Low whistle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Low whistle
Image illustrative de l'article Low whistle

Variantes modernes Concert Whistle, Alto/Tenor/Bass Whistle
Classification Instrument à vent
Famille Bois
Articles connexes tin whistle, flûte irlandaise, musique irlandaise

Le low whistle, ou concert whistle (whistle de concert), est une variante du traditionnel tin whistle, aussi appelé penny whistle, qui se distingue de ce dernier par un registre plus bas et une taille supérieure. Il est très étroitement associé aux prestations de musiciens ou groupes irlandais modernes comme Riverdance et Davy Spillane, et de plus en plus reconnu comme un instrument caractéristique de la musique traditionnelle irlandaise. Dans les deux cas, sa sonorité obsédante fait que le low whistle est le plus souvent utilisé pour interpréter des mélodies lentes ou mélancoliques.

Le low whistle de référence est l'instrument en ré, un octave en dessous du traditionnel tin whistle en ré. Un whistle est coutumièrement dénommé low whistle si sa note la plus basse est le sol au-dessus du do intermédiaire[1], ou toute note en dessous de ce sol. Les whistles qui sonnent au-dessus de ce sol sont appelés soprano ou high whistles. Le low whistle utilise les mêmes principes et les mêmes doigtés que le penny whistle traditionnel[2] ; il appartient à la même famille d'instruments à vent, dans la catégorie des flûtes à bec.

Bien que la sonorité de l'instrument présente des nuances d'un luthier à l'autre, les low whistles se caractérisent par un son plus aérien, et plus proche de la flûte à bec classique que le tin whistle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que l'origine du low whistle fasse toujours l'objet de débats, on sait que différents types de flûtes à bec ont existé dans l'Antiquité. Les flûtes à bec existant au XVIe siècle sont les ancêtres du low whistle, par l'intermédiaire des flûtes traversières originelles à six trous à forme conique. Ils étaient à l'origine en bois, mais le XVIIe siècle vit la progression de l'usage de métaux comme le laiton et le nickel. L'alliage était le plus souvent roulé et soudé, et des développements successifs permirent l'apparition de glissières pour ajuster l'accordage. Ces flûtes métalliques verticales ont été trouvées en Irlande, en Grande-Bretagne, au Canada et aux États-Unis[3].

Le low whistle moderne[modifier | modifier le code]

On attribue au luthier anglais et musicien de jazz Bernard Overton la production du premier low whistle de l'ère moderne à la fin de 1971[4], instrument qu'il dessina pour Finbar Furey, après que la flûte indienne préférée de ce dernier fut détruite lors d'une tournée. Incapable de la réparer, Overton essaya d'en fabriquer une réplique en métal. L'instrument qui en résulta était peu ou prou un tin whistle de grande taille, un tuyau de cuivre avec une embouchure en bois. Peu satisfait du résultat, Overton recommença en n'utilisant plus que de l'aluminium, obtenant un instrument en la[5] qui impressionna Finbar, au point que celui-ci en commanda un exemplaire en sol pour son spectacle Lonesome Boatman. Puis, d'après Overton :

« "il me demanda alors un whistle en ré inférieur, de la même tonalité que la flûte de concert ; j'appelai cet instrument flageolet ténor en ré, mais la plupart des musiciens le nommèrent rapidement le ré bas (low D). Il emporta ces flûtes dans sa tournée et les utilisa intensément. À partir de ce moment, je reçus des appels d'Ireland, d'Écosse, d'Europe et des USA, demandant des instruments identiques ; j'ai alors commencé à en préparer pour satisfaire les commandes."[6],[4] »

Bien que très rapidement, plusieurs luthiers réputés[nb 1] furent capables de produire des low whistles[4], c'est généralement la tournée Riverdance des années 1990 qui est créditée pour avoir donné au low whistle le coup d'envoi commercial et initié sa reconnaissance en dehors des cercles de musique traditionnelle[3]. Il faut retenir l'importance de Davy Spillane, dont le travail dans le domaine de la fusion des instruments traditionnels, tels que le low whistle, avec le jazz ou le R'n'B contemporain, compte pour beaucoup dans la visibilité actuelle de l'instrument.

La musique irlandaise traditionnelle[modifier | modifier le code]

À la différence avec le tin whistle, le low whistle est un relativement nouveau venu dans la musique irlandaise traditionnelle, et il s'attire quelques critiques de ceux qui considèrent qu'il essaie de remplir un espace déjà bien occupé par le tin whistle et l'Irish flute[3]. Pour d'autres, c'est un instrument de transition pour des musiciens à la recherche de flûtes plus prestigieuses (et plus onéreuses) ou qui cherchent à approcher les uilleann pipes. Bien qu'il soit exact que l'apprentissage du low whistle facilite l'apprentissage de ces instruments, « quelques-uns parmi les plus grands interprètes de musique traditionnelle ont été associés au low whistle »[4] et ont aidé à renforcer sa réputation d'instrument à part entière, hautement polyvalent et respecté, au son unique et évocateur. Comme le bouzouki irlandais, à dos plat, le low whistle doit être considéré comme le produit d'une période durant laquelle la recherche instrumentale était chose commune en musique traditionnelle, à un moment où les musiciens étaient en quête de moyens divers et innovants d'expression[4].

Apprentissage[modifier | modifier le code]

La technique de jeu sur l'instrument est très semblable de celle du tin whistle. Les musiciens doivent adapter le positionnement de leur mains dû à l'écartement et l'ouverture des trous. L'instrument réclamant beaucoup plus d'air que le tin whistle, les techniques de respiration de la flûte traversière irlandaise s'avèrent souvent utiles. Les techniques d'ornementation utilisées sur la cornemuse irlandaise s'adaptent et s'entendent beaucoup mieux sur le low whistle que sur les tin whistle.

Depuis 2001, il existe une méthode dédiée uniquement au low whistle intitulée "The Low Whistle book" et écrite par Steafan Hannigan et David Ledsam.

Musiciens célèbres[modifier | modifier le code]

Si Finbar Furey fut le premier à faire découvrir cet instrument auprès du public dès 1968 sur l'album Lonesome Boatman, des flûtistes et des uillean-pipers le popularisèrent auprès du grand public. Davy Spillane l'utilisa dans le groupe Moving Hearts puis sur ses albums solos dès les années 80 et 90. D'autres musiciens sont depuis réputés pour avoir donné les lettres de noblesse à cet instrument tels que Paddy Keenan sur l'album Poirt An Phíobaire (1983), James McNally (Afro Celt Sound System) avec son album Everybreath , Cormac Breatnach (Deaseal) pour ses variations jazzistique sur l'instrument, Brian Finnegan (Flook), Peter Morrison (Peatbog Faeries), Kevin Crawford (Lunasa) Ross Ainsley (Salsa Celtica, Treacherous Orchestrat), Ali Hutton( Old Bling Dogs/Treacherous Orchestra), Fraser Fifield, Martyn Bennet, Michael McGoldrick (Capercaillie/McGoldrick) ou encore le soner breton Ronan Le Bars (L'Héritage des Celtes/The Celtic Social Club).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. dont Brian Howard, Phil Hardy, Colin Goldie, Dave Shaw (qui continua à produire des exemplaires coniques), et Jon Swayne (instrument en bois accordable)
  1. Voir l'article sur le do. Le do intermédiaire correspond à la fréquence de 523,251 Hz.
  2. Néanmoins la taille et l'espacement des trous nécessitent souvent d'utiliser la même technique que le uilleann pipe : mains à plat, doigts tendus, et trous bouchés par la deuxième phalange.
  3. a, b et c (en) « Whistling Low: History », Whistling Low,‎ 2001 (consulté le 14 septembre 2008)
  4. a, b, c, d et e (en) Hannigan, Steáfán & Ledsam, David, The Low Whistle Book, SVM Publications,‎ 2006
  5. (en) Hannigan, Steáfán & Ledsam, David, The Low Whistle Book, SVM Publications,‎ 2006, p. 97
  6. Citation originale en anglais : « He then asked for a whistle in low D, the same pitch as for the concert flute; this I called a "Tenor D Flageolet", but most musicians came to call it the "Low D". He took them on tour and used them extensively. I was soon getting calls from Ireland, Scotland, Europe and the USA, asking for the instruments, so I started to make them to order. »