Lucien Dior

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dior.
Lucien Dior
Lucien Dior, député et ministre du Commerce (1921)
Lucien Dior, député et ministre du Commerce (1921)
Fonctions
Parlementaire français
Député
19061932
Gouvernement IIIe République
Groupe politique ERD (1919-1924)
RDG (1924-1928)
ADS (1928-1932)
Biographie
Date de naissance 4 juillet 1867
Date de décès 20 mai 1932
Résidence Manche

Lucien François Louis Dior est un homme politique français, né le 4 juillet 1867 à Granville (Manche) et décédé le 20 mai 1932 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille industriel du Sud-Manche, Lucien Dior est le fils d'un directeur d'usine d'engrais et maire de Granville de 1890 à 1892, prénommé également Lucien.

Après des études au collège de Granville, puis au collège Stanislas de Paris, il entre à l'École polytechnique. À sa sortie, il complète ses études agricoles en entrant comme préparateur de chimie à l'Institut national agronomique puis comme chargé de mission en Angleterre pour le ministère de l'Agriculture pour l'étude de la fabrication des engrais chimiques.

Il prend la direction de l'usine familiale d'engrais chimiques avec son cousin, Maurice, futur père du couturier Christian Dior, et est élu en 1897 membre du tribunal de commerce de Granville, qu'il préside peu après.

Entré au conseil municipal de Granville en 1902, il se porte candidat à la succession d'Émile Riotteau comme député d'Avranches et est élu sous l'étiquette « Action démocratique et sociale » le 6 mai 1906, puis réélu le 24 avril 1910, le 26 avril 1914, le 16 novembre 1919.

Aristide Briand l'appelle comme ministre du Commerce le 16 janvier 1921, et Raymond Poincaré le reconduit en ajoutant à son portefeuille l'industrie jusqu'au 29 mars 1924. Il s'attache en particulier à la modification des règles fiscales et pénales, de même qu'à l'importation pétrolière et la production nationale de soie, et accompagne Albert Lebrun dans la création des meilleurs ouvriers de France (MOF). Lors de la foire de Milan, il remet le 12 avril 1923 à Benito Mussolini la Légion d'honneur[1].

Réélu député de la Manche le 11 mai 1924, 2e sur une liste d'union nationale républicaine, et le 22 avril 1928 pour la circonscription d'Avranches jusqu'au 31 mai 1932, il est également élu conseiller général du canton de Granville entre 1925 et 1931.

Fatigué, il ne se représente pas à la députation aux élections de mai 1932 et meurt quelques jours plus tard.

Mandats[modifier | modifier le code]

  • Assemblée nationale :
    • 06/05/1906 - 31/05/1910 : Manche - Gauche démocratique
    • 24/04/1910 - 31/05/1914 : Manche - Républicain progressiste
    • 26/04/1914 - 07/12/1919 : Manche - Gauche démocratique
    • 16/11/1919 - 31/05/1924 : Manche - Entente républicaine démocratique
    • 11/05/1924 - 31/05/1928 : Manche - Républicains de gauche
    • 22/04/1928 - 31/05/1932 : Manche - Action démocratique et sociale

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]