Lucien de Cassan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cassan.

Lucien de Cassan-Floyrac est un peintre français né à Paris en mai 1932.


Lucien de Cassan
Lucien de Cassan

Biographie[modifier | modifier le code]

Il évolue dès son adolescence dans le monde des arts. Dans sa peinture il emploie une palette de couleurs flamboyantes, reflet d’un expressionnisme violent. Inspiré par les courants artistiques qu’il a côtoyés dans les différents pays où il a vécu ces 25 dernières années : Espagne Barcelone et Ibiza pendant 15 ans, c’est à cette époque qu’il est élu président des Artistes internationaux (Voir article de presse Ibiza Now) [1], Londres, Italie, Suisse, Miami aux États-Unis Voir Article de presse Ibiza Now Artistes Internationaux [2]


Sa curiosité insatiable et sa soif de vérité lui ont fait prendre tout au long de sa vie des positions affirmées. À 18 ans il s’inscrit à la Fédération anarchiste de la Seine et, plus tard, fidèle à ses convictions, refuse le port de l’uniforme.

Juché sur les épaules d’une nourrice il participe à sa première manifestation. La musique, les cris : « Vive le Front Pop » . Le Front Pop [3]est un tableau de 200cm × 250 cm faisant partie de la série des Évènements Contemporains. c’était beau comme du Mozart. Le rouge et le noir des drapeaux dominaient. Depuis ces deux couleurs sont restées des éléments essentiels dans son œuvre picturale.

Parcours artistique[modifier | modifier le code]

Vivant seul dès l’âge de 15 ans, de petits boulots en petites combines, il poursuit avec opiniâtreté des études le soir. Ses professeurs d’art dramatique sont Henry Bosc, né le 18 août 1884 à Perpignan, Pyrénées-Orientales, France, décédé le 25 avril 1967 à Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine, France et pour le classique, Solange Siccard 1902-1969, actrice avec 27 films à son actif et professeur d'art dramatique notamment de Simone Signoret pour la comédie légère.

Jacques Vernon[4], le secrétaire de Charles Aznavour l’initie avec Jean-Pierre Cassel et d’autres à la danse moderne et surtout aux claquettes<. Jean Pierre Cassel apprend les claquettes en 1951 au Studio 18 rue la Bruyère à Paris et s'exhibe au Club Le Vieux Colombier à St Germain à la même époque. Lucien de Cassan "Lucky" (nom d'artiste danseur chez Eve) fréquente le même studio et clubs. Parallèlement, parmi ses amis des Auberges de Jeunesse[5], certains sont devenus professeurs d’art qui l’initient aux traits et aux couleurs.

Un accident de motocross brisa en même temps son tibia et ses espoirs d’être accepté au conservatoire d’art dramatique et plus tard à la Comédie-Française. Cette volonté de vivre l’amène vers Le Tabou rue de Dauphine où accompagné de Jean Yanne au piano, de Boris Vian à la trompette il interprète des chansons de Bruant et des poèmes de Jehan Rictus et de Marcel Rioutord[6]. Ne doutant de rien, quoique encore légèrement claudiquant il se présente à une audition place Pigalle chez Éve. Max Révol, le metteur en scène le remarque et le fait engager pour deux ans évoluant aux milieux d’une quarantaine de filles toutes plus belles les unes que les autres. Parmi elles Noëlle Adam qui épousa un fils de Charlie Chaplin. Le Duc et la Duchesse de Windsor, ex-empereur des Indes, assistent au spectacle[7].

Le théâtre en Rond à Paris propose à Lucien de Cassan la direction pour la saison d’été : Théâtre en rond de la rue Frochot à Paris (1954-1966) La revue Streaptease Champagne saison été 1954.


Le trio Marignan[8] naît. Jacques Canetti, l’imprésario des vedettes du show-biz le remarque et l’engage dans ses nouvelles têtes.

Tournées urbi-orbi, TV en Europe.

Tournée en province en première partie du show d’Henri Salvador.

Théâtre du Vieux Colombier à Paris : après audition, jeune premier dans : « Voulez-vous jouer avec moi » de Marcel Achard. Il reprend un rôle créé par Gérard Philippe dans « Une grande fille toute simple » d'André Roussin.

Les frères Marouani, agents de spectacles, lui proposent un engagement. La famille des Marouani sont des producteurs, imprésarios, originaires d'Afrique du Nord. Ils réalisent la mise en scène de plusieurs revues. La tournée se termine à Tunis au Casino du Belvédère et au cabaret l'ermitage (Propriétaires les frères Medori).

Peinture[modifier | modifier le code]

Abandonnant la scène, il reprend ses pinceaux. Il fréquente à nouveau ses compagnons des Auberges de Jeunesse, qui l’encouragent à poursuivre ses travaux picturaux. Il achète à Saint-Ouen de vieilles toiles, (en chinant à Saint-Ouen à Paris, tombe en admiration devant un tableau, c'est un Camille Pissarro qu'il achète), certaines par goût, d’autres par économie, ces supports reblanchis lui permettent à moindre coût de peindre davantage.

Souvenance – Shoah[modifier | modifier le code]

Le matin à l’aube
Les pendus balancés par le vent
Semblent marquer la mesure]]

  • Une trentaine de toiles et sculptures
  • Un regard sur l’intolérance et la barbarie
  • Une pierre à l’édifice du souvenir
  • Une œuvre à caractère politique

A l’heure où le combat contre l’oubli est toujours d’actualité, l’œuvre de Lucien de Cassan nous offre à nous, génération de la mémoire, une grande part d’éternité en ceci qu’elle s’inscrit dans le souvenir de Benjamin Fondane et Primo Levi. (Michaël Iancu, Tribune Juive)


Un souvenir d’enfance est l’origine de ses travaux sur l’holocauste. Dans la première toile commencée à Ibiza dans sa « Finca » au milieu des amandiers en fleurs il commence sa série sur l’Holocauste. Inspiré par des images mêlant les réminiscences du vu, des actualités d’après guerre, d’un vécu personnel une quarantaine de déportés étoilés de jaune, gitans et droits-co ; triangle noir, à droite un homme jeune affublé d’un triangle rose assistait à une double pendaison. En arrière plan un orchestre jouait donnant l’illusion que le concert avait plus d’importance que le supplice subi[9].

  • 2006 Cette œuvre exposée au Grand Palais à Paris
  • 1998 Montpellier, au Pavillon de l’Hôtel de Ville
  • 1997 Palais des Congrès « Exodus » Cap d’Agde
  • 1994 Hall du Midi libre

Évènements contemporains du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Un matin pas comme les autres. Très haut dans le ciel s’avançait l’horreur absolue. L’homme extermine l’homme]]

Ces tableaux réalisés à différentes époques n’ont en commun que de traduire des sensibilités politiques et spirituelles se rapportant à des événements qui l’ont interpellé. C’est le résumé d’un livre d’histoire personnel soumis à des critères très subjectifs, fruit de son parcours de vie, de ses lectures, de ses engagements politiques, de ses amours. Parmi ces tableaux la majorité de grandes dimensions commence avec la représentation du Front populaire en passant par la guerre d’Espagne, la guerre du Viêt Nam, le Japon avec Hiroshima et Nagasaki, la guerre d’Algérie, le Printemps de Prague et Tian'anmen et d’une façon générale avec tous les événements politiques du XXe siècle : Voyage au bout de l’Enfer  : Récit de voyage, plusieurs milliers de kilomètres parcourus pour étudier in situ ce que furent les camps de concentration[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17]


.


Femmes Fleurs[modifier | modifier le code]

Ces tableaux très stylisés sont un peu le reflet d’une vie sentimentale riche. Passionné, il introduit dans ses œuvres des feuilles d’or, des pétales de rose, du chanvre (Indien). Il s’engage dans une voie picturale qui repousse le passé des évènements contemporains et de l’holocauste. La couleur devient joyeuse, les écrits poétiques qui les accompagnent font exploser sa personnalité.

Le livre d’or témoigne de l’intérêt du public pour ce peintre qui, peu conventionnel, aborde sous des formes différentes des actualités qui font partie de son quotidien, la politique et l’amour.

La grisitude[modifier | modifier le code]

Signe avant coureur de la vieillerie qui s’annonce est encore un hommage à ces femmes qui embellirent sa vie. Il écrit : « les femmes que nous avons aimées ont pour toujours vingt ans. L. de C.» Une vingtaine de tableaux où le gris domine et la sexualité toujours présente donne un caractère très particulier à cette série.

Humanoïdes[modifier | modifier le code]

Être un homme oblige à penser que rien de ce qui est humain ne nous est étranger. L.de C. Les Humanoïdes subissent comme les hommes d'aujourd'hui l'évolution d'une planète qu'ils ne contrôlent plus. C’est la série la plus importante par son antériorité et le nombre de toiles peintes.

Principales expositions des vingt dernières années[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1980 Galerie Es Moli, Ibiza Espagne
  • 1984 Galerie Bouteille-Fernandez, Mexico, Chihuahua, Mexique
  • 1989 Galerie La Sponsa, Rome, Italie
  • 1990 Galerie Dalt Vila, Ibiza, Espagne
  • 1990 Galerie de los Artistas, Ibiza, Espagne
  • 1994 Galerie La Sponsa, Rome, Italie
  • 1997 Midi-Libre Montpellier, France (Holocauste)
  • 1998 Palais des Congrès, Agde, France (Exodus)
  • 1998 Médiathèque Fellini, Montpellier, France (Les années noires 1933-1945)
  • 1998 Pavillon de l’Hôtel de Ville – Comédie, Montpellier, France (Souvenance),
  • 2007 Galerie Saint Ravy - Montpellier

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 1989 Muséo de Arte Moderno, Ibiza, Espagne
  • 1990 Exposition international, Galeria Alternativa, Espagne
  • 1990 Salon des Artistes Indépendants, Grand Palais, Paris
  • 1990 Salon des Artistes Français, Grand Palais, Paris
  • 1990 Osaka Triennale, Osaka, Japon
  • 1991 Salon d’Hiver, Lyon, France
  • 1991 Musée de Frontignan, Frontignan, France
  • 1991 Ve Salon international de Toulouse, France (médaille de bronze, mention du Jury)
  • 1992 Salon d’Hiver, Lyon, France
  • 1995 Salon des Artistes du Spectacle, Maison de la Radio, Paris
  • 2006 Salon des Artistes français « Art Capital » Grand Palais - Paris

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Du roman autobiographique Érotiques et autres mémories
  • Souvenance Shoah – livre d’art
  • Récit : Voyage au bout de l’enfer. Parmi les réactions émanant de personnalités ayant pris connaissance des thèmes évoqués une réponse à l'artiste, très touché : « À Lucien de Cassan - merci à vous - Jérôme Canard ». C'est Le Canard enchaîné qui s'exprimait.
  • De la poésie,
  • Des pièces de théâtre dont les thèmes sont très personnalisés :
    • La Fleur au Cœur de Miel, (Max Jacob et la vision du Christ en jaune)
    • La Gloire de l’Olive
    • Roméo et Juliette
    • D’Hier et d’Aujourd’hui
    • Psychoprof
    • L’Apôtre Libertaire « Buenaventura Durruti »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Article de presse Ibiza Now [1],
  2. Article de presse Ibiza Now Artistes Internationaux [2]
  3. Le Front Pop [3]
  4. Secrétaire dans les années 50 de Charles Aznavour. Professeur de claquettes
  5. La Ponche [4],
  6. Poète et écrivain, attaché au Canard enchaîné, dictionnaire Canard 63.
  7. Lucky chez Eve [5],
  8. Le trio Marignan [6],
  9. Tableau Huile sur Toile "La suite orchestrale" [7],
  10. Dortoirs Birkenau [8],
  11. Élément materiel Birkenau [9],
  12. Mauthausen [10],
  13. Entrée du camp de concentration de Birkenau [11],
  14. Dortoir de Birkenau [12],
  15. Arrivée vers les chambres à gaz de Birkenau [13],
  16. Entrée de Buchenwald [14],
  17. Chambre à gaz Mauthausen [15],

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]