, au cours de la saison 1900-1901. Elle refuse d'aller chanter la Walkyrie à Bayreuth, où Cosima Wagner, furieuse, soutient sa rivale, Louise Grandjean, qui est la Brünnhilde de Siegfried et du Crépuscule des dieux. Mais en 1914, elle est dans Parsifal une Kundry « somptueuse et ensorcelante » auprès de Paul Franz et de Marcel Journet.

Elle chante les grands classiques : Hippolyte et Aricie de Rameau, Armide et Iphigénie en Aulide de Gluck. Elle présente aussi de nombreuses créations telles que Grisélidis de Massenet en 1901, L'Étranger de Vincent D'Indy en 1903 à l'Académie nationale de musique, Monna Vanna de Henry Février en 1909 et Pénélope de Gabriel Fauré à Monte-Carlo en 1913.

Elle se consacre à partir de 1921 à l'enseignement.

Cette tragédienne lyrique a fortement impressionné tous ses contemporains. Gabriel Fauré définit son art comme « un Beau qui n'est pas l'objet des sons, un certain Beau qui charme l'esprit ».

Quelques rôles[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Blanchard et Roland de Candé, Dieux et divas de l'opéra, Fayard, 2004 (ISBN 2-213-61948-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]