Luc Tuymans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luc Tuymans au vernissage de son exposition Against the Day au Wiels, avril 2009, Bruxelles.

Luc Tuymans, né en 1958 à Mortsel, est un peintre contemporain belge. Il vit et travaille à Anvers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une formation en peinture à Sint-Lukas Instituut (nl), Bruxelles (1976-1978), Hoger Instituut (nl) Anvers, Sint-Lukas Instituut (1978-1979), École nationale supérieure des arts visuels de la Cambre, Bruxelles (1979–1980), Académie royale des beaux-arts d'Anvers (1980–1982)[1], Luc Tuymans étudie l'histoire de l'art à la Vrije Universiteit Brussel.

De 1981 à 1985, il perd l'envie de peindre pour se consacrer à la réalisation de films. En 1985, Luc Tuymans revient cependant à la peinture avec une première exposition personnelle d'un jour au palais des Termes à Ostende. En 1988 et 1989, trois expositions significatives à la galerie Ruimte Morgen à Anvers permirent à l'artiste de déployer son travail et de rencontrer notamment Jan Hoet (fondateur du S.M.A.K. - Musée municipal d'art actuel de Gand), Frank Demaegd (directeur de la galerie Zeno X à Anvers) ou encore Ulrich Loock (alors directeur de la Kunsthalle de Berne). Ces rencontres décisives[2] seront à l'origine d'une série d'expositions qui révéleront peu à peu Luc Tuymans sur la scène internationale de l'art contemporain, notamment la Documenta IX de Cassel en 1992[3].

Personnalité belge reconnue et honorée[4], Luc Tuymans est aujourd'hui considéré comme l'un des artistes les plus influents de sa génération. Son travail est représenté dans d'importants musées tels que, entre autres, le Museum of Modern Art de New York, la Tate Modern à Londres ou encore le centre Georges-Pompidou à Paris[5].

Il reste fidèle à la peinture figurative à travers des séries inspirées d'images d'archive (le nazisme, le Congo...) ou plus récemment d'Internet.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Luc Tuymans est l'une des figures emblématiques d'une nouvelle génération de peintres figuratifs, à une époque où la pertinence de la peinture est mise en doute par certains, la jugeant inapte à rendre compte du bouillonnement hétérogène de notre société contemporaine[6]. Le travail de Luc Tuymans traite précisément d'enjeux et de défis contemporains de la peinture tels que la réinterprétation d'images déjà médiatisées[7] (photographies de presse et d'actualité[8], documents télévisés) ou leur manipulation marquée par le langage de l'image en mouvement (zoom, travelling, montage, hors-champ).

De dimensions souvent modestes, les œuvres de Luc Tuymans frappent par leurs tons délavés, souvent écrasés sous une lumière blafarde et envoûtante. Par fragments suggestifs, ses sujets oscillent finement entre les réminiscences intimes d'un passé obscur et l'évocation de pages controversées de l'histoire socio-politique belge ou de la culture flamande.

Expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Luc Tuymans, ouvrage collectif sous la direction de Ulrich Loock, Phaidon Press, London, 2003, p. 150.
  2. Luc Tuymans, doué pour la peinture, conversations avec Jean-Paul Jungo, musée d'art moderne et contemporain, Genève, 2006, p. 14-16.
  3. Voir une liste complète de ses expositions personnelles ou collectives sur le site de la galerie Zeno X à Anvers
  4. Luc Tuymans devint Commandeur de l'Ordre de Léopold en 2007.
  5. Voir une liste complète des œuvres de Luc Tuymans conservées dans des musées internationaux sur le site de la galerie Zeno X à Anvers
  6. « [...] In the context of the new information age, many artists felt that painting was a deeply conservative form of expression which did not match the heterogeneous nature of contemporary experience ». Extrait de la présentation de l'exposition de Luc Tuymans à la Tate Modern de Londres en 2004
  7. « Dès mes débuts, j'ai eu cette idée que je qualifierai de « falsification authentique », c'est-à-dire l'idée de faire non pas des choses nouvelles, mais de travailler des images qui existent déjà dans la mémoire collective et que chacun s'approprie. C'est ce qui rend la peinture contemporaine. En fait, la contemporanéité traite de la substance du document, en le revitalisant ». Source : Luc Tuymans, Doué pour la peinture - Conversations avec Jean-Paul Jungo, Musée d'art moderne et contemporain, Genève, 2006, p. 20.
  8. « [...] la photographie qui m'intéresse est une photographie qui se reproduit déjà elle-même, qui se montre elle-même en réduction. Il ne s'agit pas de la photographie faite avec un éclairage sophistiqué, mais plutôt celle née du hasard. Elle s'abstrait ainsi de la réalité. Et je vois là une valeur documentaire ». Source : Premonition - Luc Tuymans, CapcMusée d'art contemporain de Bordeaux, Bordeaux, 1998, p. 31.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène Cixous, Luc Tuymans. Relevé de la mort, La Différence, 2 vol., 2012 (ISBN 978-2-7291-1996-6)
  • (en) Luc Tuymans: I Don't Get It, Gerrit Vermeiren, Ludion Press, Ghent, 2008. (ISBN 978-9055446902)
  • Hans Werner Holzwarth, Art Now Vol 3. A cutting-edge selection of today's most exciting artists, Cologne, Taschen, 2008, pp. 476-479.
  • (fr) Luc Tuymans, Doué pour la peinture - Conversations avec Jean-Paul Jungo, musée d'art moderne et contemporain, Genève, 2006. (ISBN 978-2940159383)
  • (en) Luc Tuymans, ouvrage collectif sous la direction de Ulrich Loock, Phaidon Press, Londres, 2003. (ISBN 978-0714842981)
  • Uta Grosenick, Burkhard Riemschneider, Art Now. 137 Artists at the Rise of the New Millenium, Cologne, Taschen, 2002, pp. 512-515.
  • (fr) Premonition - Luc Tuymans, CapcMusée d'art contemporain de Bordeaux, Bordeaux, 1998. (ISBN 3-906628-13-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]