Luc Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Luc Michel, né en 1958, est un militant politique belge, ancien membre du mouvement néo-nazi FANE et fondateur du PCN-NCP en 1984.

Biographie[modifier | modifier le code]

Très tôt engagé en politique, il fait ses premières armes au Front de la jeunesse (organisation belge), puis il fonde, à 19 ans, le groupe Occident 2000. À cette époque, il participe au comité de rédaction du bulletin français néo-nazi Notre Europe et participe, comme représentant de la Belgique, au Conseil fasciste européen réuni par la Fédération d'action nationale et européenne à Paris en 1980[1].

Avec d'anciens membres du Parti des forces nouvelles et du Mouvement socialiste populaire, il fonde, en 1981, le Front nationaliste qui fusionne, en 1982, avec l'équipe de la revue Conscience européenne

En 1984, avec ses alliés précités, il fonde le PCN-NCP[2], un micro-parti uniquement actif sur internet (particulièrement sur Facebook) en 2013.

Les grands axes de son combat politique sont l’unité de l’Europe de Reykjavik à Vladivostok et la lutte contre ce qu'il appelle l’« impérialisme américano-sioniste », appuyant sa lutte sur le rejet de l'OTAN et la défense des nombreux dictateurs[3] ayant, dans l'histoire, associé une forme de socialisme et de nationalisme tels que Staline, Tito, Slobodan Milošević ou encore Mouammar Kadhafi et Saddam Hussein.

Un temps éditeur, Luc Michel a dirigé les Editions Machiavel, liées au PCN, et a édité quelques revues – dont La Cause Des Peuples, Conscience Européenne, Nation Europe, L’Europe communautaire - toutes disparues.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Parti Historique Révolutionnaire
  • Orientations NR
  • Manifeste à la Nation-Europe
  • Pour une Europe unitaire et communautaire
  • Mythes et réalités du national-bolchévisme (Russie, Allemagne, Europe)
  • La résistance allemande anti-hitlérienne
  • Moammar Kadhafi et la révolution libyenne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Lebourg, Le Monde vu de la plus extrême droite, page 63, et http://www.resistances.be/raes.html
  2. Nicolas Lebourg, Le Monde vu de la plus extrême droite, page 63
  3. [1].

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]