Lucien Cailliet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lucien Cailliet (parfois crédité Lucien Caillet) est un compositeur, arrangeur, orchestrateur, chef d'orchestre, clarinettiste, saxophoniste et pédagogue américain d'origine française, né le 22 mai 1891 à Dijon (Côte-d'Or), mort le 3 mai 1985 à Los Angeles — Quartier de Woodland Hills (Californie)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucien Cailliet étudie la musique classique aux Conservatoires de Dijon et de Paris (où il obtient un premier prix de clarinette en 1913), apprenant entre autres le contrepoint auprès d'André Gedalge.

En 1915, une tournée au sein d'un orchestre d'harmonie de l'armée française le mène aux États-Unis, où il s'installe définitivement en 1918. L'année suivante (1919), il intègre l'orchestre de Philadelphie comme clarinette basse (il en sera aussi saxophoniste et arrangeur) et y joue jusqu'en 1938, principalement sous la direction de Leopold Stokowski (et aussi d'Eugene Ormandy). Dans l'intervalle, en 1923, il est naturalisé américain.

S'établissant ensuite en Californie, il enseigne l'orchestration, le contrepoint et la direction d'orchestre à l'Université de Californie du Sud, entre 1938 et 1945 (précédemment, il avait déjà enseigné à l'Institut Curtis de Philadelphie).

Par ailleurs, dès 1938, il travaille à Hollywood comme arrangeur ou orchestrateur sur quarante-cinq films américains (souvent sans être crédité), le dernier sorti en 1957. Mentionnons L'Homme de la rue de Frank Capra (1941), Dieu est mort (1947) et La Charge héroïque (1949) de John Ford, La Terre des pharaons d'Howard Hawks (1955), Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille (version de 1956), ou encore Règlements de comptes à OK Corral de John Sturges (son avant-dernier film comme orchestrateur, 1957).

De plus, il compose les musiques de vingt-deux films américains entre 1947 et 1955, dont Tripoli de Will Price (1950, avec John Payne et Maureen O'Hara), Le Trésor des Caraïbes d'Edward Ludwig (1952, avec John Payne et Arlene Dahl) et Nuit de terreur d'Andrew L. Stone (son dernier film comme compositeur, 1955, avec Jack Kelly et Vince Edwards).

En musique classique, il réalise notamment des arrangements pour orchestre d'harmonie (ainsi, du poème symphonique Finlandia de Jean Sibelius en 1939) et des orchestrations (comme celle en 1937 des Tableaux d'une exposition de Modeste Moussorgski). Il est également l'auteur de nombreuses compositions pour clarinette(s) (ex. : Fantaisie pour ensemble de clarinettes en 1962), saxophone(s) (ex. : Carnaval pour quatuor de saxophones en 1963), orchestre d'harmonie (ex. : Festivity Overture en 1955), ou grand orchestre (ex. : Memories of Stephen Foster en 1935), entre autres. On lui doit aussi une méthode pour saxophone (en) en deux volumes, publiés respectivement en 1941 et 1942.

En outre, durant sa carrière, Lucien Cailliet est le chef d'orchestre invité de plusieurs grands orchestres américains (tels celui de Philadelphie pré-cité ou l'orchestre philharmonique de Los Angeles). Citons encore l'orchestre d'harmonie d'Allentown (en) de 1934 à 1969 (comme directeur associé) et, comme chef principal, l'orchestre symphonique de Kenosha (Wisconsin), ville où il réside de 1957 à 1976. Enfin, il est le fondateur en 1965 (et premier directeur musical) du Cherry Hill Symphonic Band, actuellement dénommé Wind Symphony of Southern New Jersey (orchestre d'harmonie du sud New Jersey).

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Comme compositeur (intégrale)[modifier | modifier le code]

Comme orchestrateur ou arrangeur (sélection)[modifier | modifier le code]

Autres œuvres musicales (sélection)[modifier | modifier le code]

Comme compositeur[modifier | modifier le code]

  • 1935 : Memories of Stephen Foster pour orchestre (+ arrangement pour orchestre d'harmonie)
  • 1938 : Variations sur « Pop Goes the Weasel » pour orchestre (+ arrangement pour orchestre d'harmonie)
  • 1949 : Rhapsodie pour violon et orchestre
  • 1950 : Romantic Tone Poem (Poème symphonique romantique) pour orchestre
  • 1955 : Divertissement pour trois clarinettes et piano ; Festivity Overture pour orchestre d'harmonie
  • 1958 : Caprice sentimental pour clarinette et piano
  • 1962 : Fantaisie pour ensemble de clarinettes
  • 1968 : Carnaval pour quatuor de saxophones

Comme orchestrateur ou arrangeur[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après sa notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France. Certaines sources (dont celles mentionnées ci-dessus en liens externes) indiquent comme date et lieu de naissance le 27 mai 1891 à Châlons-sur-Marne (Marne).