Lucie de Tripoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucie de Tripoli, pendant le siège de 1289

Lucie de Poitiers, morte en 1299, comtesse de Tripoli (1287-1288) et princesse titulaire d'Antioche, fille de Bohémond VI d'Antioche et de Sibylle d'Arménie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Quand son frère Bohémond VII mourut, leur mère nomma comme régent Bertrand du Gibelet. Il devint rapidement impopulaire dans la commune de Tripoli, qui créa sa propre administration. Lucie arriva alors à Tripoli d'Auxerre, pour prendre le contrôle du comté, bien qu'elle soit à la fois opposée à la commune et aux Génois, soutien des Gibelet. Ceux-ci, sous la conduite de Benedetto Zaccaria, essayèrent d'installer un podesta, un administrateur officiel de Gênes qui aurait fait de Tripoli une colonie génoise. À ce fait, le chef de la commune consentit à reconnaître Lucie, mais celle-ci s'allia aux Génois.

Les Vénitiens et les Pisans, qui avaient des liens commerciaux avec Tripoli, en furent mécontentés et conspirèrent avec Qalawun, le sultan mamelouk, pour attaquer la ville. Lucie s'allia aux Mongols, qui sachant que la ville était trop faible pour se défendre même avec leur aide. Lui firent demander des renforts en Europe, mais aucune aide ne parvint. La ville de Tripoli fut prise le 26 avril 1289.

Bien qu'il ait pu revendiquer le comté, Narjot de Toucy, le mari de Lucie ne vint jamais à Tripoli, trop occupé par des affaires au royaume de Naples. Ils eurent un fils, Philippe qui mourut en 1300.

Sources :